Recherche

EDC de Oeclyde

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Oeclyde

Cacher

XXIII. Bordelus Maximus Ganicus Caput

XXIII. Bordelus Maximus Ganicus Caput

- J’ai un immense mal de crâne
De celui qui vous liquéfie le cerveau, vous secoue comme un prunier et vous donne l’envie de rester cloîtrer chez vous, de fermer les fenêtres, vous emmitoufler dans un bon plaide tout doux, de mettre vos chaussettes pilou-pilous, de siroter un bon cafey noir devant Dreadflix.
Du bruit se faisait entendre au travers du mur.
- Putain, encore 13.000 crédits pour avoir 12 écrans en simultané même pas suffisant pour pouvoir regarder ma série ! Encore ce connard de gobelin qui pique mon réseau. Lance mon voisin de pallier. Il s’appelle Colère. J’essayais de le contenir, mais à chaque fois qu’il voyait un truc qui ne lui plaisait pas, il cassait tout dans la maison. Heureusement, on l’a enfermé dans un coin avec une porte blindée. Pas trop de risque.
Et moi ? Qui suis-je ? Je suis Raison. Je suis un peu la reine de la maison ici. On me consulte pour tout, mieux qu’un Haut Conseil, c’est moi qui suis chargée de prendre les décisions. Je vis tout en haut du crâne d’Oeclyde.
En règle général, je prends les décisions seule, mais il m’arrive de me concerter avec les autres membres de son corps. Je suis un peu l'Ambassadeur ici, sauf que je n’ai pas d'IA qui me dit quand je dois partir.
Il y a déjà eu des mutineries, notamment quand Amour s'est fait sauté dans le coeur d'Oeclyde, ou quand Colère n'était pas en détention.
Une alarme retentit.
Ah, nous recevons une transmission. Qui est à l’appareil ?
Ici Vessie, j’ai envie de faire pipi, vite ! Urgence. Ah, une alerte de niveau 2 du complexe génito-anal. Autorisation accordée !
Vous voyez, je suis constamment sollicitée et je dirige tout. Je valide chaque demande, je règle les conflits, et si je ne suis pas là, ce serait un gros gros bordel.
Dans le coin, une affiche avec la tête de Modestie, recherchée morte ou vive.
Oui, Humilité a pris la place de Modestie. Elle faisait n'importe quoi. Elle aimait trop les chaussures, et les soeurs Chevilles en avaient marre.
Un type mélancolique passe dans le couloir.
Ah, tient salut Jalousie. 
- Salut Raison, dit voir j’ai vu que mon traitement marchait bien. T’penses qu’on pourrait réduire un peu les doses ?
- Oh tu sais, ça ne serait pas raisonnable. Tu es très bien aujourd’hui ! Toute belle et enjouée.
- Oh oui.. tu as sans doute raison.
Et la Jalousie retourna dans son nid.
Une nouvelle alarme vint semer la discorde.
- Raison, vous me recevez ? Ici Curiosité ! On a un souci ! On est envahi ! On a besoin de renfort, Mayday mayday. 
- Il se passe quoi là-bas ?
- On essaye de faire rentrer trop d’information dans le corps de notre hôte, des trucs contradictoires, des choses hurluberluesques, des secrets inavouables !
- Je vous envoie Conviction en renfort.
- Conviction a déjà beaucoup de blessures vous savez, vous êtes sûre ?
- Activez le protocole Skiwi, ça nous donnera un peu de temps.
- Reçu.
Raison se frotte les tempes, alors même qu’une autre alerte vient la tirer de sa seconde de répit.
- Chef chef, vous me recevez ? Ici le Coeur. Lubrique et Amour se battent encore. C'est inexpliqué, une histoire de meufs encore, je cite Lubrique : "Je vais la bifler", alors qu'Amour pensait que ce n'était pas très romantique.
- Bordel, ils n’arriveront jamais à s’entendre ces deux-là. T’façon, le mandat d’Amour se finit bientôt, il dure trois ans.. il va bien falloir lui trouver un remplaçant. Dites-leur d’arrêter de se battre sinon je mets Lubrique au poste d’Amour ! Et si Lubrique n'entend pas raison, dis-lui que je lui confisque ses magazines de la Dreadoute.
- Vous êtes sur que c’est une bonne idée ?
- Non.
- Reçu.
Raison cherchait un peu de Quiétude - La coquine -, mais ne la trouvait pas dans les couloirs. Elle décida d’aller trouver refuge chez les anciens. Dans une salle à l’allure démodée, Conservatisme et Progressisme débattaient de tous.
- Bonsoir Papas.
- A mon enfant, je disais à ton père qu’à force de vouloir tout changer, on finit indubitablement par se tromper, faire des erreurs.. et franchement, tu ne trouves pas que détruire le travail des prédécesseurs, c’est pas méprisant ? Lança Conservatisme.
- C’est sur qu’on ne peut pas se tromper si on ne fait rien ! Et puis, si on fait une erreur, on ne la refera plus après tout simplement. Le changement, c'est maintenant. C’est comme ça que ça marche le monde. On reconnaît un impérialiste à la façon dont il se relève. répondit Progressisme, au tac au tac.
- Hé, c’est ma phrase ça, tu retournes mes phrases contre moi. Les vieux dictons et les citations d’Honorabiles, c’est mon dada !
- Vieux con, quel exemple on donne à notre fils. Lui il a réussi, pas comme toi.
- Ni toi !
Les vieux se chamaillaient. Raison sourit simplement, en silence puis reparti travailler.
Revenant dans le couloir, Raison était alpagué par un type louche.
- Hey, tu veux des amis ? Je m’appelle Amitié, et toi ?
- Mmh, je te connais.
- Ah bon.. oh très bien. Dis, tu pourrais dire à Confiance de réduire un peu le filtrage ? Je n’arrive pas à me faire de nouveaux amis. Pis en plus, son frère Suspicion n’arrête pas de me taper à la cantine.
- Je lui glisserai quelques mots, d’accord ?
Et Amitié s’en alla, sans réclamer son reste.
De retour dans la salle de contrôle, un grand homme l’attendait. Il s’agissait d’Ambition.
- Tient, je t’ai écrit ma nouvelle candidature, j’y ai ajouté quatre nouvelles idées. Tu peux valider s’il te plaît ?
- Je croyais que sagesse avait dit qu’il ne fallait plus rentrer dans l’arène.
- Figure-toi que c’est lui qui m’a soufflé l’idée. Moi tu sais, mon heure de gloire est passée. J’ai eu ce que je voulais, je ne pourrai pas aller plus haut, je veux juste aider.
- Dit plutôt que depuis que tu t’es marié avec Humilité, elle te tient les couilles.
- Maaaah, peut-être.
- Aller, envoie ta candidature.
Ambition reparti tout heureux.
Un nouveau capteur se déclencha, faisant apparaître un clown. Il s’agissait d’Humour.
- Hey, c’est l’histoire d’un troll, il rentre dans un bar, puis dans une table, puis dans une chaise.
Raison essaya de fermer l’écran, mais il fallait attendre 5 secondes.
- Trop de skiwi envoyé dans les sous partis ça.. foutu pop up.
Enfin, elle reçu une transmission, d’importance maximale. Dans un soupir, elle décrocha.
- Ici Raison, j’écoute ?
- C’est à nouveau Curiosité, on est submergé par les infos, Conviction est à terre. Nos réserves de Skiwi sont au plus bas, il faut évacuer.
- Ne bougez pas, j’ai une idée.
Elle compose alors un numéro.
- Lubrique, j’ai un boulot pour toi.
Pendant ce temps là, Oeclyde mangeait un sandouiche en buvant du skiwi le regard perdu.
Quant à moi, je suis Raison. L'autre femme Oeclyde.

◊ Commentaires

  • Phylène (1369☆) Le 23 Octobre 2020
    Vraiment pas mal. La blague était excellente.
  • Sephoë (181☆) Le 23 Octobre 2020
    Excellent, ça m'a fait penser au système nerveux de François Pérusse *
  • Ozkar (14☆) Le 24 Octobre 2020
    C'est vraiment bien scénarisé, chapeau. *
  • Acius (61☆) Le 26 Octobre 2020
    C'était bien ! Moi, ça m'a fait penser à ça :
    http://www.bouletcorp.com/2016/07/01/rencontre-pornographique/
  • Aislinn (179☆) Le 28 Octobre 2020
    Terrible !!!
  • Strychnos~73297 (0☆) Le 01 Novembre 2020
    hahaha Excellent