Recherche

EDC de Syra

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Syra

Cacher

Elle est, elle hait

Un salon dans la pénombre, un canapé, une silhouette et à ses côtés, une arme qui attend sagement d'être utilisée, chargeur pleins pour éviter un loupé. Si elle visait bien, si elle trouvait l'endroit parfait, la balle viendrait se planter dans sa chaire mais surtout sa puce et il n'y aurait plus de retour en arrière, plus de réveil possible et la paix viendrait peut être enfin l'envelopper.

Elle supportait la plupart des gens et en détestait une bonne partie mais peut être que ce qu'elle détestait le plus, ce qu'elle haïssait au plus profond de son être c'était sans doute elle même, cette jolie enveloppe de chaire et de sang qui ne contenait rien d'autre qu'une âme torturée et un coeur de granit. De simple timide elle était devenue associable. De jeune NI naïve elle s'était transformée en femme blasée. Il y a 13 ans, elle avait tout à apprendre, aujourd'hui elle a tout à oublier.


"J'avais oublié à quel point vous étiez si hautaine et glaciale."


Glaciale elle l'est oui, c'est certain. Une cuve de cryo à elle toute seule quand elle s'y mettait. Elle gardait de la distance avec les gens, elle utilisait le minimum de mots quand elle s'adressait à quelqu'un et son aspect détaché associé à son port de tête ne pouvaient que la rendre effectivement hautaine.

"Laisse ton passé derrière toi."


Si seulement c'était si simple. Elle l'aurait bien laissé derrière elle si on ne lui posait pas sur la table comme une gifle en pleine face. 11 années étaient passées et c'est comme si rien n'avait changé. Les mêmes doutes, les mêmes craintes, les mêmes réflexes. Tout était semblable si ce n'est que les années avaient fait leur office et que les actions faites par instinct s'étaient dorénavant ancrées comme de bonnes vieilles habitudes.

"Vivez, faites confiance."


Une phrase si facile à dire pouvait t-elle vraiment convaincre une méfiante comme elle ? et encore, c'était une méfiance à la limite de la paranoïa. Marcher, se dissimuler, scruter, avoir un lot de planques, changer souvent, ne jamais découcher, ne jamais inviter et ne faire confiance à personne. Elle avait commencé à se méfier quand un militaire lui avait juré de lui faire passer un sale quart d'heure. Elle avait continué quand un des "siens" s'était fait torturer et qu'on lui avait promit le même traitement. Et pour finir, elle avait ancré ça dans ses habitudes quand elle avait tout plaqué et qu'on la traquait.

Comme elle l'avait si souvent répété à un orc, "Si tu t'attache tu es fichu. Tu te retrouve avec une faiblesse, l'autre servira de moyen de pression contre toi et tu t'en sortiras pas."
Et si sa faiblesse à elle s'était de ne pas savoir s'attacher ? De ne pas faire confiance, de ne pas pouvoir relâcher la pression ou de rester une nuit dans les bras de quelqu'un sans craindre un instant de se retrouver dans une cuve le lendemain ? Et si c'était ça qui lui manquait ? Se laisser aller ?


"Je suis fier de ce que vous êtes devenue"


Un être froid à qui sourire semblait être un luxe et qui ne riait jamais. Un être qui n'avait versé les larmes qu'une seule fois sous l'emprise de la douleur physique. Un être qui pouvait regarder une fouilleuse avec des éclats de shrapnel dans le corps et lui demander calmement si ça allait. Un être qui ne sortait que pour rejoindre son job ou sa planque, qui ne communiquait que pour le travail et qui avait un réseau d'amis flirtant quasiment avec le néant.

Voila ce qu'elle était, ce qu'elle détestait inconsciemment. Un bloc de glace qui retenait les émotions, qui se bridait et s'empêchait de vivre pleinement pour des actes passés. Une femme forte qui se fatiguait à l'être et qui ne voulait pas le reconnaître.
Elle était finalement une trouillarde qui n'avait pas le courage d'accepter ce qui lui manquait et qui s'aveuglait à croire que sa vie lui rendait satisfaction.

Elle était forte et faible à la fois et dans cet appartement où la pénombre régnait, seule l'arme semblait être l'amie fidèle qui lui manquait, prête à accomplir le pourquoi son chargeur avait été remplie.
La main posée sur la crosse, il ne suffisait plus qu'à attendre le moment où l'humaine déciderait de faire voler sa vie en éclats.

Spoiler (Afficher)
4 phrases tirées de 3 perso différents.
Inutilisable RP même si je me doute que de toute façon certains le feront quand même...

◊ Commentaires

  • Zum (107☆) Le 04 Mars 2016
    "Comme elle l'avait si souvent répété à un orc, "Si tu t'attache tu es fichu. Tu te retrouve avec une faiblesse, l'autre servira de moyen de pression contre toi et tu t'en sortiras pas." "

    Et l'orc répondrait qu'il est toujours en accord avec ça, mais nuancerai que de certaines attaches en ressort la force. Il suffit juste de ne pas les multipliées pour ne pas atténuer celles-ci.

    *
  • Syra (905☆) Le 05 Mars 2016
    @Rust : un jour peut être.
    @Derek : Départ en cours de réflexion.
    @Thok : Et l'humaine se demanderait ce qu'il a bu pour être si philosophique smiley
  • Zum (107☆) Le 06 Mars 2016
    Bah vu que tu le vois que le soir, il sera à un enième litre de bière smiley