Recherche

EDC de EveR~4918

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par EveR~4918

Cacher

Poussières d'EtoileS


♪♫ - NOTE ADDENDUM - 5/241.4


Primordial, concentré de matière, sous nos regards naissent éclats bleutés hors des nappes de poussières. Poussières d’étoiles, le nuage se décompose en fragments sous nos regards; l'équilibre et précaire, se rompt parfois à la frontière de nuages, d'un smog ne laissant apercevoir que les lueurs des espoirs. L'embryon semble prendre vie, se contracte, frissonne, conjugue la peur de la première inspiration à cette du dernier souffle expié.
Le vie pousse un premier cri en se déchirant,
comme dans son dernier souffle, expiant.


Il dort, son agri en main à mes côtés. Son sommeil est agité et je n'arrive plus à trouver le mien.
L'enregistrement tourne toujours et repasse en boucle le même message. Si lancinant que notre tension à tous, même en sommeil doit s'en trouver affectée.
… garde contrôle…CRrrriiichhh... bbbBâtard.
Fermer les yeux et laisser venir à moi les images de Toi. Ma main se pose sur mon cou et l'espace d'un instant la douleur se transforme peu à peu en pincement voluptueux porteur d'autres douleurs sans doute plus suaves. Cela me semble être une éternité.
Mes mots se perdent sur l'écran alors que ta plume tâchée de sang se soulève sur mon souffle. Portée à les lèvres j'en nettoie les traces rouges à peine séchée du bout des lèvres et lisse les bardes avec douceur imaginant les caresses prodiguées.
Tes mots résonnent en moi : "Ne sacrifie pas tes rêves pour moi, nous pouvons les conjuguer". Je crois que c'est ça qui me tue et me fait vivre. L'impression de parfois perdre le contrôle de me propres souhaits.

Ici la vie n'est que douleur, combat et pourriture. L'espace respire les tortures en tout genre. L'odeur du sang règne de partout et n'a rien à voir avec celui que je pouvais lécher au creux de ton cou. Je t'Aime... c'est le seul Savoir qui m'importe et qui me fait tout supporter.

Notre destin se construit sur ces ruines empreintes de vices et à l'odeur viciée. Le magasine trouvé, la salle de torture laissent un parfum de perversité; ils ne font que confirmer un sous sol dédié à toutes les luxures.
Sur l'écroulement d'un monde dont je ne sais même pas s'il doit survivre, si on doit le réanimer. Comme si le délabrement était la condition sinequanone à la survie, comme si la vie ne pouvait se présenter dans ses premiers pas que dans les ruines d'un passé, d'une fatalité. Ici la vie hante ses propres décombres, traverse le champs de bataille de nos défaites pour en créer de nouvelles ou laisser une victoire ébauchée, un futur à créer.
Pour le première fois je doute. Qu'adviendra t'il des bagages rapportés ?

Nos destins sont avant tout une peur, de celle que l'on tient à bout de bras, de celle qui lèche nos visages au moindre répits. Un voyage de l'obscur à la lumière, du chaos primordial à l'évidence, où chaque aube en rejoue la naissance dans l'espoir (illusoire ?) d'une révélation.

Trop d'assurance, de détermination, de soif de Savoirs... c'en est presque devenu une faute. L'initiale, celle à partir de laquelle les autres suivent et se ressemblent trop. L'espoir de Rédemption reste une illusion. Je n'ose pas même la prononcer.

.... Bâtards...

Bâtard est souvent meilleur fils que l'enfant légitime.

- Euripide -

Informations sur l'article

VIII - EmpreinteS
03 Avril 2014
784√  11 1

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires

  • Gayeva~55561 (47☆) Le 11 Juillet 2015
    Pose une boule massive et lumineuse de plasma liée par sa propre gravité dont le diamètre et la densité sont tels que la région centrale, le cœur, atteint la température nécessaire à l'amorçage de réactions de fusion nucléaire sur l'écrit d'EveR