Recherche

EDC de Leviathan~47056

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Leviathan~47056

Cacher

Chapitre V : Ghost in the Shell

Spoiler (Afficher)
[Ambiance :3]




"Hé... Tu as une minute ?"


La voix questionne, presque tristement, tandis que son corps se glisse lentement dans le vieux siège de cuir, dominant l'entrée du bâtiment abandonné, ou seul le ronronnement des centrales de vente; en dessous du balcon, brise le silence morne.


"Je ne sais plus vraiment... Quelle voie prendre. Tu vois ? Chaque geste, chaque tentative, empire le tout. J'ai peur que l'on arrive bientôt au bout du chemin qu'Il nous a tracé. Au bout de ce qu'Il a vu et qui l'a forcé a partir. Que l'entropie finira toujours par rattraper l'Ordre... C'est ainsi."



Elle soupire, plus longuement, tandis que ses griffes effleurent l'accoudoir sur le quel elles avaient passées tant de nuit a l'attendre, tant de nuit a espérer une nouvelle issue, une nouvelle existence que leur danse damnée, leur petit microcosme d'amour et de haine. Leur existence.


"Ils passent leurs vie a tous remuer ici et la... Sans s'en rendre compte. Si insignifiants, si perdus. Je ne sais même plus vraiment ce que je protège. Est-ce ces citoyens, qui ont perdu foi en nous, a raison ou a tort ? Qui ne croit plus en l'Imperium, qui ne rêve plus du mérite et ne chérisse plus que les scandales et les crédits ? Craignent les manipulations, le favoritisme... L'erreur ? Ce gouvernement, naissant plein de promesses, avant de finalement laisser la même pourriture s'incruster, insidieuse ? Est-ce in fine seulement le pouvoir qui corrompt tout ce qu'il touche, aveugle les coeurs et les esprits ?

Est-ce les rebelles ? Qui ont perdu de vu leur cause pour n'y trouver plus qu'une justification a la barbarie ? Qui ont oublié la mort du frère ? La haine de l'autre ? L'ont-ils d'ailleurs un jour seulement sut... Est-ce les corporates, qui s'isolent peu a peu de l'Imperium a force d'être eux même isolés ? Un peu comme nous d'ailleurs, non ? Était-je Armacham ?"



Elle ramène son visage émacié en arrière, pour laisser son regard se perdre sur le banal plafond, cachant dans l'obscurité la larme roulant sur sa joue brûlée, marquée d'encre noire.


"Est-ce ca pourquoi nous avions risqué nos vies ? Pour eux ? Est-ce en eux que tu avais confiance ? Qu'y voyais-tu que je ne parviens plus a voir ? J'essaye de suivre ta voie, tu sais... Mais cela devient difficile. Des fois je te remarque, au détour d'une rue, ou d'une d'une réunion du Conseil. Ici et la... Dans nos Codex...

Mais j'ai peur que tout ces efforts soient vains. Il n'y a plus que cupidité, peur, égoïsme... Ils ne comprennent pas que nous sommes tous ici dans le même secteur, et que lorsque la guerre viendra, elle viendra pour eux tous. Qui blâmeront-ils quand l'eau viendra a manquer, quand nos réserves finiront de s'assécher, bientôt ? Se réveilleront-ils lorsqu'un Premier Né ouvrira les portes de Pandores et que nous ne pourrons pas les refermer ? Quand les exogènes courrons dans nos rues ? Courberont-ils l'échine quand les gnolls d'Ahambar marcheront sous nos fenêtres ? Quand la Technocratie les changera, un par un, en autre chose ?

Seront-ils les premiers a se proposer pour chercher de nouvelles sources d'énergies, quand les cristaux finirons par manquer ? Quand les champignonnières s'épuiserons ? Ou seront-ils toujours aussi absorbés par leurs jérémiades, leur quête de crédits, leur petits soucis personnels ?

Qu'en penses-tu ?"



Elle fini par revenir se tourner vers son interlocutrice, observant le siège a sa droite, vide et poussiéreux... Une pointe de tristesse reprenant forme en elle, s'incrustant chaque jour un peu plus, silencieuse, cancéreuse.


"Comme toujours...
Peut-être sera t'il bientôt tant de te suivre. Peut-être avais-tu raison depuis le départ ?
Je ne suis probablement pas faite pour ça. Peut-être que je suis trop arrogante, comme tu le dis.

J'ai vu que Korskarn vendait tes affaires, ajourd'hui... Toi qui me faisais autant de cirque pour mon Anapurnol, alors que tu as fini par en acheter un absolument hideux. J'ai essayé de le racheter, mais, il était déjà parti. Cela en dit long j'imagine ?
Savais-tu... Il refuse de me dire ou tu es décédée. Souhaitant en tirer quelque chose en échange. Je ne peux même pas venir y faire mon deuil. Quoi que te connaissant, tu aurais probablement interdit a Dreyer de me le dire de toutes manières. Tu as toujours détesté les fleurs.

Mais, ne t'en fais pas... La douleur laisse déjà place a autre chose. Et a la peur. J'ai peur de t'oublier, comme j'oublies les autres, emportés par les limbes du temps. J'ai peur qu'un siècle de plus efface pas a pas ce que tu m'as apporté, ce que nous avions vécu. Que cette immortalité offerte ne fasse qu'atténuer toujours plus ce qui reste de moi, ce que tu as si durement ranimé un court instant.

Que j'oublie cette danse, au bar... Ou j'ai croisé tes yeux. Que j'oublies les nuits a se cacher de ton frère, au manoir. Le secret de notre petit monde. Que j'oublies les nuits a veiller ton retour de l'Extérieur, et les nuits sans sommeils rythmés par tes cris et tes plaintes, enfermée dans cette cuve.. Que la chaleur de tes étreintes, la douleur de tes mots, la peine de tes regards, deviennent de vagues brumes au confins de ma mémoire...

La fierté de combattre ensemble, de plonger ensemble... Risquer nos vies ensembles. Commettre l'irréparable ensemble. Le seul être avec qui j'aurais partagé mon éternité. En qui je me retrouvais, en qui je trouvais un modèle a suivre. A exploser les paternes des copies de copies d'humains qui sortent des centres d'arrivées.. Hors du temps. A chambouler les schémas.

Mais peut-être est-ce mieux ainsi..."



Sa griffe glisse le long de son visage, dans un sanglot étouffé, alors que la vautour se lève, son corps si habilement dissimulé sous des tonnes d'acier et de tissu, loin dans son abri de chrome..


"Peut-être as-tu évité ce que le temps m'aura fait a moi. Peut-être n'aurais-tu plus brillé aussi vivement, laissant les pertes et la douleur ronger la merveille que tu étais, pour la corroder, la changer, en quelque chose de tordu et écorché, amer, vide...


Vale, Emily Marie Tyr... Souviens toi, ce soir la, nous deux, et notre terrain vague...












A la prochaine fois."

◊ Commentaires

  • Shaia (636☆) Le 09 Mars 2017
    Putain c'ey bow
  • Cryx~52202 (600☆) Le 09 Mars 2017
    (beaucoup aimé)
  • KorSkarn (563☆) Le 10 Mars 2017
    Dort, dort petit Anapurnol,
    Heureux dans l’ignorance, bleu Empire,
    Attendant encore sa maîtresse,
    Pour la protéger de toute ire.

    « Tout ce que j’ai, j’en fais don à votre Légion pour la financer. »

    N’a tu rien dit pour l’épargner, ou pour t’épargner te voir ajouter ‘menteur’ à l’étiquette ?

    Dort, dort petit Anapurnol,
    Dans la chaleur d’un nouveau foyer,
    À nouveau mit à l’épreuve,
    Sur un autre corps où te déployer.

    Qu’a fait de toi ton héritier ?
    Des deux hommes,
    Qui auraient aimés pleurer
    Ce soir-là, un seul demeure, atone.

    Rêve tu au fond d’une centrale comme une pièce de musée ?
    Où vis-tu, lentement t’effeuillant fibre par fibre sur une nouvelle peau ?
    ... Devrais-je dire vous ?...

    "Elle veut voir l'endroit."
    “Je suis pour mais il faut d’abord lui parler.”

    Qu’ils ne furent pas réjouis,
    Lorsque deuil revêtit,
    Un masque de condescendance,
    Du haut de sa prompte ascendance...

    “Tant pis pour elle si elle refuse, si elle a peur de je ne sais quoi...”
    "C'est pour le mieux de toute façon, bien trop risqué pour lui, où qu'il soit parti le pauvre..."


    Fin.
  • DREYER~53827 (114☆) Le 10 Mars 2017
    Comme il est étrange qu'à présent, leurs discussions soient si calmes... Mais même absente, elle parvient toujours à la faire pleurer. Certaines choses ne changent pas...♥ & *
  • Jinta (788☆) Le 10 Mars 2017
    Il y'a de nombreuses choses qui ne changent pas.. Et ne changerons pas *
  • Valion (395☆) Le 11 Mars 2017
  • Manerina (1461☆) Le 14 Mars 2017
  • Massilya~66466 (29☆) Le 10 Mai 2017
    Sublime... Que dire de plus. *