Recherche

EDC de Eaven

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Eaven

Cacher

La Nuit de La Fin.

---------------------
Comment en était-elle arrivée là, elle n'en savait plus rien. Et c'était loin d'être ce à quoi elle pensait pour le moment. Les choses changent, c'est inévitable. Elle changerait aussi.
Le compte à rebours s'est lancé lorsqu'elle l'a vu dans les couloirs de cette maison, du sang sur le visage, le regard ailleurs, blanc. Elle avait eu peur, tout en sachant que quelque chose commençait dès lors, quelque chose de particulièrement dangereux. Si elle avait su ce que donnerait cet inévitable... Elle n'aurait rien changé, non.
---------------------
Elle avait vaguement participé à ce qu'elle appelait à présent la Nuit de la Fin. Cette nuit où tous s'étaient réunis, plongeurs, médecins, et gardes, si l'on peut dire. Assez d'être inutile à cause de son inexpérience, elle s'était portée volontaire, en bon petit soldat, prête à donner sa vie. Car il s'agissait bien de sa vie dans sa totalité cette fois, et non plus un misérable clone. L'Humanité était en péril. Ce n'était plus qu'une question de temps, à présent...
Affectée dans une équipe, elle écouta longtemps celui qui en avait le commandement, Kelvin, s'efforçant de faire au mieux, de comprendre vite, d'agir rapidement. Droite, toujours, comme un garde à vous constant, fixant la rue dans laquelle ils avaient monté leur barricade. Parce qu'elle serait ses yeux, ses mains et ses jambes, ce soir.
---------------------
- Aujourd'hui, vous êtes tous mes soeurs et frères d'armes.
---------------------
Il fallait se montrer digne d'une telle sentence.
Le temps fut long, plus long qu'il ne l'aura jamais été, alors qu'elle vérifiait si souvent ce traceur qui lui était cher. C'était sa seule peur, du moins, jusqu'à ce que certains événements se répercutent sur la Cité. Les lumières, l'explosion. Vite, il fallait faire vite, jouer avec le temps. Descendre au Sud, arrêter les flammes avec tous ces autres, épuisés. Aider comme elle pouvait, puisqu'elle était après tout là pour ça. Remonter, surveiller de nouveau, jusqu'à ce que cela soit terminé. Jusqu'à ce que les plongeurs sortent de leur torpeur physique.
Jusqu'à le voir sortir, et défaillir subitement. Quelque chose n'allait toujours pas.
Elle vit à peine la cuirasse qu'on lui présentait pour s'asseoir, écoutant tout juste les voix autour d'elle, alors qu'une seule résonnait. « Que c'était-il passé ? »
---------------------
- J'ignore combien de temps nous aurons encore le clonage.
---------------------
Rentrer, vite. Le temps presse maintenant, beaucoup trop. Il court plus vite qu'elle, le salaud, et elle ne pourra jamais le rattraper. Ne pas risquer pour sa vie cette fois, mais risquer qu'on lui ôte ce qui la composait majoritairement.
Tout s'enchaîne trop vite, une fois que le compte à rebours est lancé. Comme si le minuteur se plaisait à égrener les secondes, les minutes, les jours, plus vite qu'il ne le devrait. Et, à partir d'un certain point, quand l'on voit s'afficher le peu de temps qu'il reste, c'est la chute.
---------------------
- Les "vérités" fusent.
---------------------
Lente chute...
---------------------
- Je vais partir.
---------------------
Et s'écraser. Le sol est dur, la réalité pire encore. Elle sent les larmes qui montent malgré ses efforts. Elle le sent la soulever et l'emmener, comme une enfant, elle régresse. Bien qu'elle aura toujours été une enfant à côté de lui.
Le droit à quelques questions, quelques réponses. Tes lèvres, tes étreintes. Des nuits à en imprimer ta peau sur la mienne pour ne pas oublier. Surtout, ne pas oublier...
---------------------
- Nous nous reverrons.
- Quand il y aura des crises, et quand tu viendras me chercher.. Ca fait bien peu donc.. Alors ne me dis pas que l'on se reverra comme un espoir..
---------------------
Quelque chose se déchire, progressivement. Comme une feuille de papier que l'on réduit en miette avec une lenteur presque sadique, pour en faire des morceaux que l'on étale au sol. Il partait, dans un secteur qu'elle croyait pourtant mortel, inhabité.. Mais il a promit de faire attention, après tout.
Quelques jours, il disait. Quelques misérables jours encore, et ce sera tout. Pourquoi ai-je l'impression d'avoir déjà entendu une sentence similaire sortir de ta bouche ? Pourquoi ai-je l'impression que tu pars une seconde fois ?
Et puis, ce fut la Nuit de La Fin.
---------------------
- Il est temps que j'y aille.
---------------------
Son corps vacille autant que son être. C'est ainsi que tout se termine.
---------------------
- Quand le moment sera venu pour toi.. d'avoir vécu ici.. Lances un message et je viendrai te chercher.. C'est sans retour, néanmoins..
---------------------
Le temps des ultimes promesses, celles qui resteront à travers l'Eternité que nous n'aurons peut-être même plus. Celles qui feront perdurer ce que nous brisons d'une certaine façon. Il a promis de revenir la chercher lorsqu'il serait temps, elle a promis d'être à lui, à jamais.
---------------------
- N'oublies pas. Je serai toujours là derrière toi.
- Je vais longtemps chercher ton ombre, je crois..
---------------------
Alors que les bestioles qui ont habité la ville ces quelques jours s'éteignent au-dehors, autre chose meure dans cette villa. Mourir, mais pas tout à fait.
---------------------
- Quelle chance ais-je eu de t'avoir..
---------------------
Elle prend ses mots comme des éclats la transperçant. Jusqu'à ne plus le retenir, le laisser partir, loin, et ne plus jamais le revoir.
---------------------
- Je t'aimerai, pour toujours, peu importe ce qu'il se passera, et je viendrai te chercher au moment voulu. En attendant, fais attention à toi.
---------------------
Elle a vu des larmes sur ses joues, un sourire sur ses lèvres. Il disait qu'elle le rendait heureux, et elle y croyait à peine. S'effondrer une fois parti, dans cette chambre, alors que tant d'images lui reviennent à l'esprit comme des poignées de sable jetées à sa figure. Elle gardera tout, dans l'écrin le plus précieux qu'il soit.
Et puis, tenter vainement de la consoler. Maladroite, affaiblie, elle tente des mots qu'elle n'a plus vraiment. Promesse d'aide réciproque, mais qu'est-ce que cela changerait ?
Une question.
---------------------
- Accepteriez-vous de devenir ma fille par la voie de l'adoption ?
---------------------
Et là, ses paroles reviennent, comme une gifle subite, parce que sa voix n'appartient déjà plus à ce secteur.
---------------------
Voilà, c'est à toi. -----J'ai foi en toi. -----Je ne pourrais me lasser de vous.------Qu'importe le temps. -----
-------Tu es merveilleuse, extraordinaire.. ----J'ai quelqu'un qui m'attend au retour.. au moins.
-----------------Tu feras gaffe aux hommes qui chercheront à profiter de ta tristesse.
---Je suis.. content, grâce à vous. -----Mais tu viendras. -----Tout ira bien. -----Tu seras forte. -----
------------------Merci d'être là. --------------Nul besoin que qui que ce soit sache, hm.
-----Il est juste temps que j'aille de l'avant je crois. ----------Ne vous faites pas adopter..

---------------------
- Sachez que si je refuse, ce n'est en rien contre vous. Je vous aime beaucoup.. Mais je suis femme de parole..
---------------------
Une promesse est une promesse. Elle lui en a tant fait, et donnerait beaucoup pour les tenir toutes. Même celle de se relever.
Assise sur le lit de la tour, sa tour, elle envoie de nouveaux messages, en bonne petite journaliste.

Travaillant sur ce qu'elle va nommer la Nuit de la Fin.
Les yeux tournés vers la Nuit de Sa Fin.

---------------------
---------------------
Spoiler (Afficher)
Inutilisable IG. Peut-être un peu vite écrit, vous le direz, mais je n'y touche plus.
Et je ne remercierais jamais assez, je crois.. Devdas

◊ Commentaires

  • Hazel (303☆) Le 29 Octobre 2013
    Coup de poignard à la lecture, bel article qui m'aura arracher une larme.
  • Hemilly (37☆) Le 29 Octobre 2013
    Si je l'attrape je le plume cette fois! va pleurer en grande sensible qu'elle est un peu plus loin
  • Grypium (254☆) Le 29 Octobre 2013
    Bonne chance.
  • Amar (226☆) Le 30 Octobre 2013
    *a pas le courage d'écrire encore du Devdas donc étoile ici*