Recherche

EDC de EveR~4918

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par EveR~4918

Cacher

∞ ∞ ∞


♬ ♪ - Jamais très loin…


Entre les murs, le smog réduit la lumière du jour, allonge les nuits, ombres flottantes, conditionnelles au gré d'amères, sanglantes ou voluptueuses folies, quelques lueurs prématurées annoncent déjà les ténèbres, le dôme nuageux à portée de mains, sans vie, les souvenirs pulsent les quelques battements suant leurs eXistences dans ce que je ne veux même pas être un dernier tourment.

Entre les murs, la pièce rétrécie, joue ses derniers actes, griffe la verticale comme si elle pouvait être ses chairs... très chers… pas de douleurs, ou juste celles que l'on savoure avec une indicible douceur ; pas de sursis, les rêves, les voix de ceux qui suivent et précèdent l’impossible v(o)eux, le sourire étirant mes lèvres, en levant ou fermant les yeux pour continuer d'avancer en conjuguant ces spasmes d’eXistences disparues de mes heures, celles qu'ils ont scarifiées en moi, infiniment.


Extérieur.

Nuit.



Je ressens, debout, la danse de visages qui affleurent le mien, fend ma peau diaphane d'un autre sourire, livre et délivre remords et regrets sans plus de larmes ; tout est bien en place, tout est écrit, jusqu'à mes rêves, mes illusions et cauchemars, trames et charmes.

D'une main à l’autre, au cœur d'un baiser parfois, d'une union passionnée ou de la plus indicible des déchirures, mon esprit danse ses souvenirs, ses mots clefs, ses .... ...« merci » ; ceux que je déteste plus que tout et que je dois accepter de recevoir comme ultime mot, celui d'un départ, d'un sous peu, d'un adieu, d'un trop tard, d'une vie qui s'éteint ici..

Alors …. merci, oui merci, …


Adossée au vide, je contrarie les vagues acerbes du temps, le passé après le futur, le présent qui perle sue mes joues d'espoirs comme seuls traces de Vie. Ce vide, je ne le connais que trop bien, j'en fais mon lit.

Là… Jamais très loin


Je vibre cette rythmique en un ballet aux basses embrasées dans la trainée de la nuit, encore grisée de réminiscences et maux portés par les notes, les illusions, heures confuses, il n'est pourtant plus temps ; plus d'attente, plus d'issue, les murs se referment sur moi, broient chacun de mes pas.

Je torture ces cocons aussi fragiles que forts, en tire les fils de soie lentement, savoure leurs particularités jusqu'à en manquer d'air, la gorge dans un étau à goûter ces vies qui s'invitent, s'implosent, s'imposent, s'incrustent, s'insinuent dans mes veines pour en recouvrer substances, eXistences, ces nuances de rouges et de gris qui ont ponctuées ma vie et fait de moi celle que je suis.


Intérieur.

Jour.



Entre mes murs, aucune perspective, peu importe les remparts, le temps, la pluie n'insiste plus, les nuages jouent de la forme de leurs visages, le vent de leurs murmures, de promesses dont je ne veux plus jamais être sûre.

Jamais…

Je longe mes murs de Chers, soupire les sourires de souvenirs qui défilent, se suivent, se confondent, éclaboussent de lumières mes ombres comme songes éveillés. Je ne suis finalement qu'une formalité, en trompe l’œil dessiné sur des parois escarpées, la respiration d’un ciel que vous avez un jour osé regarder.

Je vous noue… vous tuez.
Ils, désormais glacés sur un instantané.


Je caresse les traces scarifiées de nos mémoires, unis les silences, les absences, les pièges comme les autres alternatives, à tourner en rond entre ces parois de verre où je vous aperçois encore, miroirs sans teint, en sens unique, sans dépasser, sans jamais oser. Pas de regret, encore moins de remords, pas d'abris, pas plus de protection, je ne les ai pas souhaités. Reste cette ombre auprès de vous, spectrale, à vous souhaiter vœux sans nombres, eXtatiques et surtout... aucun remord.
Derrière les murs, le tic-tac obstiné du temps, respirations, les coups de mon cœur, de butoir, le silence du tien et l’absence, en résonance.

Jamais très loin...



« Elle est démente... »

« Non, elle rêve, il rêve, comment rêve-t-on, est-ce si agréable ? »

« Elle n’a plus de nom, plus d’existence réelle. »

« Une aura surréaliste l’entoure... »

« Elle erre c'est là où elle croit vivre, entre les deux mondes. »

« Elle se bat... »

« Laissons-la, nous ne pouvons rien pour elle ; elle cherche la clef et sa quête se consumera avant d’atteindre la huitième porte. »

« Elle doit vivre sans tourments ».

« Faisons la taire maintenant, avant que certains ne l'écoutent et la suivent. »

« C'est une proie inoffensive, à bout de force, elle peut à peine ramper comme tous les autres... »

« Regardez, elle tente de se lever, de se redresser. »

« Laissons la faire c’est amusant de la voir mourir. »

« Tais-toi, c'est intéressant, je commence comprendre son langage, elle essaye de nous parler, de communiquer, il sait nos existences. »

« Faisons la taire, j'ai trop de difficulté à enfermer ses mots, faisons la taire elle trouble l'ordre, la discipline. »

« Attends ! »

« La folie le ronge, elle viendra à bout de son âme et nous n'y serons pour rien, elle sera une victime du système qu’ils ont instauré avec notre aide. »

« Elle possède une chose dont se servent certains pour s'échapper, il faut l'assimiler la réduire au silence, elle représente une menace pour le collectif. »

« Elle ne contrôle pas ses émotions, elle représente une menace. »

« Je vois la couleur de ses yeux changer, rêve-t-elle ? »

« Il suffit, nous lui laissons trop de dignité, elle exprime encore ses idées, effacez-la, tout de suite ! »

« Elle s'affaiblit de jours en jours, incapable de réagir, elle ne constitue pas un danger pour l'ensemble, perte de temps, il suffit, elle est déjà morte... »



- ∞ -





Spoiler (Afficher)
A ceux et celles qui ont croisée sa route, morts, cryogénisés, disparus, changement d'identité, connus ou non... aux présents; elle vous a dit ces mots, les a gravé en elle.
Et moi, derrière l'écran, je vous dis : Merci...

Informations sur l'article

VIII - EmpreinteS
30 Juin 2015
998√  23 14

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires

  • Manerina (1403☆) Le 30 Juin 2015
    Magique... Merci à toi! ♥
  • Naeris (28☆) Le 02 Juillet 2015
    EveR à fait tout ce que Nae est aujourd'hui, j'espère que ce n'est pas un départ.
  • Maxine (36☆) Le 02 Juillet 2015
    Sublime...comme toujours... Merci pour tout.
  • EveR~4918 (1762☆) Le 02 Juillet 2015
    Étrange comme parfois les mots devancent la réalité ou la prévoient avant même qu'elle n'arrive.
    Ce doit être écrit: Voilà qui est fait.

    Merci à vous; ici ou là.
  • Alexander~33707 (260☆) Le 02 Juillet 2015
    Amoureux de tes mots, comme toujours...
  • Callian (373☆) Le 02 Juillet 2015
    Pas assez de mots pour dire tout ce que j'ai envie de t'exprimer. Mais tu sais déjà... Alors juste merci pour tout ce qui s'est passé. Merci pour ta plume toujours si inspirante. Merci pour avoir soutenu mon pion comme personne ne l'aura fait. Merci pour avoir fait d'elle plus qu'une coquille vide. Juste merci.
  • Gabrielle (48☆) Le 03 Juillet 2015
    ... merci, merci à toi et tes écrits.
  • Vycodin~20176 (46☆) Le 03 Juillet 2015
    Jamais très loin.. *
  • Kalhan (28☆) Le 05 Juillet 2015
    J'adore, très joli texte.
  • Maatheo (34☆) Le 05 Juillet 2015
    Interdiction de fuir !
  • EveR~4918 (1762☆) Le 12 Juillet 2015
    Je de Dames, Jeu d'Âmes.
    Le fuite est une marche forcée en avant quand on fuit le passé, le pas assez. Je stopperai à 666 pas pour clore la porte et ne plus jamais me retourner.