Recherche

EDC de KorSkarn

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par KorSkarn

Cacher

Une heptade en Galibran




Vous connaissez ce suprême effort qu'on déploie à la fin d'une course acharnée, d'un projet qu'on doit impérativement finir, d'un combat qu'on doit absolument terminer, une manipulation qu'on doit nécessairement réussir ?
C'était plutôt ça pour le cyborg qui titubait sous module aussi illégal que le kit dessus, cherchant un Complexe plein de vie il y a encore quelques jours. Cela lui avait fait tout drôle d'ailleurs d'être avec autant de personnes sans devoir se cacher ni se défendre, mais au moins cela l'avait habitué à ce qui l'attendait.
"Quelqu'un veut des couquiz ?"

"Pourquoi je penses à ça maintenant..."
Grogne-t'il a voix haute en s'engouffrant au travers d'un sas, pour s'effondrer dans une douche de décontamination, haletant. En sécurité. Enfin pour le moment.
Il glisse contre le mur en gémissant devant toutes les blessures et les bleus qui se tendent dans le mouvement. Il lui reste de l'anti-douleur dans son armure, mais il n'en use pas.
La douleur est terriblement stimulante. La sensation d'être en vie... Délicieuse.

Comme toutes ces émotions qu'il avait pu ressentir, lors de cette chouette balade d'une heptade en Galibran, un film qu'il se repassait déjà sans sa caméra, au travers de la fine bruine agréable de la douche.



Du soulagement, de pas avoir dû gérer ? Au départ cela l'avait inquiété, certes, mais très brièvement, et même s'il n'avait jamais vraiment mené d'expéditions, du moins hors APM, il ne regardait sûrement pas cette éventualité avec impatience après toutes ces années à gérer le Militarium...

De l'excitation d'enfin se battre littéralement pour l'Humanité ? Pour sûr. Les plus grands ennemis de l'Humanité étaient peut-être au sein de l'Humanité elle-même, mais on ne pouvait dénier le danger exogène, qui n'était pas vraiment l'objectif de toute façon...

Du stress de devoir dormir avec d'autres dans une existence où les présences armées au réveil sont là pour vous agresser ? Sans doutes, mais il c'était habitué à la confusion du réveil, et il n'avait ainsi jamais oublié qu'ils dormaient en territoire hostile. Il ne se souvenait pas de la dernière fois qu'il c'était endormi sans une arme a portée de main...

De la colère face à l'irruption hostile des Orrionites, quand ce fut déjà un miracle pour Alastor de recevoir de l'aide, quelques maigres fonds, du S1 ? Certes, ils avaient ouverts le passage au travers du S3, bien que le cyborg aurait opté pour un passage furtif... La diplomatie cela devait se confirmer, ne pouvant être possible et encore moins fructueuse auprès de tous.

Et de la tristesse évidemment, pour ceux qui sont tombés.
Ragrounar ce qui ne l'a pas empêché de l'équarrir pour le moral de l'équipe,
Ragron qu'il n'a pas suivis car devenu VIP, il devait manier la bombe, et trop loin de toute façon...
Tex... Dont il n'aurait jamais cru que c'était là sa fin, que ce soir-là il sentait pour la dernière fois sa truffe sur son épaule, ses oreilles velues sous ses doigts papouilleurs.

Il se revoyait encore s'interposer pour être balancé comme un fétu, et maintenant, il ne lui avait pas dit au revoir comme il l'aurait dû...
Le destin se jouait de lui à nouveau, dans des circonstances similaires à la mort de sa fille, Ivey, dont il conservait le portrait peinte par la gnolle disparue, sombre coïncidence... Sombre comme l'endroit où ils ont laissés les corps de leurs équipiers reposer, seuls, a jamais.

Mais pourtant il y a encore autre chose. Un sentiment encore maintenant rémanent, palpable pour le cyborg.
L'Espoir.

"Ça ne vous désespères pas, de voir les chances que vous donner a l'Humanité êtres ainsi gâchées dans chaque Secteur ?"
"Je ne me mêle pas de politique, ça ne me concernes pas, je préfères rester en dehors des discordes entre les 'peuples' humains."
[...]


Le sang, la rage du combat, la tension, le danger... Tout lui manquait lorsque c'était pour l'Empereur par l'entremise d'Alastor, pour l'Humanité par l'entremise de leur mission.
C’était probablement une drogue, à sentir ce feu même maintenant couler dans ses veines, à cette simple idée, même affalé au sol, au repos, dans une douche...
Une drogue, l'opium de ses convictions, dont il était en manque depuis des décennies, depuis qu'on l'avait écarté et qu'il avait vu l'Empire chuter, ses projets divers depuis n'étant que de petites doses de survie par rapport a ce qu'il venait de vivre. À ce qu'Alastor leur avait ouvert.

C'était cette simplicité, cette clarté, comme dans l'acte sexuel par exemple, qui rendait l'expérience encore plus satisfaisante...
Il n'y avait pas à douter d'Alastor et ses motivations.
Il n'y avait pas à douter de leur mission et ses buts.
Il n'y avait pas à douter des coéquipiers.
Il n'y avait pas à douter des résultats.
Le Premier-Né aurait pu continuer son enquête, qu’il l'aurait suivi.


"Mais penses a eux, KorSkarn..."


Le cyborg ferme l'œil, expirant longuement. Il ne voulait pas cependant, abandonner les siens, ni mourir... Deux désirs très entrelacés, mais tels deux vils serpents le détournant de la Voie, ou deux arbres nourriciers et robustes à l'ombre desquels la Vie prospère ?

Il pensait déjà connaître la réponse.

Il aurait dû leur dire les choses comme elles sont, plutôt que partir comme un voleur avec leur amour... Leurs espoirs à eux.


Ce n'était pas passé loin de plus... Plusieurs fois.
Ses doigts de métal, réchauffés par l'eau de la douche, glissent sur l'épiderme tendu sur la musculature zébrée de cicatrices, venant palper tel une prière accompagnée de gestes, la douloureuse mais fière chronologie de ses blessures.
Elles se portent, en premier, à un hématome sur le torse, quasiment résorbé depuis le temps.
"Manticore..."

Ses doigts glissent derrière, dans le bas et le haut du dos, vers quelques autres bleus, plus petits, eux aussi quasiment résorbés et sans gravités.
"Xethany..."

Puis ils glissent à nouveau devant, au niveau des hanches, sur deux fins trous du bout de serres ayant à peine passés l'armure.
"Pseudo-Maldrill..."

Et enfin en grimaçant, achever vers le milieu du dos, par un long, vertical, et aussi épais que douloureux, hématome.
"Immanis..."

Chaque exogène y avait mis du sien, en fait, quelle poisse... Pas précisément ce qu’il comptait collectionner.
Quoique, de la poisse... Il était encore en vie, malgré, passant ses doigts sur de nombreuses petites sutures sur le torse...
"Djoogo !"

Enfin bref !
Le cyborg se soulève spasmodiquement en légères quintes de rires, pensant a ses camarades qu'il avait abandonné aux bons soins du CdQ.
Lui allait se faire couler un bon bain brûlant avant examen et visite !...
... Et beaucoup de boulot.

[...]
"Vous êtes très calme là dessus..."
"Je ne fais qu'accomplir ce qu'à commencer un homme pour lequel nous éprouvons tous une grande admiration. Tous n'ont pas forcément accepté son don, et pourtant, il a persisté, prenant le temps et la patience. C'est une attitude pleine de sagesse et de tolérance."
"J'aimerais bien ne pas avoir a me soucier de politique non plus... Je ne l'ai jamais voulu, ce n'est pas pour cela que je m'étais engagé."
"Je penses qu'il vous faut persister en vos convictions. Ne pensez qu'à ce que vous souhaitez apporter. Les politiques ne feront jamais le poids face à un homme déterminé."




Spoiler (Afficher)
RAGROOOOOON !
Inconnu de vos personnages évidemment, a moins qu'il s'en ouvre à eux !

◊ Commentaires

  • Zum (108☆) Le 07 Février 2020
    Les couquiz. L'arme de prédilection de Texhany. Dommage qu'elle n'en avait pas au moment fatidique.
  • Sana_Peli (472☆) Le 08 Février 2020
    "Vous connaissez ce suprême effort qu'on déploie à la fin d'une course acharnée, d'un projet qu'on doit impérativement finir, d'un combat qu'on doit absolument terminer, une manipulation qu'on doit nécessairement réussir ?"

    J'ai le même sentiment sur la fin d'une branlette!!!!!!! #relatable #moncyborgàmoi
  • KorSkarn (573☆) Le 10 Février 2020
    Et quand tu m'en fait une non ?? smiley
  • Niasse (126☆) Le 17 Avril 2020
    #NoHomo