Recherche

EDC de KorSkarn

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par KorSkarn

Cacher

Cent et une façon d'aimer

2/316.2 à 06ch30


Le cyborg se réveille lentement, grognant, allant pour s’étirer en inspirant longuement... Mais marquant un subit temps d’arrêt en sentant une masse sous son bras.
M'ah oui... Il n'était pas aller se coucher seul. Une ancienne conquête qui avait besoin de chaleur.


"Est-ce que tu te sent seul, KorSkarn ?"


Autant besoin de chaleur que lui ?...
Il faut dire, qu’à part de rarissimes occasions où il avait cédé, il n’avait pas partagé son sommeil avec qui que ce soit en une trentaine d’années, depuis qu’il était "Acivis Ad Vitam".
Mais SG avait corrigé cela hier, rétabli le respect des Codex, et le régime n’en a même pas paru du coup, s'incliner, céder, être trop gentil. Comme d'habitude.
Comme d'habitude aussi, les pleureuses qui se sont sentis violées par les paroles certes dures de l’IA au passage, comme si ce qui arrivait n’était de la faute de personne...
Comme si l'IA leur avait retirées leurs accréditations. Ou pire. Qu’est-ce que ça aurait été si c’était le même SG qu’il y a 50 ans, des suicides ?...
Enfin bref.
Le mâle sourit doucement, levant une main pour les passer dans la longue chevelure de l’elfe, tout doucement, tendrement aussi face a l’impératif de ne pas réveiller la beauté qui se repose.
Il se souvenait de leur première rencontre, la méfiance, les masques, les carapaces... Il se souvenait de toutes en fait, la liste aidait. La fameuse liste, que certains disent pourtant dégradante, le cyborg ne trouvait pas, surtout en comparaison des relations abusives, les ménages a plusieurs, les mensonges dans lesquels les gens s’engagent...
Une liste, aux cent et unes façons d'aimer... Littéralement.

***
**
*


Numéro 1... Je t'ai désirée, puis courtisée, presque depuis le tout début que je suis arrivé ici. S'en est suivi plus d'une décennie de vie commune, fidèle, tout cela pour être ainsi trahi, trompé, dès que l'ont m'a jeté dans le caniveau...
Je sais que j'étais loin d’être toujours là, obsédé par mes devoirs encore l’Humanité, par la guerre, par la bonne santé politique du Secteur...
Mais tu as brisée quelque chose en moi probablement, qui explique la longueur de cette liste.


Numéro 2... Tu m’as conquise par la douceur, la fragilité qui émanait de toi, poupée de porcelaine. Il y a eu bien des hauts et des bas entre nous au fil des décennies, tantôt simples amants, couples, voir ennemis, souvent irréconciliables sur des questions politiques surtout, tantôt l’atmosphère frigide entre nous, tantôt complètement sulfureuse d’une passion animale, dévorante. J'aurais aimé que ça se finisse en meilleurs termes. Que tu me comprennes enfin.


Numéro 3... Je dois avoir un faible pour les femmes que je semble pouvoir protéger, couver, soigner. Même moi sur le moment, ne pensais pas aller si loin lorsqu'à une rencontre fortuite dans ta boutique, après des années sans se voir, j’ai été saisi par cette impulsion soudaine d’entrelacer mes lèvres aux tiennes... S'en sont suivis des parties de cache-cache pour t’aimer malgré tes proches... Jusqu’à ce que tu m’oublies. Tout simplement.


Numéro 4... N’est-ce pas plutôt toi, qui m’as draguée ? Petite princesse aux goûts de luxe, innocente, j’ai l'impression que tu t'es vite lassée de moi, quoique pas de nos étreintes. Lassée il faut dire aussi, qu'on te reprochais dans les hauts cercles que tu affectionnais, ta relation avec l'ennemi public, le croquemitaine, Celui Que L'On Ne Doit Pas Approcher. Tu m'as fait comprendre, tu m'as révélée avec candeur, a quel point cela allait loin...


Numéro 5... "Un fonctionnaire et une criminelle, ça ne peut pas s’aimer KorSkarn..." Mon cul oui. Même toi doutais, mais je m'en foutais, on disait bien des choses de toi, mais ils avaient tort, tu étais quelqu'un de bien, notre relation était simple, bonne, a tout points de vues... Trop bonne sur certains points même, tu affectionnais trop le physique, montrer ta perfection... Sauf que j'étais là, et même si ce n'était pas (encore) tromper... C’était trop pour moi.


Numéro 6... J'en avais fini avec les relations sérieuses, pour un moment du moins, mais tu m’as fait réfléchir. Il faut dire que la passion entre nous, était quelque chose... J'ai eu certaines de mes premières avec toi, première fois que je le faisais a côté de quelqu’un d’endormi, première fois en ST, première fois sous le smog... Je ne sais pas trop où on s'est éloignés, puis incompris, probablement quand on s’est retrouvés, par des personnes, par des choix, sur des voies opposées.


Numéro 7... J'imagine que c’était la suite logique autant d'un point de vue familial, qu'après avoir été là mais endormie, que de voir par soi-même... Ce qui l’était bien moins, cependant, c'est d’avoir voulu me piéger, me trahir, manigancer contre moi, et pour quoi ?... Uniquement pour une petite tape sur la tête ?


Numéro 8... J'ai rarement dragué en parlant sciences, une première, et peut-être bien une des seuls, pendant que j’étais doucement intoxiqué par des artifices pas moins réfléchis, étudiés... Me poussant, mais sûrement pas la seule chose, à passer la soirée plus discrètement que dans un bar, et autrement que séparés par le comptoir... Dommage que nous ayons été par la suite séparés par un Secteur, j’aurais aimé mieux te connaître.


Numéro 9... En tant que mâle j'aurais jamais imaginé donner mon corps pour des infos, encore moins a quelqu'un comme toi, car autrement tout les moyens sont bons... Et de toute façon, je ne peux pas nier à quel point ce fut plus qu’agréable. Encore et encore, de bout en bout, être "abusé" par toi... Mais pourtant tu as décidée de tout plaquer, et je ne parles pas juste de nous, sans débouchées que c'était, rien de plus logique... Cependant, à la fois plus près, tu as voulu rester loin, sans plus confiance, comme si rien ne c’était passé.


Numéro 10... Ho, tu pensais vraiment ne pas être séduisante à cause de ton génome ? Pas à mes yeux, même si tu en as longtemps doutée, même après que nous l’ayons fait, même après qu'a chaque retour de cryo', coup de gueule, j'étais là pour te raconter, t’aider, repousser un peu l’ambiance d’hostilité croissante dans le Secteur... Je commençais à m'habituer à être une sorte de repère, de borne, et je ne fais pas la comparaison a cause de la forme !


Numéro 11... On aurait pu croire qu’on se sera remarqués, et rapprochés plus tôt, mais je crois que les relations physiques, et même plus sérieuses, ne sont pas des choses que tu recherches tant, et j'admire même, estimes, est heureux d’aider à tes intérêts débordants pour la science. Même si nous ne faisons plus rien d’intime, depuis longtemps, et surtout que nous avons eu quelques problèmes, je chéris notre relation actuelle.


Numéro 12... Je n’avais encore jamais couché avec la femme d’un ennemi, et je n’en ai pas regretté une cycle secondaire. Au début, j’ai même cru a un piège, mais force est d’avouer que même si notre relation était quasiment que charnelle, elle n'a jamais déçue... Jusqu’à récemment, je ne sais pourquoi, comme si une gêne s'était installée, comme si tu avais d'autres priorités entre deux cryos, et peur de me le dire.


Numéro 13... Tu ne payais pas de mine, toi devant qui nombreux passent sans même te regarder, ou en fronçant le nez, emboutie dans une parfaite non-conformité mais avec une douceur, une aisance, répondant à mes avances avec une légèreté déconcertante... Et révélant à qui savait si attarder, en l'occurrence moi, l’excellente amante se cachant derrière ta fragilité, ton poids plume, et tes décalages.


Numéro 14... Je n'ai jamais payé pour du sexe, et ça n'allait que difficilement changer, alors quand j'ai vu en toi l’appétit pour ce que tu faisait... Hé bien j’en ai profité, je l’avoue, enfin on ne peut pas dire que l’on en a pas profité tous les deux, en vérité... Quelle différence aurait fait des crédits de toute façon ? Quelques heptades plus tard, tu étais disparue, une autre flamme qui s’est éteinte dans le smog. Tant de jeunes...


Numéro 15... Mon amour argentée... Tu es venue à moi pour que je t'aide dans tes entreprises, dans tes objectifs d'ascension, et alors même que bien trop douce, bien trop gentille comme tu étais, tu t'y piégerais dans la souffrance, qu'on te dévorerais toute crue, j'ai moi-même été prit au piège de tes charmes... J'ai cru pouvoir t'aider, et quand bien même j’ai tout fait pour, consentant a ce que l'on ait plus aucun contact, ils se sont assurés de te détruire... Jusqu'au suicide. Je ne pensais déjà pas ravoir de relations sérieuses avant toi, mais après, il m'as fallu beaucoup de temps...


Numéro 16... Tu n'avais pas l'air très intéressée, et pour cause, cette fois c’était également parce que quelqu'un voulait quelque chose de l’autre, que tu t'es retrouvée la cible de mes attentions. Attentions qui, face au peu de réactions, me firent pratiquement passer l'envie d'essayer ce qui n’était décidément pas ton fort. Nous sommes repartis chacun de notre côté, toi me laissant ton soutien-gorge cependant, comme une autre monnaie, mais au moins depuis nous entretenons des relations plus saines.


Numéro 17... Une personne très singulière, toute jeune et déjà si ambitieuse, si affirmée... Tu m'as demandée de me pencher sur ton équipement par exemple, alors que nous nous penchions l’un sur l’autre avec grand plaisir, une certaine passion qui ne laissait pas vraiment présager que tu te détournes si soudainement, une fois devenue noble... De toute évidences, il y avait meilleur partis, mais qui ne t'ont pas empêchée de disparaître quelques années plus tard, toujours sans un mot.


Numéro 18... Ça faisait un paquet de temps que nous nous voyions, surtout professionnellement, et même si je n’en avais jamais fait cas, raison pour laquelle cela t'as étonnée, je t'ai toujours trouvé désirable derrière les cloisons de ma fidélité indéfectible... Alors quand nous nous sommes retrouvés l'un l'autre, même si cela faisait longtemps que nous ne travaillions plus ensemble, enfin sur un terrain d'égalité et sans nos êtres aimés d'alors, nous sommes allés droit au but bien que nous n'étions plus dans un domaine qui l'exigeait.


Numéro 19... Une de mes relations les plus passionnées, alors même que nous nous sommes vus que quelques fois, que tu virevoltais hors et en couple, ce que nous faisions était pas moins chaotiques, tantôt dominant ou soumis de l'autre, et d’autres choses pas moins conventionnelles qui me laissent encore le sourire quand j’y pense... Un sourire triste à présent, car même si nous nous sommes souvent frictionnés - dans un sens plus hostile -, deux caractères tenant à l'autre mais aussi forts que leurs idées étaient bien ancrés, j’ai vu le don pour l'Humanité que tu étais expirer dans un endroit sans âme...


Numéro 20... Oui je l'avoue, je me rapproche parfois des NI que j'aide, sondant leurs envies, et, je dois dire, profitant du fait que je n'aime pas faire, si cela ne plaît pas à l'autre... Et dans ton cas, à peine commencés, tu as mis ce principe à l’épreuve en m'arrêtant car tu n'aimais pas les mâles, chose qui s'est révélée être sincère par la suite. Alors... Mais il n'y a pas d’alors, car tout s’arrête simplement là d'un point de vue physique, de cette liste !


Numéro 21... Un de mes plus grands crimes, j'ai fait la cour a ta délicatesse et ton innocence, que j’ai souillés par un malentendu. Je ne pensais pas que tu voyais cela comme une relation de fidélité, je pensais que c’était évident, que tu t'en rendais compte... Ou peut-être que je me berçais juste d’illusion pour entrer dans ton lit, et quand la vérité a éclaté, tu en as été très blessée... Je ne saurais jamais assez m'excuser.


Numéro 22... Une relation d’un soir, sans lendemain, j'ai toujours été curieux de l'égérie que j’ai souvent fréquentée au travail et en dehors, fut un temps. On est repartis chacun de notre côté par la suite, comme de rien, comme si rien ne c’était passés, échangeant parfois mais comme les vieux amis d'une ancienne famille, alors il a été naturel qu'on se rende quelques services, y compris lorsque tu as perdu ce qui t'était cher.


Numéro 23... Toi aussi, tu fus longtemps une collègue, une proche professionnelle mais dont plus encore, nous nous tournions autour, frustrés par la fidélité, toi surtout sans vouloir me jeter des fleurs, ne faisant pas même une manœuvre alors que mes tâches de médecin m’ont amenés à m'ouvrir grand la voie... Littéralement. Alors quand nous nous sommes revus, après si longtemps... J’ai bien cru certaines fois qu’on ne verrait plus la lumière du jour.


Numéro 24... D'accord, il est vrai qu'aller soi-même récolter des infos sur un culte rebelle, interroger l’air de rien, une personne qui justement en ce moment se prostitue, n’était sûrement pas la tâche la moins agréable que j'ai eu à faire d’enquêteur. Mais pour ma défense, il a réellement été mené, au point que tu n'as pas été étonnée de me voir en face de toi pour ton inculpation. Au fond, je ne te pensais pas une mauvaise personne, juste un peu perdue, au point d'aller en face et t'y cryo'.


Numéro 25... Je crois que j’étais presque aussi surpris que toi lorsque celui que tu appelais Commandeur à répondu avec audace, comme s'auto-défiant, de venir chez lui voir si on y menait encore large. Et je dois avouer que tu es une bête qui m’as donné du fil à retordre pour épingler un des trois génomes les plus rares à mon tableau de chasse... Il n’en manquait plus qu'un, pour être un conquérant sexuel cosmopolite ! Et par la suite, j'ai rarement manqué de t'attirer à coup sûr !...


Numéro 26... Je t’ai longtemps pris pour une arrogante attachée à ton travail qui m'a seulement fréquentée dans ce but, et qui m'as manipulée avant de disparaître, me faisant sentir bien plus utilisé que le contraire, un comble dans une société soi-disant égalitaire mais où il y a toujours tant de préjugés sur les hommes et les femmes... En réalité, le malentendu longtemps plus tard éclairci, et même... Rattrapé, nous voilà maintenant depuis presque aussi longtemps des amis indéfectibles, unis par une confiance totale.


Numéro 27... Je ne pensais pas que mon premier plan a plusieurs avec une nouvelle personne que je n’avais jamais touchée, se passerait dans la Prison. Même un cycle avant, je ne m’y attendais pas, bien qu’ensuite la proximité dans la cellule, le caractère pas moins dévergondé de mes deux comparses encore éveillées, et quelques attentions et remarques subtiles, ont vite menées à ce que la plus menue des deux se retrouve soudainement entre la seconde et moi... Plus étrange encore, que ce fut le début d’une de mes plus longues, et occasionnelle, mais moins conventionnelle, relation sexuelle.
Et donc 28 avec... Dans ton cas en revanche, ce fut tout le contraire, on c’est rarement revus, et pas toujours en bons termes, au contraire même, tu as déjà travaillée contre moi, y compris en portant atteinte quelqu’un d’autre sur cette liste proche de toi... Ne crois pas que j’ai oublié. Jamais.


Numéro 29... Fraîchement arrivée en S1, et déjà pas très contente de certains détails sur celui-ci, au moins ai-je apporter quelque répit à une orque qui, malheureusement, c’est rapidement éteinte, lassée, blasée, qui désirait beaucoup plus mais de toute évidence, ne le recevrait pas encore, du moins pas aisément ni rapidement, de la société d’alors.


Numéro 30... Oui, je l'avoue, j'ai commit une fois l'acte en général, étant donné l'hypersensibilité de la société sur la question de la sexualité, l'acte vu comme le plus grave. Sur toi, prisonnière de ma PI refusant de parler, qui assise là, attachée, me regardait avec pas moins de sérénité que j’en avais habituellement, la mettant a mal... Tout en me demandant de faire mon pire, faire ce que je devais faire. Et je l'ai fait, un acte quasiment symbolique et sans plaisir au sein d’une torture élaborée, que je me serais jamais pardonné si elle n’avait porté ses fruits indirectement.


Numéro 31... Au début, je t’ai pris pour une plumée toute fragile qui ne savait pas quoi faire, comment faire, ou qui être, perdue et rapidement avalée, broyée par la Cité et ses méandres... Mais la vérité c’est que si tu étais un peu perdue, comme toute jeune, c’est aussi parce que tu avais cet amour important, très important, de faire les choses biens dans tout les sens du terme : À la fois perfectionniste compétente, mais aussi engagée que pourvu d’un dénouement certain... Qui t'a certes amenée à te fourrer dans de sacrées choses avec nous ! À peine retrouvée, alors que tu me manquais tant, tu as pourtant disparue...


Numéro 32... Je ne le montre pas, et cela interroge d’ailleurs souvent, mais je me méfie souvent, surtout cependant depuis toi. J’aurais dû me douter, que jeune transfuge si ambitieuse, tu serais tentée de tendre un piège à celui fraîchement de nouveau Acivis, avec qui tu avais déjà eu un rendez-vous... Moi qui allais te sauter dessus pour te donner ce que tu, surtout par ton génome, désire brutalement, a la place je me suis retrouvé sauté dessus par un certain commissaire, heureusement seul, et depuis mort au combat.


Numéro 33... Tu étais bien étrange, jeune aux goûts si affirmés et... Pour le moins très spécifique, prenant ce que tu voulais dans le Secteur, brûlant avec l’ardeur de joie, mais aussi la durée. Je n’ai pas été très étonné que tu disparaisses, ni très attristé, beaucoup d’autres devaient l’être de ce que tu me disais !


Numéro 34... Tu t’es acharné à toujours nier ce que tu ressentais, bien que purement physique, tu n’as pas une telle renommée pour rien... Tu as tenté de le nier, surtout, lorsque les positions statutaires se sont inversés, toi en haut et moi en bas, ou plutôt, dans les tréfonds, serait plus correct, vus ce que tu désirais de moi qui était d'autant plus inacceptable dans ta position... Ce qui m'a tout de même quelque peu énervé, c'est du coup pour te justifier, parler de viol, alors qu'on sait qui c’est retrouvé chez l'autre sans la moindre contrainte et en sachant pertinemment l'issue...


Numéro 35... Avec toi, jeune décomplexée, j’ai pu me targuer d’avoir exploré tout les génomes, même s'il ne me semble pas t’en avoir fait part, pas même si après que nous l'ayons fait, nous avons continué à être proches, à discuter, à te conseiller, y compris sur ton couple. Il y a quelque chose parfois, de rafraîchissant, dans le caractère encore relativement innocent des jeunes, et on sent d'autant plus l'aide qu'on leur apportes... Jusqu'à du moins, que toi aussi disparaisse rapidement, sans un mot.


Numéro 36... On ne dit jamais assez de se méfier des kobolds, et même si en réalité la majorité ne sont pas moins fiables que n’importe qui, deux individus devaient me faire tout de même douter... Dont toi. Pressurisée certes par l'amba Syra avant un autre rendez-vous, tu m'as vendue contre la promesse de ne pas te faire acivilisé... Ou tout du moins c'est ce que tu as fait croire, car si tu nous a mit dans l’embarras, tu as aussi acceptée mon plan qui a bien marché : Faire croire que tu as été démasquée, violée, etc, et ils étaient trop heureux, surtout une certaine kobolde promise a un 'grand' avenir politique, de faire de moi le croquemitaine...


Numéro 37... On aurait pu croire que je te détesterais viscéralement pour ce que tu as tenté de faire à ma fille, et pourtant, a l’époque j’étais encore dans une transformation où je renonçais à tout ce qui caractérisait de négatif, mes concitoyens. La rancœur, le dédain, la haine, le mensonge... Alors j’ai tenté de te sauver, même si au passage, mais là encore en partie dans ce but, je t’ai fait goûter à un peu de ta propre médecine. Pourtant, Hujan sait que tu es un individu aux antipodes de ce en quoi je crois, et que je n’ai pas oublié toutes tes prises de positions, tes engagements...


Numéro 38... Toi aussi, je pourrais dire de même, bien que de ton côté aussi tu me pardonnes certaines choses à ton encontre, et pas des moindres, même si c’était simplement ce que je devais faire, que tu as été piégée. Cela a mis beaucoup de méfiance entre nous, encore maintenant, très longtemps plus tard, mais j’ose bien espérer que l’on ait rangé tout cela de côté, pour l'Humanité, même si, surtout si, il n'y a plus rien de physique entre nous.


Numéro 39... On ne couche clairement pas tout les jours avec quelqu’un d’aussi convoité, même si on la connaît depuis longtemps, a traversé le pire avec. Cependant, même encore maintenant, je me demande si ce n’était pas une lubie parmi d’autres, ou pire, que tu avais des buts plus sombres en tête, étant donné par la suite la manière dont tu t’es mise à me percevoir... Et a m’ignorer subitement. allant et venant comme de rien. Mais ne t’y trompes pas, je t’ai, comme bien d’autres, a cause de ma situation, percée à jour...


Numéro 40... C’est plutôt audacieux de ne pas demander l’avis de la personne, mais pas tant si l’on connais un peu la personne même de loin, ses relations, alors je me suis permis de te prendre, là, comme ça, en pleine rue bien que sous module... Mais c'est plus tard en se voyant plusieurs fois de manière tout de même plus classique, que j'ai vu une profondeur assez rare, une souffrance, un tiraillement que j’aurais aimé pouvoir faire plus pour combler, aider. Malheureusement seul la cryo semblait pouvoir t'y aider, mais si tu en ressors encore une fois, j'aimerais que tu saches que je suis là.


Numéro 41... Je m'étais promis de ne pas me remettre en couple... Mais tu m'as fait hésiter, puis céder, face à une force, une volonté que je voyais déjà tôt en toi, quelque chose qui m’as fait comprendre que tu pouvais en porter le fardeau... Même si tu as cryo, je t’ai attendu, ton génome changé, et moi plus amoureux que jamais, prêt à tout faire, tout partager avec toi, même les initiatives les plus audacieuses où tu en a plus bavé, souffert que quiconque en S1 comme en S3, entre les mains de l’ennemi... Je ne t’ai jamais lâchée, jamais abandonnée, alors quand toi l'as fait... Si je n'étais déjà brisé, tu aurais pu me tuer toi aussi.


Numéro 42... Les jeunes ont souvent cette énergie, cette pétulance, mais pour le coup, tu battais des records, à parler de tout et de rien comme si de rien n’était, alors que je me contentais, tentais de suivre et répondre à tout, conseiller, apporter un point de vue différent. Malheureusement, comme souvent, de courte durée, l’optimisme vite battu en brèche par des obstacles, des attentes, dans tout les sens du terme, et c’est en cryo que cela se termine, silencieusement.


Numéro 43... Tu ressemblais à la précédente comme à une jumelle, alors ce fut tout naturel de poser mes yeux doucement, et pas que, sur toi aussi pour au final, m’étonner et m’amuser des différences et des similitudes entre vous, deux faces d’une même pièce qui se complétaient et suivaient toujours, deux caractères bien opposés mais pourtant attachés, liés sans se détacher face aux vissicitudes de la Cité. Sans se détacher, jusqu’à la fin...


Numéro 44... On m'avais déjà avoué, de façon plus ou moins ouverte, qu’être le jouet de l’Acivis Ad Vitam, le terrible Terroriste KorSkarn, était une idée de plus excitantes, mais jamais autant que tu l'as fait. Pourtant la première fois que tu m'as sentie en toi, ce n'était qu'en tant qu'inconnu derrière les liens et le bandeau qu''elle' t’avais mise. Et cela t'a donné envie de plus, a une autre occasion, me faisant jouir au passage du spectacle de tes charmes aussi exotiques que colorés, étranges et uniques.


Numéro 45... Le Sud n'a pas sa réputation pour rien, et j'y chasse parfois de jeunes Sudistes dénuées des complexions du nord, qui comme toi n’ont pas peur de se faire plaisir avec un presque inconnu, sans la moindre honte ni gêne, embrassant ce que nous sommes tous, ce que nous désirons, avec simplicité. Cependant, comme bien des jeunes, malgré une joie, une envie de vivre apparente, c’est souvent bien avant le cycle que l'on découvre à nouveau le nom s'inscrire non pas sur le com’, mais sur le terminal portable...


Numéro 46... Je me souviendrais toujours de notre première rencontre, quand j’ai pénétré chez toi en S3 a la tête d’une escouade, cherchant nos ennemis en pleine Annexion, pour finalement nous excuser du dérangement et repartir tranquillement. Pas une once de peur chez toi, mais pas non plus de colère ou de mépris, alors, attiré, et bien pas que pour cela je l'avoue, je t'ai contactée et courtisée lorsque tu as transfuge... Malgré de la méfiance, nous nous sommes rapprochés, parfois éloignés, mais toujours relativement proches dans un étrange ballet entre désir et besoin.


Numéro 47... On pourrait croire qu’à force j'ai apprit la leçon de ne pas m'attacher aux jeunes, pourtant, et peut-être pas uniquement parce que je suis un idiot, je me suis laissé pencher vers toi, toujours plus, jusqu'à finalement t’adopter et t'appeler ma fille. J'essayes de suivre, répondre a toutes tes questions, et elles sont nombreuses ! Mais surtout, j'essayes d'être là pour toi, pour tes déceptions, pour tes réussites, mais c'est si compliqué parfois quand je me sent si las de tout... Excuse moi si parfois je ne suis pas suffisamment présent, j’essaye, je voudrais l’être à tout instant.


Numéro 48... D'habitudes les jeunes sont moins méfiants que cela, et c'est à grand peine que j'ai réussi a avoir une entrevue. Pourtant, la méfiance persistait, et tu t'es dérobée à peine commencée, et plus que jamais j'ai senti que ce que l'on pouvait raconter sur moi faisait parfois bien effet, surtout sur les jeunes. Depuis j'ai regardé, de loin, tes évolutions, me demandant si tu étais suffisamment mûre, changée, pour reprendre le contact, mais finalement, ce n’est jamais arrivé.


Numéro 49... Certes, on me demande parfois de rendre des services pour les moins étranges, ma situation m'y prédispose, mais cela battait sans doutes des records, même si tu savais que je ne pouvais pas te refuser grand chose, surtout vus à quel point tu as pu m'en rendre, des services, numéro *. Alors quand tu m’as demandé de venir, appareil pseudo-mâle bouclé autour des hanches, venir le prendre avec toi pour lui faire goûter ses propres sévices, j’ai accepté, surtout que comme je le suspectais, la 'punition' lui était aussi humiliante qu'agréable, lavant mes réticences.


Numéro 50... Cela avait démarré de manière bien étrange et subite, après tout, on ne se 'cache' pas tout les jours du CdO sous la robe de quelqu'un en plein bar et en profiter, tout les jours. Derrière tes airs dévergondés, cependant, et c’est quelque chose où la majorité des hommes, aveugles, s'arrêtent, celui qui creuse plus profond découvre en réalité une personne très réfléchie, très maline. Une personne qui a un avis profond et éclairé sur la politique, la gestion du Secteur, les gens, les situations, la morale, l'idéologie... Une conversation aussi profonde que le reste, et aussi agréablement découverte, explorée.


Numéro 51... Dommage que notre premier rendez-vous ait été si rapide, et qui plus est, qu'il fallait se tempérer étant donné ta blessure ! Je me souviens bien de la jeune qui avait envie de tout et vraiment peur de rien, m'avouant même qu’elle parlait a d'autres Acivis et que cela semblait être une habitude, de fréquenter les 'méchants' ! Toi aussi tu as disparue, malheureusement, courte éclaircie au travers des pluies acides...


Numéro 52... Ce n’était clairement pas dans mes habitudes de coucher avec quelqu'un comme toi, et je ne parle pas juste du fait d’être l'enfant de quelqu’un qui me déteste, voire même d’être son espion SRI, mais que veux-tu, il faut bien tester... Dans tout les sens du terme. Au final, je pense que ce n'était pas le cas, tu t'enquérais de tout avec innocence, comprenant parfois assez douloureusement ce qu’il se passait vraiment, pourquoi rien n'avançait, qu'est-ce qui faisait obstacle...


Numéro 53... Jeune serveuse timide, je me doute que ce fût quelque chose de venir me voir, tu ne savais pas trop où te mettre, pourtant tu en voit des personnes défiler dans un bar ! J'ai vu cependant la jeune femme rapidement s'affirmer et se mettre à l’aise, au fur et à mesure que nous discutions, que nous nous connaissions un peu mieux... Et cela c'est vus surtout quand on s'est rencontré, jusqu'à ce que le souvenir en reste gravé dans le canapé de la même couleur que ton visage... Tu as disparue toi aussi, comme tant d’autres jeunes.


Numéro 54... Les outri' sont rares, même les jeunes, et je l’ai bien mesuré avant que nous partagions, plusieurs fois, des étreintes. C’est bien dommage que tu ait disparue toi aussi, je m’inquiétais de te voir parfois te faire cuver comme ça, sans raison car tu bossais à la mauvaise boutique, mais le plus souvent c’est toi qui t’inquiétais pour moi, demandant de mes nouvelles, et à me voir quand ça n’allait pas... Quel médecin tu aurais fait, par exemple...


Numéro 55... Je dis souvent que je n'ai jamais de regrets, que je prend garde de prendre toutes mes décisions la tête froide, avec le maximum de données... Pourtant, tu es sûrement la relation où j’aurais le plus aimé que cela se fasse différemment, à plusieurs reprises en tout cas où j'aurais voulu savoir des choses par avance, modifier mes actions, être plus, ou moins, pour changer le cours de ce drame. Et d'un autre côté je me suis toujours demandé, et ne m'en suis jamais caché, si tu m'aimais autant que moi je t'aimais... Jusqu'à la fin en tout cas, j'ai renoncé à cette fierté mâle pour tenter de me rapprocher, malgré la distance qu'ont imposées les circonstances, puis toi qui ne voulais rebasculer... Jusqu'à ce que tu disparaisses, comme ça.


Numéro 56... J'en ai vu des droïdes abusées, mais là, c’était plutôt un record, et même s'il faut voir au-delà des apparences innocentes, cela me faisait un peu de peine, bien qu’on se fasse une raison a force, de te voir sous la coupe forcée, inscrite au plus profond de ton code, de tels individus, à la fois abandonnée, à la fois manipulée, un jouet a qui l'ont aurait jamais dû donner la sensibilité humaine, la conscience...


Numéro 57... Au début, je t'ai pris aussi pour une de ces jeunes, qui viennent et s'en vont bien vite, qui n'ont pas un caractère de survie, une étincelle bien spécifique de longévité, surtout il faut dire que tu étais bien particulière, ton génome à la fois bien revendiqué, et à la fois en repoussant la fragilité, dépositaire d’une force cependant incommensurablement sensible... Hah, quel fardeau tu portes, et décides maintenant, si longtemps plus tard, de porter avec moi... M'enrichissant, m'illuminant de tes ambiguïtés, tes ambivalences pleines de surprises et sources d’énergie. J'aimes les êtres que j’ai dû mal à percer à jour, qui ne penses pas qu'à eux. Je t'aimes.


Numéro 58... Avec un tel nom, il n'était pas besoin d’être un Premier-Né pour deviner ce que tu aimais, alors c’est de manière pas si osée que je t'ai invitée a venir la prendre en bouche. Il est vrai que le Sud n'est pas réputé pour sa finesse, mais là, tout de même !... Toi aussi, très jeune, tu as cependant disparu très rapidement, et c’est dommage, j’aurais imaginé un tel nom s’élever haut !...


Numéro 59... Cela faisait un paquet de temps que je te convoitais, peut-être même étais-tu l'une de celles où j'ai dû faire la plus preuve de patience, et lorsqu'enfin, sachant bien a quoi tu devais t'attendre après ce fameux test d'armes, tu es sorti de ta relation abusive pour profiter de moi, j’étais bien trop heureux d'exaucer toutes tes attentes. Tu as encore des blessures cependant, je le vois, tu le vois, et si elles ont doucement guéries, tu restes parfois méfiantes des intentions, lassée par ce Secteur, lassée par cette Cité, lassée de l’attitude générale... Et moi, je l'avoue, j'ai parfois trop besoin de toi pour montrer un désintérêt total.


Numéro 60 et 61... On voit souvent des choses étranges sortir du CdC, mais là, je dois bien avouer que moi qui aimais l'originalité en faisant d'une pierre deux coups, j'ai été servi. Servi surtout, dans tout les sens du terme lorsque vous vous êtes vengées de mes absences, d’une manière dont je m'attendais absolument pas. Malheureusement, vous aussi avez fini par disparaître, subitement. Las j'imagines.


Numéro 62... Ce n’était pas tout les jours que je descendais en ST, et encore moins y faire des rencontres, faisant plutôt tout pour les éviter, évidemment. Mais il est des situations où l’on sent que les habitudes peuvent changer, et, il faut dire, tu semblais une proie que je pourrais à la fois empêcher de s'enfuir, et m'occuper... Profitant ainsi pleinement, notre excitation à l'idée d’être surpris, accru par le danger double que les deux côtés ne feraient de cadeau à aucun de nous. Pourtant, quand tu es venus ici plus tard, d’abord tu m'as assurée que rien n’étais oublié, puis... Tu as simplement décidée de ne plus me connaître, sans explication.


Numéro 63... On dit que ton génome n'a pas d'humour, tu es la preuve vivante du contraire ! Tu es tantôt piquante, blagueuse, et l’instant d'après te soucies de si tu est allée trop loin... Tu es quelqu'un de bien, attentionnée, et cela correspond à ta voie, et je ne regrettes pas un seul instant t’avoir contactée de nulle part, avoir essuyé les accusations, ou que tu m’appelles de divers sobriquets peu flatteurs, voir hésites a te faire 4 millions avec la prime sur moi !... Je ne suis pas trop loin, je ne donne plus trop de nouvelles, mais toi tu as l’air d’aller (malgré les picots !), c’est l'important.


Numéro 64... Tu n'étais tout de même pas NI, il m’arrive parfois de contacter les jeunes avec du retard, bien trop tard pour leur fournir les équipements vitaux, mais tout de même pour les conseiller, les aider. De fil en aiguille, on c’est vus, et même si je t’avais comme a mon habitude prévenue qu’il valait mieux taire avoir toute relation avec moi, tu as finit par t’endormir subitement chez moi... Ce n’est pas la seule fois que cela arrives, et moi dans une mes périodes nocturnes t’es donc veillée longuement, sans que rien n’arrives. Mais probablement en vain, car tu devais disparaître aussi peu après.


Numéro 65... Avec toi, j'ai compris que j'aimais bien trop l’originalité, et devais me poser des limites. Déjà, normalement je ne payais jamais, et cela devait être la troisième et dernière fois, mais de plus, j'ai voulu essayer certaines choses pour être au final abusé, essayé d'être manipulé à donner plus, me vaccinant quelque peu de la pratique, ainsi que d'autres raisons qui n'ont rien avoir avec toi, de certains milieux de la prostitution. On a continués a échanger plus tard, même si je ne montrais pas a quel point cette avidité des crédits, je ne l'appréciais pas.


Numéro 66... J'ai longtemps cru que tout allait bien, dans une relation que j'avais parfois surprise, de loin, de temps en temps, sur la longue durée où nous nous sommes côtoyés de loin indirectement, sans jamais échanger. Et puis un jour, j'ai décidé de mieux te connaître, malgré les apparences, les obstacles, me doutant une fois de plus que tout ne s'y résumait pas... Le hasard a voulu, que je te contactes justement quand ça n'allait pas avec lui, me demandant si je venais de sa part, comme s'il ferait une telle chose !... Nous avons échangés, et pour toi aussi, j'aurais voulu mieux t’aider, te tirer de cette spirale...


Numéro 67... Toi aussi j’aurais voulu te sauver, même si, je n’ai su que bien trop tard tes problèmes. On a pas été très proches, tu as vite eu ta compagne, et puis... Tu es tombée aussi sur la mauvaise personne, qui a voulus te tester, t'éprouver, expérimenter sur toi toujours plus loin, toujours plus fort, t'obligeant a ne plus me répondre, a m'éviter... Et ce jusqu’à ce que cela ailles trop loin. Jusqu'à... Ce qu'il te tues.


Numéro 68... On dit souvent, "trempez-la dans l’eau, trempez la dans l'ura, mais jamais dans une folle", mais il paraît que je ne suis pas du genre a écouter et même a être raisonnable... Alors ouais, même si on te considères comme la plus tarée du Secteur, je n'ai pas hésité quand j'ai eu une occasion... Même si autrement, je me tiens à une bonne distance, pas que physique. Il faut dire que toi aussi à quelques occasions, certaines que tu penses que je ne suis au courant d'ailleurs, tu m'as déjà trahi, alors quand on me pose la question de si je te connais, si je faisais tes conneries avec toi... C’est réellement non.


Numéro 69... Un nombre magique pour une relation là encore assez spéciale, c’est vrai, d’habitudes mes partenaires, l’offre, est très souvent bien plus fine, et un peu plus petite que moi, alors que là c’était tout le contraire... Ce qui était moins amusant par contre, c’est les autres problèmes de ton génome, et je ne pouvais pas faire grand-chose que de te rassurer, essayer de t’apprendre un peu à contrôler l’incontrôlable...


Numéro 70... Presque un gabarit équivalent, pour ta part par contre, tu avais un côté bien plus inavoué de tes désirs, faisant semblant de ne pas m’avoir dit ce qui m'a fait venir, et te prendre en main, dans tout les sens du terme... Et pour cause, tu donnes un autre air à tes amantes m'a-t'on dit, du moins, cela dépend lesquelles !... Je suis désolé par la suite, de t’avoir fait reluire quelque chose pour rien.


Numéro 71... Des jeunes qui n'ont pas peur ? Oui, ça j’en ai connu, mais aussi sûre que toi, qui vas droit au but ? Pas vraiment, même si tu m'as dit que tu n’étais pas prête à faire jusqu'au bout, alors que d’habitudes je le fait toujours, je ne m’en suis pas offusqué, je ne forces rien... Enfin, surtout, il faut dire, lorsque tu viens tout de suite à genoux, on a difficilement le cœur à discuter quoi que ce soit, on partages notre plaisir de ce que l'on a envie de faire, tout simplement.


Numéro 72... Cela n'a pas été simple de te convaincre, si tournée vers les autres femmes que tu étais, et pourtant j’ai bien fini par y réussir, certes, de manière assez poussive... Cependant c’était surtout pour le geste, parce tu dois bien l'avouer, la confiance entre nous deux est quelque chose d'extrêmement fluctuant, et tu ne m'as pas donné grandes raisons malgré tout ce que j'ai fait pour toi... Je détestes tester ainsi, mais avoue que tu m'en fait voir toutes les couleurs...


Numéro 73... ... Et pourtant je le fait aussi juste après, avec toi qui sans doutes ne t'imaginais absolument pas que je donnais dans ce genre là, comme ça, dans une histoire aussi rapidement arrivé, que rapidement oubliée, même si on se parle encore de temps en temps, sauf de cela évidemment, c’est bien rare il faut dire qu'on échange... Cependant, je pense que tu est quelqu'un de bien, quoiqu'innocent, et... Certes, tu ne sembles pas vouloir beaucoup me parler, mais je ne te retourne pas la chose non plus, tu ne m’attires... Désolé.


Numéro 74... Toi aussi, d’habitudes tu ne verses pas dans les hommes, encore moins d'ici, mais pourtant tu as essayée avec moi, et tu n'as pas été déçue... Pas déçue surtout, ni moi, des échanges que nous avons eu par la suite, et je dois dire que de la méfiance que j'ai eu pour toi, surtout vus nos débuts où tu préférais écouter d'autres a mon sujet... Mais finalement, petit a petit, et de plus en plus, on a pu se faire confiance pour absolument tout et n'importe quoi... Je regrettes vraiment ton absence, on bossait tellement bien ensemble, ta compétence aussi était quasiment sans égale...


Numéro 75 et 76... Quand je t’ai draguée, je ne me suis pas attendue à vite avoir affaire à un couple qui fait tout ensemble, bien qu'apparemment, j'étais le premier à former le triangle. J'ai aimé essayer de nouvelles choses avec vous, et découvrir de nouvelles personnes, des façons de pensées rafraîchissantes par rapport a l’égoïsme ambiant. Vous avez beau avoir un peu changées, êtres souvent occupées, vous avez de la valeur à mes yeux même simplement en tant qu’amies.


Numéro 77... J'aurais pensé que tu me détestais vus certaines choses, certaines histoires, pourtant lorsque tu m'as abordée pour une affaire tout autre, même si ma méfiance était extrême, ça n'a pas empêché un rapprochement, du moins physiquement, car je reste paranoïaque. Puis de se revoir, et cela aurait peut-être même pu continuer, surtout si j'étais plus éveillé, mais au final, tu as surtout transfuge, ainsi que d’autres circonstances qui freinent quelque peu mes ardeurs !


Numéro 78... On peut dire que tu as changée du tout au tout toi aussi, entre le moment où je t’ai connu, et le moment actuel. Pas seulement physiquement, et je me demande si tu te rend compte a quel point tu es devenue cela même contre quoi tu te battais, contre quoi tu t’insurgeais du moins, jeune Civis qui croyait en l’avenir, en autre chose que la médiocrité, que vendre des mensonges et des rêves usés à la trame. Paradoxalement, c’est maintenant, que tu prends le plus. Toi qui t’es révélée, ne me manques plus.


Numéro 79... Ho toi aussi, tu sais que je t'ai longuement convoitée, et j'ai enfin fini par te tenir, chez moi, t'y trouvant par le plus agréable des hasards, lovée dans cette tanière où j’ai attendu le réveil pour cette rare surprise d’ouvrir les yeux sur l’Acivis Ad Vitam... T'effrayant à peine au réveil, t'attendant à la torture et remise de tes émotions, profiter de tout autres, d'un autre genre de torture... Enfin profitant de cette occasion de montrer qu’il y avait encore des mâles bien différents de la norme... Il fallait que je me fasse pardonner aussi, après tout, de t’avoir tant effrayée à ton arrivée, pressurisée, a l’époque encore, je croyais devoir me démener comme un maldrill pour empêcher l’Empire de définitivement sombrer. Je tiens à toi.


Numéro 80... Je m'attendais à pas mal d'hostilité il est vrai, depuis cette 'rencontre' dans les ST il y a longtemps, mais en vérité tu ne t'en souvenais plus même en abordant le sujet, et j'ai été étonné de voir quelqu'un d'aussi bienveillant, y compris a mon égard, ne regrettant pas le moins du monde la prise de contact surtout vus le travail fait ensemble. C’est bien plus tard que nous eûmes l’occasion de nous voir, pour approfondir tout cela et... Le reste, de manière fort agréable je dois dire, ta position favorite, un très bon choix !...


Numéro 81... Les partenaires de ton génome qui n'ont pas peur de voir en dehors de celui-ci, du moins pour être en dessous, sont bien rares il est vrai, et il n'a pas été aisé de t'attirer à me voir, et encore, cela n’est finalement pas allé jusqu’au bout. Je le regrette peu cependant, car tu refusais en réalité toute approche de ma part, toute aide alors que tu allais si mal, même si je l'avoue, je ne suis pas le plus doué d’empathie. Ne penses pas tout de même, que je n’étais pas au courant et gardait par devers moi, certaines choses que tu as dites a mon propos, du moins au début... Mais, bah, je doutes de toute façon que, sortie de la cryo, tu reprennes contact.


Numéro 82... Il est bien vrai que j’écume quelque peu les rangs de ta profession, au nord comme au sud, il faut aimer le contact pour travailler dans ce milieu. Mais dire que tu aimes le contact... C’est comme dire qu'un rat aime bien manger, non, tu adores, tu es passionnée par cela, au point de me demander si elle ne rivalisait pas avec ma propre faim lorsque j’étais jeune. Et pourtant, on ne peut pas dire que tu fais partie de celles qui se contentent de rester allongées, non non... Je m’en suis rendu quelque peu compte, même si il t’as fallu le temps pour me le montrer, c’est le moins qu’on puisse dire !...


Numéro 83... J'ai vite appris à rester relativement méfiant avec toi, pas uniquement parce que toi aussi était une transfuge récente, ou parce que je te savais garder des liens de l’autre côté, mais par la rapidité suspecte où tu voulais te lier à moi. D’accord, ce n’était pas forcément suspect, ni la première fois, cependant tu ne nieras pas que lorsque ton ex est revenu, il a vite repris la place que tu m'offrais... Je n'ai rien contre aller vite, mais par contre, je me méfie de l'instabilité, et mes doutes ont vite été confirmés lorsque tu as agi contre moi... Je t'en ai voulus, mais j'imagines que maintenant, cela n'a plus grande importance...


Numéro 84... Toi aussi je te désirais depuis longtemps, depuis à peu près la même époque dont j'ai parlé, où nous travaillions ensemble. Tu, et la plupart des mâles, ne te trouvent pas désirables, et ils ont bien torts, quant aux autres pour la plupart, ils t’ont abusée... Et t'abuser ils ont eu peur que je te fasses aussi, menant une fois de plus a ce que d’autres fassent des choix pour toi... J'ai toujours abhorré cela, après tout, les gens ne sont pas eux même, ne peuvent êtres Impérialistes, Loyalistes, si ils ne décident pas par eux-mêmes, par exemple. Enfin tant pis. Le principal au delà de ça c'est que tu vas bien.


Numéro 85... Je t'ai contacté par hasard, par curiosité, pour m'enquérir de ce que tu faisais, et je crois que le courant est tout de suite passé, discutant parfois longuement, essayant de te conseiller, de prédire un peu les obstacles auxquels tu ferais face et comment y parer. Et puis ta sensualité comme innée m'a conquise, même si je dois dire, tu m'as déjà frustré lors de tes relations fidèles ! Pourtant nous gardons cette connexion, et cette amitié qui a beaucoup de valeur pour moi, et j'aime te rendre visite pour découvrir de nouvelles choses que tu fait, pour être une éclaircie mutuelle dans l'atmosphère de cette Cité.


Numéro 86... Ma seconde première relation en ST, ceci dit, les rôles étaient quelque peu inversés, même si je dois bien avouer m'être laissé faire, histoire de découvrir jusqu'où tu étais capable d'aller, de plus en plus étonné, tantôt pétri d’incertitude, tantôt certain de la suite. Il n'y a pas grand-chose d'autre à dire sans aller dans les détails, aussitôt fait, aussitôt repartis, nous ne nous connaissions pas vraiment avant, ni après...


Numéro 87... Toi aussi je me suis méfié, on ne peut pas dire que la plupart du temps nous étions du même côté, même si tu n'es pas du genre à t'attaquer aux personnes... On a tout les deux évolués dans des côtés opposés des mêmes sphères souvent, de loin, et lorsque tu en as radicalement changée, ainsi que de localisation, j’ai essayé de prendre contact, tant qu’à saisir l’occasion. Dreadcast, est faite de beaucoup d’occasions à prendre... On s'est vus, et c'était fort agréable, mais ce que tu aimes encore plus, ce n’est pas trop ce que je fais, alors quand tu t'es éloignée... Je ne t’ai pas couru après.


Numéro 88... Cela faisait quelques temps déjà que je ne contactais plus de jeunes, ou très occasionnellement, mais toi, je t'ai vu en rue, et je dois dire avoir été interpellé là encore par des spécificités bien originales, étranges, que je n’ai pas pu m’empêcher de vouloir voir de plus près. N’échappant pas à la règle cependant, des jeunes qui plus est étranges, tu as disparu toi aussi, c’est bien dommage, c’était au moins amusant de te provoquer par exemple !...


Numéro 89... Cela me plaisait l’idée d'un congénère, surtout avec de telles idées, et ce n’est certes pas qu'une question de physique, même au début, qui m’as amené vers toi, a discuter, échanger, le sexe n’étant qu’une chose parmi d’autres... Car j’aurais bien voulu t'aider, voir tes projets réussir, même si je les trouvais plutôt utopiques, impossibles, dans un Secteur qui constamment tourne et tourne la vis... J'espères que je ne t'ai pas découragée, il y a besoin, plus que jamais, d'y avoir des rêves et des espérances.


Numéro 90... La dernière jeune que j'ai accueilli figurant également dans cette liste, je t'ai accueillie, habillée puis nous avons discuté, simplement, ta curiosité, surtout sur mes spécificités, m'amusant quelque peu, mais comme d’habitudes j’embrayais surtout sur les appareils de bases qui te seraient utiles, normal... Jusqu’à ce que je remarque tes regards, et que nous nous rapprochions sur le sujet des tentations... Tu as dit que j’étais une bonne personne, tu es peut-être partie trop tôt toi aussi malheureusement, pour constater qu'il n'y a pas que l'armure de gris.


Numéro 91... Il n’y avait absolument aucune raison, à partir du moment où tu t'es faite remarquée sur l'AITL, que je ne cèdes pas a ton joli minois, même si j'avais des réserves sur comment tu serais au delà des apparences, que j'ai vus parfois bien trompeuses... Mais en réalité j'avais tout faux, tu m'as littéralement hypnotisé, alors, de ton propre aveu, je t'ai touchée comme personne ne t'avais touchée, malgré les circonstances. On est restés en contact, peut-être en partie car tu m'as séduite, partageant tes confessions, te conseillant quand je le pouvais.


Numéro 92... J'ai longtemps cru que cela n'arriverait pas, a cause d’une personne que j'ai injustement cru s'être logée entre nous, et j'en restais à une amitié attentive de faire en sorte que tu ailles bien malgré ce qu’il s'est passé. Et puis, un beau jour, tu m’as com’ ce qu’en général seuls celles étant déjà mes amantes me demandent, et on c’est vus sans attendre pour s’étreindre passionnément, rapidement, intensément... Et pas pour la dernière fois, même si tes goûts sont en général autres, mais que je ne manques pas d'exaucer aussi...


Numéro 93... Cela a été compliqué d’en rester à la simple amitié, ces années, quand on ressent un tel désir l’un pour l’autre. Mais ce n’était pas vraiment une question de choix, tu es fidèle, et moi je ne veut pas te pousser trop surtout si tu risques de céder, pour que tu risques de regretter... Heureusement, nous avons trouvé une parade, qui implique que nous ne couchions pas vraiment l'un avec l’autre... Ça ne restait tout de même pas aussi satisfaisant, alors si la situation change... Mais quoi qu’il arrive, tu restes une amie à qui j'aime montrer des activités pour le moins insolites, si ce n'est uniques.


Numéro 94... Je n'aurais absolument pas cru, face à ta timidité, tes airs introvertis, déjà que tu accepterais de venir, mais cela encore, passe encore, j'ai vite vu dans nos conversations que tu ne connaissais pas la crainte, que tu faisais comme tu l'entendais et en même temps beaucoup guider... Mais surtout, j'ai été le premier étonné qu'on se rapproche physiquement, enfin, à voir, tu avais l'air d'être bien ébahie que je t'embrasses, profitant d'une de tes mimiques si particulières ! Plus tard, amusé, je me suis rendu compte en draguant quelqu'un d'autre que depuis, tu étais en couple avec, mais cela ne m’amuse pas autant que tes questions !


Numéro 95... Cela fait longtemps que l'on se parle, et même depuis tout ce temps, j'ai du mal à te percer à jour, et lorsqu'un jour j'ai finit par t'inviter chez moi et tenter une avancée, tu y as répondu de manière fort... Surprenante, même si j’imagine, expliquée par ton génome. Ce que tu m'as raconté, m'as fait un peu de peine, mais pas envers toi, ça je sais que tu le détesterais, mais envers l’état des mœurs, des gens envers les uns les autres. Je me demande où tu trouves l'envie, la raison plutôt, de continuer. Peut-être n'y en a t-il simplement pas, de ne pas continuer.


Numéro 96... C’était assez inattendu, même si des choses que l'ont m’as raconté ont attisé ma curiosité. J'ai voulu voir par moi-même, bien que tu te doutes, tu n'est pas le genre de personne a m’attirer. Ça n’as rien empêché, même face a ton audace, j’ai dû d'autant plus te surprendre, surtout qu'il faut prendre en compte d'autres liens... Tu t'es posé beaucoup de questions sur moi je penses, j'en suis même sûr, il faut dire que tu t'en est ouvert de certaines, mais j'ai toujours voulu t'aider... Seulement, j’ai toujours été freiné par certaines de tes propensions, dont je ne savais si j’en ferais les frais a mon tour.


Niveau 97... Comme souvent dans ce genre de cas bien particuliers, cela c’est fait... Plutôt rapidement, et à y réfléchir, je suis étonné de ta confiance à toi aussi, bien que j’imagines qu'on t'ait parlée de moi. S'il y a eu une petite fausse note menant à de légères inquiétudes, je dois dire ne pas avoir été déçu des risques, ho non, pas le moins du monde... L'envie m’en tarauderait d'y repenser, aux instants partagés dans cette douche, dès que tu repasses a ma portée...


Niveau 98... Simple prise de contact avec quelqu'un que je ne m’étonnais de pas avoir remarqué jusque là, j’ai été content de te donner quelques conseils, t’évitant peut-être des problèmes avec une personne bien connue pour en causer. On a fini par se voir, et les choses sont venus doucement, je m'y obliges, quand on a peu d'expérience ! Je t'ai souvent demandé si quelque chose te passionnait, et à chaque fois je brûles que tu me répondes quelque chose où je pourrais t'aider, te conseiller aussi. Peut-être que c'est surtout ce que je puis faire de mieux ?


Numéro 99... Une beauté qui s'infiltre chez vous pour y dormir, surtout quand ses intentions ne sont pas claires, même si vous ne la connaissez pas cela fait tourner l’imagination. Alors excuse-moi d’avoir été un peu direct lorsque j'ai finit par arriver l'air de rien pour te rencontrer et t'informer que tu n'étais chez un cryo'. Mais au final, alors que je pensais mes avances repoussées, tu as jouée à devenir prédatrice, inversant les rôles de manière tout à fait inattendue et... Excitante, finissant par être un des rares a pouvoir ainsi t'étreindre, mais de ta propre initiative.


Numéro 100... Sans le savoir sur le moment, voilà que le nombre 100 est atteint par une autre personne que j'œillais depuis relativement longtemps. Tu te méfiais beaucoup de moi, il faut dire, entre ma réputation, et le fait que, fort surpris, tu m'aies confié qu’on te regardait peu... Une grosse bêtise selon moi, j’étais très sérieux, ce n’était pas uniquement de la drague, quand j’ai dit que tu étais digne de toutes les attentions. Cela, même si tu es parfois quelque peu audacieuse !... Ta surprise t'attend encore, même si je me contentes sans problèmes le temps que tu sois dispo', de nos conversations.

*
**
***


... Et elle continuait encore de s'allonger cette liste, quoique très lentement, très occasionnellement, depuis avant ce chiffre rond déjà.
Les gens me disent de profiter, depuis que je suis Résident, mais la vérité c'est que cela a largement été le cas, j'ai passé mon temps à chercher, me chercher, et finalement je comprends je comprends en me repassant tout ces souvenirs, que j'ai déjà trouvé ce que je cherchais.
Je laisses a plus jeunes, aux couples heureux, a plus insatisfaits, le relais, car même de grandes amitiés, et Hujan sait combien je dois être difficile à avoir comme ami, il y en a plus qu'assez dans cette liste, sans compter le Second Bataillon, la LdE...
De toute façon, je m'éveilles moins, et l'Humanité doit primer sur le plaisir pour mes temps d'éveils... Je ne cours plus.

"Aucune de tes charmantes conquêtes n'étaient disponibles pour que tu viennes me voir malgré tout ?"


Non ma belle, cette question parmi celles que j'ai trouvé sur le plus de lèvres, parce qu'on se voyait sans rien faire par exemple, ne s'adresse plus a moi. Ce n'est plus moi.
Peut-être aussi que j'ai le tournis a penser a toutes ces personnes uniques, peut-être que je craint de commencer a en oublier... Que je me fais plus sage ?
Ou c'est peut-être tout bêtement l'âge de mon clone, qui sait ?!

Spoiler (Afficher)
Et voilà, enfin fini, si vous avez eu le courage de tout lire ! Ou que vous avez sautés directement a la fin...
Un EDC pas comme les autres, pas de réelle présentation etc, hybride avec une sorte de topic de remerciements, a toutes ces personnes qui ont façonnés parties de mon pion, a leurs manières.
J'ai intentionnellement été très vague ou au contraire assez spécifique selon si la relation était connue, ou non, peut-être même que l'on ne s'y reconnaît pas, je ne suis pas reconnu pour ma mémoire ! J'ai probablement aussi parfois intentionnellement brouillé les pistes... smiley
N'hésitez pas évidemment pas à me contacter si vous voulez faire éditer quelque chose vous concernant, ou me questionner sur ce qui vous concerne là encore.
Et merci, bons E/RPQ a vous !

◊ Commentaires

  • Judahs (43☆) Le 25 Juin 2020
    First !
    Pas mal les 100 ERP. *
  • Nelwenn (31☆) Le 25 Juin 2020
    *attrape KK pour ne plus le lâcher !* ~ ♡
  • Elyahsin (64☆) Le 25 Juin 2020
    Aaaah la patience qu'il faut pour avoir ce qu'on souhaite !
  • Ozlem (0☆) Le 25 Juin 2020
    #Numéro5 =(
  • Crowley (41☆) Le 25 Juin 2020
    T'en as vraiment fait 100..
    C'était ultra long à lire !
    Mais plaisant. *
  • Hannae (268☆) Le 25 Juin 2020
    Tu t'es surtout souvenu des 100? x)
  • Naurestel (244☆) Le 25 Juin 2020
    Très joli article. 100 raisons. C'est fou quand même et qui sait?
  • Evelyn (0☆) Le 25 Juin 2020
    Obligée de tout lire... tyran !
  • Lugal (47☆) Le 25 Juin 2020
    Super EM, ... mais beaucoup trop de monde ! Petite musique qu'il manque à la liste : [youtube]https://youtu.be/QZNYyrbACLs[/youtube]
  • Klëpp (167☆) Le 25 Juin 2020
    Je ne me suis pas trouvé.
  • Jazz (30☆) Le 25 Juin 2020
    Numéro XX...nan...numéro XX...non plus...niveau X...nan...
    Ah bah non, pas dedans !
  • GobleKo (185☆) Le 25 Juin 2020
    S'il y a 100 rapports mais pas 100 étoiles?
  • KorSkarn (562☆) Le 26 Juin 2020
    Merci, ça me touches beaucoup, je pensais pas que ça plairait autant ni que vous serriez tant a avoir le courage de tout lire !
    @Nelwenn < 3
    @Judahs @GobleKo @Crowley 100 partenaires donc, pas 100 ERP ! Même si techniquement, ça veut dire 100 ERP aussi smiley Surtout qu'en général, le premier avec quelqu'un a ce petit quelque chose !
    @Naurestel smiley
    @Evelyn C'est pour ça que tu mem.
    @Lugal Hah merci, ça manquait d'une ambiance sonore !
    @Klëpp Je sais mais... Tu t'es déconnecté trop vite de ce port USB qui nous reliait, désolé...
    @Jazz Je ferais peut-être un "... Et les cinquante de plus" qui sait !... smiley
    @GobeleKo Rien qu'avec les delete, impossible^^
  • Tex (191☆) Le 26 Juin 2020
    Malgré tout, K' aura eu une place plus grande place dans sa vie qu'elle ne l'aurait souhaité. Si du temps lui avait été accordé, elle serait certainement revenue pour l'insulter encore une fois, ne serait-ce qu'une fois.
  • KorSkarn (562☆) Le 26 Juin 2020
    @Tex < 3 Just once !
  • Lehcaerith (56☆) Le 01 Juillet 2020
    C'est trop trop trop trop loonng!! Alors j'avoue j'ai lu l'intro vérifié le nombre et lu la fin, plus les commentaires ^^
    * pour la mémoire et le courage qu'il a fallu pour répertorier tout ça.. je lirai petit a petit... trop curieuse pour laisser comme ça
  • Odul (502☆) Le 02 Juillet 2020
    Et notre folle nuit ?! :(
  • KorSkarn (562☆) Le 04 Juillet 2020
    Tu es hors catégorie Dudul...
    @RedKob ♥
  • Joey (480☆) Le 04 Juillet 2020
    Hum... oui bon c’est vrai mais ça va pas aller en s’améliorant!
    *lance son étoile dans le juke box*
  • KorSkarn (562☆) Le 04 Juillet 2020
    Hah ouais ?!