Recherche

EDC de Gasp~62046

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Gasp~62046

Cacher

Bienvenue dans Connardland

On a tous des événements qui nous brisent plus les couilles que d'autres. La mort d'un proche, le refus de baiser d'une meuf, la cryo' quasi complète de notre entourage, le mec qui débarque dans un bar et renverse votre skiwi sur votre costume neuf.
A plusieurs degrés, on est envahi par une rage incontrôlable, plus ou moins raisonnable. D'où le fait parfois d'être modéré, un connard qui sait quand il doit la fermer, agir, frapper.
Chuter n'est pas bien difficile, c'est se relever comme un con qui l'est. Et ça, je n'ai jamais réussi je crois bien, le tout est de savoir quand, pourquoi et à quel degré.
Quand je l'ai rencontré, elle se trémoussait dans un bar, à l'Impasse. Sa mère, qui avait claqué m'avait demandé une promesse que j'aurai dû refuser, mais en bon connard modéré, j'ai accepté.
Il fallait veiller sur elle, au départ je n'avais qu'un nom, une description physique : Eila, une blondasse.
Une blonde, parmi tant d'autres sur le papier, qui te servait ce putain de Mac, soi-disant le meilleur de tous, qui avait un goût différent en sa compagnie. Un sentiment que je n'avais jamais eu avant, celui d'être protecteur, une sorte de mentor alors que j'suis le contre-exemple.
La pâle copie du mec bien, ordonné, qui va vider les racks à la fin de sa journée de boulot, non j'étais déjà dans le délire de la grande gueule, compliqué, qui va exploser le crâne d'un mec pour le fun.
"Gasp... tu pourras protéger ma fille, si un jour... eh bien si un jour je ne suis plus là... ?"
"Oui. Je le ferais."
Cette réponse à la con, qui tournait en boucle dans ma caboche, qui me rapprochait de mon objectif, lui décrochant quelques sourires à la con avec mes blagues de merde, mon caractère, mon côté rebz en plein SI.
Cette jeune était effrontée, casse-couilles à souhait, voulant renverser la tendance, je restais des heures à lui parler, l'observer, comme si c'était ma propre fille. Jusqu'à quelle me retourne l'appareil, à m'accepter, rigoler, passer des moments ensemble.
J'étais devenu, ce connard, avec un bon fond. Au lieu d'être juste en colère, je pouvais ressentir la joie, une sérénité de l'a voir comblée. Un bonheur qui s’agrandissait de jour en jour, elle avait tout.
Un boulot, un mec, p'être pas sa mère mais un pot de colle de Gasp. Elle réussissait. Mais les bonnes périodes ne durent jamais longtemps. Son mec, a tout fait foirer en se barrant, plusieurs fois dans le frigo.
Ses couilles gelées, je perdais la capacité à lui faire entendre raison, elle dérivait et je partais avec elle. Tournoyant, jusqu'à se casser la gueule, bien sévère contre le sol, on continuait, doucement mais sûrement vers une mort intérieure.
Ouais, elle, c'est le début de la fin. Je persistais, car j'avais donné ma parole et je m'engueulais, je m’étripais parfois avec cette blondasse devenue adulte, brune, pétasse, bonne.
Bonne au fond et d'apparence, je commençais à être perturbé, entre protection et amour. Unique certainement, dans un seul sens mais je continuais en sachant pertinemment que j'allais tout perdre. La merde, elle s'étale bien plus vite. Et reste à t'en boucher les narines. Te couper le souffle.
Elle avait raison sur beaucoup de points, notamment un. On allait se retrouver, elle est revenu quelque temps après, une bouffée d'oxygène avant l'asphyxie totale. Chaque moment était intense, sans de baise pour autant, mais de la protection mutuelle, des attentions régulières, des moments partagés, son rire traversant la pièce.
J'faisais des allers-retours, du SR en SI pour l'observer, parler, contempler sa beauté. On prenait toujours plus de risques, je faisais de la taule quand je me faisais chopper. Mais ce jeu en valait à chaque fois la peine. Je tentais de lui parler autant que possible, à n'en pas dormir, ni réfléchir, juste qu'elle soit en vie. Je me raccrochais à chaque seconde passée avec elle, les mots, les regards. Les silences, qui se faisaient de plus en plus.
Le manque de sa bouille, de son parfum, de lui casser les couilles et inversement, on était liés, on l'a toujours été.
Jusqu'à que son mec, ne revienne toujours pas, ayant fait des allers-retours, comme un connard pur et dur. Il n'a pas eu la modération qu'il fallait, il ne savait que se geler, partir.
Ces rires devenaient fades, ses expressions vides de tout sens, elle perdait la raison et je l'avais retrouvé pour mieux la perdre. Je tentais par tous les moyens de lui changer les idées, j'explosais contre elle, je lui faisais du chantage affectif, je prenais de plus en plus de risques. Je n'avais plus aucune limite, une seule faille. Elle.
Je vagabondais à sa recherche, je voulais vivre avec elle, tentant de lui expliquer notre lien, d'avoir des réponses, elle niait. Dérivait en me prenant la main, dans les tréfonds, je chutais. Jusqu'au jour où les moments disparurent pour de bon, elle n'était plus là.
Restant comme un connard pur et dur, devant mon com'. Je ne savais plus quoi faire, du jour au lendemain, j'avais perdu cette raison de m'accrocher. De perdurer. Car elle avait tout, je n'avais rien et c'était une évidence maintenant.
J'en ai même oublié par la force des choses, par le temps qui fait son boulot, son visage, ses mimiques. Ses rires, il ne restait plus que le silence, le chaos. J'ai échoué dans ma promesse, mais aussi complètement. Dérivant toujours un peu plus chaque jour.
Ma modération, a été de plus en plus limitée. Ma colère omniprésente. Je déteste les rires, les regards des autres, j'ai toujours un faible pour les blondasses. Je préfère la fuite que m'accrocher. Pour ne plus souffrir, même si le mal est déjà là. Présent, omniprésent. Brûlant de l'intérieur, je survis, je tape pour oublier, je bois jusqu'à plus soif. Elle est présente, toujours. Et ça ne changera jamais.
Je suis ce que je suis aujourd'hui. Par la force des choses, par ma faiblesse, ma faille. Elle.
Elle avait raison sur beaucoup de points, notamment un. On allait se retrouver, bientôt.
J'ai faits une promesse, je dois la tenir, jusqu'au bout.
Bref... Bienvenue dans Connardland!
Spoiler (Afficher)
[Inutilisable en RP, si vous aimez --> une étoile et/ou un commentaire. Une cryo' pour de bon, va être effective. Il fallait boucler la boucle un jour ou l'autre, repoussant parfois l'échéance, mais c'est le RP et j'ai eu un plaisir énorme de le partager avec beaucoup de joueurs qui disposent de pions sympathiques, connard, bref, qu'importe la position du perso', tout est bon dans le... euh Dreadcast. Tchuss et merci encore.]

◊ Commentaires

  • Allie (40☆) Le 01 Septembre 2019
    OH MON DIEU JE TE DETESTE TELLEMENT GRINCHOUX. ♥
    (Bonne continuation quand même :'( )
  • Yzad (38☆) Le 01 Septembre 2019
    Petite étoile, très beau texte !
    (Bonne continuation !)
  • Akili~68612 (92☆) Le 01 Septembre 2019
    Mais quelles chieuses ces gonzesses !
  • Madison (2☆) Le 01 Septembre 2019
    Mais naaaaan :(
    Continue bien ! ♥
  • Minh-Su (236☆) Le 01 Septembre 2019
    Trop de love, hé.
  • Jinta~58437 (734☆) Le 01 Septembre 2019
    C'est un des articles que j'ai le plus aimé en.. 6 ans de jeu, bonne continuation, bad boizz
  • Helina (306☆) Le 01 Septembre 2019
    MAIS NAN
  • Sanya (209☆) Le 01 Septembre 2019
    han p'tit con tu as pas le droit de partir sans rien dire...

    (bonne continuation et merci pour le RP^^)
  • Aetadone~70004 (30☆) Le 02 Septembre 2019
    Une * pour ta collection.
  • Kesh~42886 (168☆) Le 02 Septembre 2019
    Bienvenue au Groeland !
    Toujours aussi plaisant à lire.
  • Allie (40☆) Le 03 Septembre 2019
    @Hannae Je suis pour T.T J'sais pas comment on fait pour rattraper les bêtises ! T.T
  • Sanya (209☆) Le 03 Septembre 2019
    malheureusement sa marche pas... j'ai essayé pour améthyste sa a pas fonctionné xd
  • Alexf (56☆) Le 03 Septembre 2019
    pas assez joué avec toi, mais non pion ne s'appreciait pas trop, mais putain quelle ecriture.!
  • Stoyan~45587 (323☆) Le 08 Septembre 2019
    @Gasp a bientôt ici ou ailleurs sous ce pseudo ou un autre smiley

    Joli texte en tout cas, étoile.