Recherche

EDC de Oeclyde

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Oeclyde

Cacher

XV. Desolatio

Desolatio

« Il n’y a rien de plus difficile à consoler qu’un paysage désolé »
Pierre Dac
Il y a une certaine beauté dans la violence
Distante, avec une pointe d'arrogance
Puis accorder au coupable sa pénitence
Et se sustenter de sa plus fine vengeance
Il ouvrit la porte.
La pièce était plongée dans la quiétude : Une douce musique venait faire baigner la salle d'une ambiance douce et chaleureuse. Un endroit paisible qu'il parcouru, le regard placide, le visage ouvert. Ses gestes étaient mesurés, ses pieds mâtes le guidant vers la cuisine, dont on sentant les arômes par delà les murs. Il retroussa ses manches, prenant une longue inspiration, avant de se feindre d'un large sourire.
D'habiles gestes le menèrent vers la coupe d'un oignon synthétique, et de quelques morceaux d'abats d'écureuils roux qu'il avait lui même dépecé la veille.. Il y en avait assez pour deux. Ses mains donnaient le rythme, tranchant, découpant, lacérant d'une précision chirurgicale.. triant et organisant les différents rognons à sa disposition.
La cuisson se fit sans encombre, il ne lui restait plus qu'a mettre la table. Un peu de vin, de de sauce, quelques chandelles, et une lumière tamisée.. et voilà que monsieur était servi.

Quand la satiété vint nuire à sa faim, Pied noir profita de l'instant à commémorer en empoignant un cigare.
Durant les longues secondes qui consumait le tabac, il se remémora quelques phrases, quelques noms..
« Je ne sais pas comment être envers toi. »
« Je ne suis pas normale.»
«Ne plus me brider au point d'en souffrir. »
Il sourit, bien qu'un léger rictus se dessina sur ses lèvres. Il pensa tout haut ces noms.. ces trois noms qui lui percutaient les neurones. Il ne restait plus grand chose du cigare du nègre, il n'en restait qu'un bout embrasé, rien de moins, rien de plus.
Dans un ultime effort de quiétude, il s'approcha du vieux tourne disque entreposé dans la bibliothèque. Fouillant un peu ses trouvailles, il en changea le disque.
FRACAS - SANG
La fureur s'expia du corps du mât
La bibliothèque fut la première victime.. tombant avec une certaine grâce. Les objets volaient dans un ballet délicat, tandis que la table d'échec venait faire danser chaque pièce avant de rejoindre le sol. Son poing s’écrasa dans l'un des murs, y laissant une marque ensanglantée et profonde.
VIOLENCE - HORREUR
Le salon fut alors le théâtre de toute la haine de son cœur, brisé comme la porcelaine de ces assiettes qui vinrent exploser sur les murs. Les meubles, trop lourds pour être détruits, furent déplacé dans un excès de rage. Les canapés furent éventrés, le cuir étiré à mains nus, laissant le fluide rouge transparaître un peu partout.. une parfaite scène de crime.. de désolation.
ATROCE - COLÈRE
La chambre fut mise à sac, le lit valdinguant vers d'autres lieux que celui où il était présent. Les commodes ont été fouillées, endommagés. Il y avait des vêtements partout.. uniquement des vêtements d'homme, déchiré, saccagé, ruiné.
Un peu plus loin, un coffre avait été vandalisé, et son contenu jeté dans les toilettes de la pièce a coté.
Une commode en particulier fut renversée, et un coup de pied semble avoir été donné derrière, brisant l'aggloméré qui protégeaient l'intérieur.
BONJOUR TRISTESSE
L'ultime oeuvre fut laissé au bureau, qui avait subit un saccage en règle, comme si Pied noir avait cherché quelque chose de précieux.. un cadre jonche le sol, son contour est ensanglanté.. et la photo, déchirée en deux.
~ La musique prit fin ~
Son mal être exprimé.. Pied noir revint s'observer. Ses mains dégoulinante de sang venait s'abreuver du jet d'eau du robinet, tandis que son regard dur venait juger l'être qu'il avait en face de lui.
« Offre moi pénitence »
Et alors qu'il bandait ses mains, il ferma les yeux.. honteux, mais terriblement soulagé. Propre sur soi, il réajusta sa cravate, sa veste, et, enjambant les restes fumant du paysage de guerre qu'il avait laissé, quitta Sa demeure..
« Tu as fait de moi un homme, mais tu as tué mon Humanité »

◊ Commentaires

  • Hazel (303☆) Le 24 Janvier 2016
    ~~ Seize ans et Quatre jours plus tôt ~~
    La Rousse entre au Armacham Store. Elle avait ouïe dire que de nouveaux vêtements avaient été produit. Le temps s'était écoulé, elle ne voulait pas faire ses achats dans la foule. Malheureusement, un homme, noir, était présent avec le vendeur. Il semblait essayer une veste que l'humaine convoitait.
    Les saluant poliment, elle alla à la vitrine pour retirer le Costume Buss. La Rousse l'essaya, sourit. C'était parfaitement le style que devait avoir une aspirante à la Noblesse. Elle eu les compliments des deux hommes... Mais Pieds Noirs vint la voir. Un baise main... Quelques mots...


    - Oeclyde Ganicus.
    • Hazel Ereon.
    • Auriez vous le temps d'un cafey ?

  • Benjamin (169☆) Le 24 Janvier 2016
    LE PLAT IL VIENT D'HANNIBAAAALLLLLLLL

    *fait le fanboy dans un coin*
  • Djino (156☆) Le 25 Janvier 2016
    * pour ce Lacrimosa tiens, puis aussi pour ce Oeclyde que je suis de loin et qui me plait bien.
  • Ethayel (785☆) Le 25 Janvier 2016
    J'ai vraiment apprécié la lecture.
    J'ai pu imaginer la scène devant mes yeux presque un comme un film.

    Belle narration !

    Mais il y a du vin dans DC ? ^^