Recherche

EDC de L-X

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par L-X

Cacher

23 . Vae victis

.
Son com vibra. Le message qu'elle n'avait pas envie de lire s'afficha devant ses yeux...
"Posez-vous et prenez un cigare. Je vais faire ça aussi.. avant d'y aller. ..."
Le processus de préparation du corps durerait plus de 24h durant lesquelles l'eau serait remplacée par un substitut chimique aux propriétés similaires mais aux molécules stables. Lentement, le corps serait plongé en stase, ralenti, et arrêté puis refroidi jusqu'à la cryogénie. Pendant ce temps, le cerveau doucement embrumé par un cocktail anxiolytique donnerait au patient cette merveilleuse sensation de bien-être.
"... Je vous embrasse, LX. - Masaki Kmaschta."
Civis Masaki Kmaschta... Il était l'un des derniers, celui qui n'avait pas été fauché par la salve répurgatrice. On croyait qu'il en réchapperait, qu'il passerait entre les gouttes. Il avait fait en sorte de... mais lui aussi avait trébuché. Probablement à cause d'elle.
N'avait-elle donc été que le pire des maux pour eux-tous? Eux. Les vaincus...
Un long silence dans l'être, une respiration qui se manque, comme un vide pour toujours. Un trou noir dans l'âme qui ronge le Vrai, le Beau, le Juste.*
La chute était inéluctable depuis que les principes des uns se sont opposés à la vision des autres. Car c'est là toute la différence entre des idéalistes réunis autour d'une cause et des conspirateurs alliés par le même intérêt : les premiers n'ont pas de plans, juste des rêves ; les seconds n'ont pas de scrupules, juste des ambitions.
C'est ainsi qu'ils avaient marché, les uns, les autres, dans le désordre, portés par leur croyance, leur Foi, leur idéal tendant vers un noble but : ad majorem Humanitatis gloriam. Pour ceux là, Empire rimait avec avenir et noblesse avec grandeur. Mais ils s'étaient trompé de langue : la leur n'était pas bifide.
- Ils vont te briser, Zartam...
- J'en brulerai un maximum avant.

La dernière promesse de l'homme qui avait lutté pour se frayer un chemin en diagonal au milieu de la fange, à bouffer des couleuvres plus grosses qu'un troll et à sourire aux affreux mais qui avait épuisé son énergie pour arriver au sommet. Pro Iusticia! Un seul coup de poing abattu sur la table des désillusions et le fondement bien fragile de son siège, rouillé par la corruption contre laquelle il voulait lutter, s'était fendu, le précipitant malgré lui au sol. A la vulgarité coutumière de ceux qui se devaient d'être plus noble que les nobles, le porteur de Sa voix avait osé tenter de rappeler la Conduite et la Morale. Mal lui en prit... Le fou blanc devenu roi s'est exposé. L'adversaire est prêt : il a plus d'un tour dans sa manche et trois sur l'échiquier. La partie n'est pas loyale. Elle ne l'a jamais été.
"le Haut Conseil, (...) a décidé que Lord Zartam n'est plus capable d'assurer les fonctions d'Ambassadeur Impérial..."
Échec et mat.
Il ne restera au Von Storm qu'un ultime balayage de sa plume sur le porche, rappelant à la pudeur de l'héroïsme, dans un dernier adieu à la scène...
... Et plus jamais l'âme de l'homme de fougue et de flamme ne s'incarnera dans un nouveau clone.
Il lui avait demandé de rester. D'être celle qui, dans le char du triomphe, lui pointerait du doigt les ornières de la corruption et lui répèterait sa condition. Mais elle était partie...
La gynoïde écrase une larme et une cigarette, rendant un lointain hommage à celui qui, dans sa cuve, n'est ni vivant ni mort, et offre à la langue ardente de son lance-flamme un portrait du septième ambassadeur réalisé par elle pour une couverture du DCN. Adieu, compagnon de Marche et de mort. Ce fut un honneur de crever tant de fois à tes côtés, etc, etc...
.
La machine à broyer les rêves est en marche.
Si la duplicité qui multiplie les pièces, les larbins et les lois est une magie millénaire, l'art d'abattre une Fronde avec la main magistrale d'un génie politique est une grâce oubliée. La journée des dupes, lorsqu'elle est orchestrée par un trio d'ouvriers maçons, devient journée du monolithe. Quand la finesse n'est plus de mise et que le jeu n'est plus feutré, le burin éclate la pierre jusque là taillée avec tout l'art délicat du politicien habile. Les cartes sont abattues avec la rage d'une frustration trop longtemps contenue, sans appréciation de la victoire et avec la vulgarité du lâche qui n'aura pas la dignité de regarder son adversaire dans les yeux au moment de l'achever.
Les annonces pleuvent et puent l'élimination sans match. Pas de sport, pas de risque, plus de règles. Les coups s'enchainent, bas et sous la ceinture : à la hauteur des gens petits.
La triade à peine renouvelée agite ses nouvelles marionnettes, désigne une aveugle comme guide pour l'humanité et remplace le juge trop juste par un docile ancila qui prononce la déchéance de la noblesse impériale, et sa fin.
Vae Victis...
Ainsi, ils tombent, ensemble, le rêveur, le visionnaire pénitent, la dame aux yeux d'argent et la lady courage.
Ainsi, chacun à leur devoir, ils se relèveront. Les braves se saluent et reprennent leur fardeau et leur route, cédant aux charognards les restes d'une civilisation en déclin.
Le départ pour retrouver le passé.
Le martyre pour faire perdurer le présent.
L'exil pour préserver l'avenir.
"Dum spiro, spero... " parait-il. S'il reste un souffle.
"C'était un Petit homme aux mains gantées de noir. Il regardait son ombre et celle d'une Plume.... Marchons doucement, Elix, car on marche sur nos rêves..."
Serrant précieusement contre sa poitrine le brulant héritage de papier à défaut de presser encore douloureusement l'homme contre son cœur, la gynoïde fait quelques pas à la surface avant de s’effondrer. Elle n'a rien pu dire ; elle l'a écouté, encore une fois. Elle l'a détesté une dernière fois. Et ses lèvres se crispent sur l'empreinte de l'adieu.
.
Il était une fois des hommes, des femmes et des rêves....

Ambassade Impériale - 5 /227.4
[18:27] Zartam: Impérialistes, c'est à vous que je m'adresse.
[18:27] Zartam: Je rêve du retour d'Imperator.
[18:27] Zartam: Je rêve de vaincre le mal à l'origine de son deuil
[18:27] Zartam: Je rêve d'un peuple régi par des lois justes...
.

[art=http://www.dreadcast.net/EDC/L-X/Article=7843]=> 24. La ballade des enfants perdus [Event] [/art]
.
Spoiler (Afficher)
Vae Victis : "malheur aux vaincus" prononcé par le chef gaulois Brennos, qui a vaincu Rome. Afin d'alourdir la rançon, les Gaulois placent dans la balance de faux poids. Aux protestations des Romains, « De quel droit utilises-tu des poids truqués ? », Brennos ajoute encore à leur déshonneur en leur répondant « Du droit des vainqueurs ! ». Il y jette encore son épée et son baudrier et conclue "Malheur aux vaincus". (Tite-Live, V, 48).
.
*Albert Camus, L'homme révolté (1951)
* Platon, La République (II, 376) : il y a « désir de connaître et amour du savoir, ou philosophie » qui consiste à chercher "le Vrai, le Beau, le Juste".
Spoiler (Afficher)
Cet article n'existe pas RP. Les informations contenues sont inconnues de votre personnage.
Il est totalement subjectif et assumé : c'est la personnalité et le mode de pensée d'LX à qui je prête ma plume

◊ Commentaires

  • N2CV (82☆) Le 21 Avril 2013
    Un fort bel hommage à ceux qui sont partis...
  • Valmont (176☆) Le 21 Avril 2013
    Et comme le dirait Valmont : In Memoriam...
  • Kinchaka (1092☆) Le 21 Avril 2013
    Magistral, l'adjectif j'ai envie de l'utiliser pour cet article. Vraiment magnifique Elix, et la musique qui va avec rend la lecture fabuleuse. J'adore le style.
  • Grypium (247☆) Le 21 Avril 2013
    Damnatio humanitatis memoriam inimícos.
  • L-X (1408☆) Le 27 Avril 2013
    @Valmont : en effet.

    Merci à tous.
  • Halinna~20755 (60☆) Le 30 Mai 2013
    "Je sers" Jean 1er de Bohême.
    "Pour être un héros, il faut avoir au moins une fois en sa vie senti l'inutilité de l'héroïsme et de quel poids infime pèse l'acte héroïque dans l'immense déroulement des effets et des causes" Bernanos
    Et avec un peu de mauvais esprit, quoique :
    "Et l'abus du pouvoir enfante tous les crimes." La Harpe

    En tout cas un texte touchant, il était une fois... Nostalgie et tristesse.