Recherche

EDC de Eaven

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Eaven

Cacher

Jugements défigurés


Tiens, regarde. C'est bizarre, Thallys lui a fait les cheveux rouge Rébellion.
Elle s'est peut-être juste trompée de secteur. Ça arrive.
Tu parles d'un accueil. Tu les revois, ces silhouettes dans les rues, te juger sans savoir encore ne serait-ce que ton nom ? Alors que tu as du mal à marcher droit, et la nausée est au bord de tes lèvres et qu'elle ne demande qu'à se répandre à l'extérieur ?
Fichez-moi la paix. Thallys ne m'a pas créée, ne m'a que trop touchée. Je ne suis ni son fruit, ni son enfant. Je ne suis rien qu'une puce, elle n'est rien qu'une nécessité. Elle n'est pas ma Mère, je suis devenue orpheline avant même de vivre.


Toujours derrière sa caméra. Elle n'en a pas marre ?
Elle a tout compris. C'est la planque assurée.
Est-ce qu'ils ont vraiment tort ? Après tout, c'est vrai que c'est ta cachette à toi, ouverture sur le monde en prime pour suivre ce qu'il s'y passe. L'objectif comme un prisme contre ces regards si effrayants tout simplement parce qu'ils appartiennent aux autres, parce que tu ne sais pas la pensée qui réside sur leurs rétines.
Fichez-moi la paix. Qu'est-ce que ça peut vous faire, les souvenirs que je garde dans cette boîte ? Ils ne sont pas à vous. Ils sont soit à l'Empire, soit à moi, et si vous y êtes, ce n'est souvent que comme ombres figurantes. Allez-y, fouillez la carte mémoire de cette caméra, vous n'y trouverez rien à vous mettre sous la dent. La mémoire qui m'importe fait la même taille, à la différence près qu'elle me brûle le cerveau un peu plus tous les jours. Et que vous ne pouvez pas l'atteindre. Mais pour revoir les souvenirs chers à mes couleurs, j'ai accepté presque de bon cœur.


Regarde-la. Elle danse, elle danse... On dirait qu'elle va s'envoler.
Toujours les mêmes qui les ont tous à leurs pieds.
Tu aurais du être ballerine, mais il t'aurait manqué la grâce des danseuses de boîte à musique. Alors, à défaut de mieux, tu as très bien appris à tourner sur les valses. Alors, sans le savoir, tu as peut-être même appris à faire tourner les têtes. Mais la boîte à musique, c'est toi. Tant que tu tournes, que tu souris dans tes valses, tout va bien, ils te croient presque parfaite. Mais quand la musique s'arrête, tu t'immobiles, tu ne sais plus tourner, jusqu'à ce que quelqu'un remonte le mécanisme. Tu deviens inintéressante à souhait.
Fichez-moi la paix. Qu'est-ce que ça vous apporte, de traîner mes pas dans la boue, de piétiner les valses que j'ai pu faire, et celles que j'ai manqué ? Ça vous amuse, de juger la qualité du tissu sans jamais chercher à comprendre ce que la robe habille ? J'ai le cœur effeuillé sur une partition au rythme décalé, les valses me font peur non plus parce qu'elles m'animent toujours trop, mais parce qu'elles ont toutes une fin. Elles me rendent trop franche, trop entière, avant de m'éteindre.


Tu l'as vue ? Elle a toujours l'air coincée cette fille.
Tu sais ce qu'on dit. Les plus prudes sont les meilleures derrière le rideau...
Ça te tue, ça, pas vrai ? De les entendre sans demie-mesure, te prendre pour celles qui utilisent leurs corps sans relâche comme des putains qui feraient ça même pour rien. Alors que le moindre frôlement de peau tend ton être tout entier comme la corde d'un arc d'elfe. Avoue. Avoue que ça te fait mal. C'est ce qu'elles veulent entendre.
Fichez-moi la paix. Allez arpenter les trottoirs, payez aux coins des rues, prenez celle qui vous plaira, le choix des poupées est sûrement vaste, mais ne me touchez pas. S'il doit y avoir des mains sur moi, ce seront les siennes et rien d'autres, vous pouvez ranger les vôtres. Et regardez ailleurs, la viande que je trimbale n'est pas à vendre.


Ça fait des cycles qu'elle est pendue à son communicateur.
On a connu des statues plus vivante qu'elle.
Lâche-le, il ne t'apportera rien. Ce n'est pas en le fixant que les réponses arriveront plus vite, tu sais très bien qu'elles n'arrivent qu'au compte-goutte. Quand elles arrivent. Depuis combien de temps tu attends comme ça ? Et puis, tu attends trop de choses, délaisses-en un peu, tu verras, on devient tout de suite plus léger. Éteins cet écran.
Fichez-moi la paix. Je ne demande rien à personne, alors laissez-moi surveiller. Lire les rapports du Centre, les constantes de plus en plus alarmantes de cette sœur de glace qui se meurt. L'impuissance comme métronome dans l'attente. Si la mort avait une saison rien qu'à elle, ce serait sûrement maintenant. J'ai tellement pleuré de silhouettes effacées que je me demande s'il resterait des perles d'eau pour Elle. Ils s'en vont, je demeure...


C'est fou, avec le monde qu'elle connaît, elle est constamment seule.
Tu m'étonnes qu'elle n'ait aucune discussion, à rêver dans le smog.
Ce n'est pas si difficile. Accepte de faire confiance à quelques personnes, rien que ça. Les plus importantes. Ouvres la bouche, formule des mots, utilise la première personne du singulier pour ce qu'elle représente vraiment. Enlève ces masques quitte à t'en arracher la peau, mais décharge-toi. Et cesse de repousser les confidences en prétextant que tu vas les déranger. Lance-toi.
Fichez-moi la paix. Pourquoi vous est-il si difficile de comprendre que j'ai besoin d'apprendre ? Dites-vous que je suis une NI qui a besoin d'une main dans le dos, que je ne connais pas ces choses-là. S'il y a eu des confidents, ils se sont lassés. S'il y a eu des confidences, elles se sont éteintes. Pour en avoir tant écouter, je n'arrive pas à me résoudre à leur faire porter le poids de ce qui me pèse. De quel droit, dites-moi, de quel droit ferais-je ça ?


Ça fait toujours de l'argent en plus pour la Chambre des Lois.
Ça en fera encore plus quand elles briseront le contrat.
Tu ne regrettes pas, toi la réfractaire à toute notion de famille ? Tu n'as même pas réfléchi, tu as plongé tête la première de peur de changer d'avis. Et maintenant, tu vas me dire que tu n'as pas la trouille ? D'autres pourraient arriver, fais attention.
Fichez-moi la paix. Je n'ai pas réfléchi pour elles, mais le temps a réfléchi pour moi. Est-ce que vous les connaissez ? Est-ce que vous savez ce qui nous habite ? Parce que même moi, je ne le comprends pas. Elles étaient là, on s'est écoutées, on a essayé. Elles ont demandé, j'ai dis oui. Et alors ? Laissez-moi ça, allez cracher ailleurs. Je ne partage peut-être pas leurs noms, mais je n'en ai pas besoin pour les entendre quand elles appellent. Brûlez les registres si ça vous chante : nos liens ne tiennent pas sur deux signatures.


Elle est toujours quelque part.
Partout.


Foutez-moi la paix.
Ce ne peut être que Lui, rendez-le moi. C'était tout ce que je voulais.
Qu'Elles ne disparaissent pas, jurez-le moi. C'était tout ce que je voulais.
Donnez leurs noms, expliquez-moi. C'était tout ce que je voulais.
Je continuerai, je tiendrai, mais ne me tuez pas. C'était tout.


Tout ça pour ne pas admettre le manque.
Les manques. Parce qu'ils sont légion.
Un jour, il faudra bien, Eaven. Tu combles.


« J'attends.
Que le temps passe. Que quelqu'un me remplace là-bas.
Que le quatrième siècle arrive, et toutes les années avec. Qu'on parte, qu'on revienne.
J'attends. Je t'attends aussi, bien sûr. »


Spoiler (Afficher)
Pour ne pas changer, des morceaux de RP rassemblés là. Merci aux protagonistes qui ont pu les inspirer, toujours.
Certaines parties de cet EDC peuvent être trouvables en jeu, dans un certain carnet. Le reste n'existe pas IG.
Et les commentaires, c'est bon pour la santé !

◊ Commentaires

  • Perle~50470 (45☆) Le 09 Janvier 2019
    ♥ + ★
  • Eaven (677☆) Le 09 Janvier 2019
    Owh you ♥
  • Kemelvor (746☆) Le 09 Janvier 2019
    ♥ + ★
  • Nick (254☆) Le 09 Janvier 2019
    Je ne crois pas avoir lu tout ce que tu as fait ici, mais de ma connaissance limitée de l'histoire du pion, et de ma connaissance limitée de tes écrits, c'est le texte le plus abouti et le plus "stupéfiant", au sens premier, que j'ai lu de toi. Peut être par sa sincérité (d'habitude, les pensées du pion sont distribuées au compte goutte, de manière poétique ou énigmatique, là c'est brut). Superbe !
  • L1S14N3 (245☆) Le 09 Janvier 2019
    *prends le temps de poser un 'ti commentaire pour une fois*
    J'aime beaucoup tes textes, ils inspirent toujours tellement de choses. Plein de couleurs.
    Vraiment un plaisir à chaque fois. ^^
  • Enaya (3☆) Le 10 Janvier 2019
    A chaque fois que je te lis, je me dit " Faut que je me remette aux edc" puis j'arrive au bout et je fini par " laisse tomber, t'a pas le niveau"

    Bravo pour ta plume ♥ *
  • Eaven (677☆) Le 13 Janvier 2019
    @Kemelvor ♥
    @Nick Tu sais que tes mots me toucheront toujours énormément. Pour une fois qu'elle laisse - un peu - tomber les métaphores... o/
    @L1S14N3 C'est parce qu'il faut des couleurs ! Partout !
    @Enaya M'eh. Faut pas, faut écrire, faut se lancer. Que je puisse voir '-'
  • Ethayel (785☆) Le 15 Janvier 2019
    Ta plume demeure une de mes favorites, même avec les mois qui passent ♥
  • Manerina (1403☆) Le 15 Janvier 2019
  • Kambei (278☆) Le 15 Janvier 2019
    Jeu de transparence et d'opacité, suivant diverses perspectives... La constante, c'est le plaisir de te lire, ici comme ailleurs!