Recherche

EDC de Naurestel

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Naurestel

Cacher

2.0 Fallen into darkness

Spoiler (Afficher)
NDA: On déteste souvent perdre, mais les personnages trop parfaits manquent de saveurs, c'est pourquoi une petite vautour ne sera jamais la perfection. Embrassez la défaite comme la victoire. Article inutilisable RP.
 On se souvient bien plus des erreurs que des réussites, l'Humain est ainsi fait. 
 Date inconnue... memory corrupted.... loading... system failure.... 
Que m'est-il arrivé? Cette chute si intense et si brève, c'est-elle réellement produite?
Une chute. C'est ce qui s'était produit. Si particulière. Si abrupte. Et tout avait commencé alors que je tentais de sauver ce qu'il y avait de bon entre nous. Quelle idiote ai-je été. D'avoir cru que les bonnes intentions allait préserver quoi que ce soit. Et pourtant, femme naïve, j'ai cru, j'ai cru te préserver. Préserver ce qui fut entre nous. Mais j'aurais du le voir venir. Tu me l'avais promis. Cette chute. Imbécile que je suis, je t'ai cru trop bon pour cette fourberie. Je m'étais trompée. Je me suis éclatée la gueule contre le bitume, j'en porte encore les marques. Sur mon corps, sur mon âme. Maintenant écoute, écoute le chant de la nuit petite idiote, car ce sera ton seul allié avant longtemps.

La nuit, l'obscurité 
J'étais tombée, par sa main, par sa soif de vengeance exacerbée. Lui. Qui jadis partageait tout avec moi, m'aimait, au détour d'une rupture que je voulais saine, a vu cette amour se transformer en haine innommable. Tout avait découlé si vite. Les accusations, certaines vraies d'autres largement douteuses. Il voulait me détruire. Une apocalypse créée sur mesure pour moi. Et dont on n'avait aucune idée de la durée, ni de l'impacte. J'ai tout encaissé. Entre les interrogatoires, les rumeurs, les racontards de coin de comptoir dans le rade du coin. J'étais vite devenue le sujet de potin numéro un. Contre ma volonté, contre mes aspirations. Et j'ai avoué. Triste conne. Je l'avais dit, j'en avais fait le serment. Je ne suis pas la victime pathétique que tu dépeins alors que tu as si souvent craché sur ceux qui me dépeignaient ainsi.
Le coeur a ses raisons que la raison ignore.
Le jugement vint rapidement. Accentuant la chute douloureuse. Collusion. 60 cycles. Au delà du jugement des instances impériales venait bien sûr le jugement social. Mais à aucun moment je ne cherchai à me dérober. Du moins... je m'espérais assez forte. Je purgeai ma peine, sans savoir ce qu'il m'arriverait ensuite. Je faisais amende pour mon crime. Puis vint l'annonce, choquante, au vu des allégations qui annonça mon acivisme. Tomber fait mal, mais cela fait toujours plus mal lorsque certaines choses sont fausses. Je me souviens de l'indignation de ma famille. Et ma consternation. Me voilà dépeinte comme une pure égoïste hargneuse. Où était ma soi-disante hargne d'ailleurs? Je n'en avais manifesté aucune. J'ai flanché.
La nuit, les ténèbres. Le Gouffre.
J'ai flanché. Le soir même, je me suis rendue pour la première fois au centre de cryogénisation pas pour un autre... pour moi. Étais-je réellement ce monstre dépeint par le gouvernement? Étais-je à ce point cette abomination sans nom? J'ai perdu espoir. J'ai perdu beaucoup de choses ce soir-là. Je m'en foutais de perdre ou de gagner. Depuis des heptades déjà je répétais simplement Je veux simplement que cela s'arrête... laissez moi. Je n'avais pas été exaucée. Et je doutais à présent que ce cauchemar puisse connaître une fin, autre que la fin funeste que je me réservais.
Debout dans cet endroit tout droit sorti des Enfers, je composais en tremblant un com' aux saveurs d'une lettre d'Adieu. Et une dernière volonté. Je ne fus pas seule très longtemps. À mon grand désarroi. Alors que les larmes coulaient sur mes joues, Exiel arriva promptement, pratiquement en même temps que mon père. Je me retournai vers eux, le regard triste. J'avais échoué et j'étais sur le point de baffouer l'éducation de ma mère Syllanh. Mais comment concevoir la lumière au fond d'un gouffre? La réponse m'échappait totalement. J'avais travaillé si fort pour être une meilleur version de ce que j'avais été. Et en ce jour, on me giffla pour me dire. "Non, ce n'est pas le cas petite sotte. Tu n'es rien". Mon père s'approcha doucement, ma voix se cassa dès que je tentai de prononcer les mots.
Je suis Désolée... Je... 
Exiel vint alors me serrer fort dans ses bras, son museau synthétique venant frotter ma joue dans une ultime tentative de me réconforter. Par instinct, je passai mes bras autour de son cou, je le serrai à mon tour de toutes mes forces alors que mon âme volait en éclat. Comme du verre qui percute le sol. Je le relâche, à contre coeur, reculant de quelques pas, je tourne mon regard vers Kemelvor anéantie par ce que je m'apprête à faire. Mais pour moi c'est une voie sans issue. Je tends les bras vers lui. Ô papa comme j'aurais aimé avoir la force que tu espérais de moi... Pardonne moi. Il vint me rejoindre, le moment est lourd, difficile. Il n'est jamais agréable de dire au revoir. Je le serre fortement, cherchant à puiser une dernière fois des forces qui allaient certainement me manquer.
Désolée... pardonne moi... 

 Je crois que cette fois, tu ne comprendras pas, alors je te pardonne
Dernier câlin, dernier adieu. Je sens la détresse d'Exiel alors qu'il laisse échappé un M'rhou douloureux. Je sens mon père qui m'envoie un fichier particulier.Je le reconnais sans même l'ouvrir, mon regard brouillé se lève sur lui.
 Pour que cela accompagne ton repos... 
Je me doutai alors que c'était son ultime cadeau, et qu'il espérait au fond que je ne l'oublie pas. Mais comment j'aurais pu l'oublier lui? Comme toute ma famille. J'étais vraiment une pauvre garce à ce moment précis. Et telle la garce que j'étais, j'ai reculé. Activant le fichier alors que je me glissais dans le caisson de cryogénie. Ce dernier se referma sur moi, ma dernière vision fut mon père le coeur en miette et Exiel qui s'éteind. Quelle merde suis-je...
Et un poussin fut avalé ce jour par ce monstre que l'on appelait cryogénisation.
Je ne sus pas combien de temps dura ma cryogénie. Ce sentiment si étrange de ne rien ressentir, de n'avoir aucune emprise, aucune notion du temps. Étais-je là que depuis quelques cycles minutaires ou au contraire des années c'étaient-ils écoulés depuis ce jour fatidique? J'ignore encore aujourd'hui ce qui m'arriva. Mais lentement, mes sens revinrent. Je reprenais contact avec la cruelle réalité, sans éprouver le moindre soulagement à ma lâcheté. Je sorti de mon caisson, complètement désorientée, le corps encore secoué par le froid artificiel. La première chose qui me vint à l'esprit était une fatalité que je ne pensais jamais vivre. J'étais Acivis.
Il fallait donc que je me trouve un abris. Mais je ne pus me résoudre à le faire sans envoyer un message annonçant mon retour. J'étais de retour. Et plus je reprenais mes repères plus je devins convaincue que je n'allais plus repartir. Ce monstre ne m'aurait pas deux fois. Je m'en faisais le serment.
Je poursuivis mon acivisme seule, terrée dans un appartement miteux de Sud. Chaque instant j'avais l'impression de revivre ces jours en Orion où j'étais traquée, une cible dans le dos. Dans ma solitude, je pus me forger quelques objectifs, et je me décidai alors à jouer le plus gros pied de nez que l'Empire aura vu avant longtemps. Ils avaient voulu ma destruction? J'allais leur prouver que cela ne m'avait rendue que plus forte. Et un jour, ils regretteraient ce choix. Il me fallait plus qu'être patiente et tout reconstruire. Et cela, j'en étais parfaitement capable. Je m'accrochai ainsi à cette idée avec force, me propulsant vers l'avant. J'allais être victorieuse.
Ce jour les ténèbres de la nuit devinrent plus sombre, renforcées par leur volonté.
Ce jour, l'ombre parcourait l'Empire, comme une chevaucheuse de brume
That day, I've fall into darkness, which is became light

◊ Commentaires

  • Alexf (54☆) Le 28 Janvier 2020
    etoile, parce que c'est super bien ecrit encore une fois.
    une belle histoire qui s'est mal finie
    et content que ton pion soit sortie de cryo, comme dit, parfois on gagne, parfois on perd. Et la personne n'a gagné, mais etait ce le but ?