Recherche

EDC de Kais

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Kais

Cacher

Outrilien

SOMMAIRE
1) Histoire
2) Morphologie
3) Métabolisme
4) Particularité raciale.
Histoire :
Il y eu les grands travaux génétiques des laboratoires de l'Impérium afin de produire des créatures aptes à répondre à des besoins précis. La première génération d'outriliens a ainsi été créée au travers de longs travaux scientifiques, par manipulation d'ADN. Les scientifiques, focalisés sur l'idée de mélanger, au travers d'un procédé très complexe, des cellules de lézards, réputés pour leur capacités régénératrice extraordinaire et d'humains. Ainsi naquit la première génération d'outriliens surnommée Saurus par leurs créateurs.
Saurus :
Générations originelle de cette race. Conservant des caractéristiques reptiliennes très marqués : peau couverte d'écailles, yeux de reptiles, doigts pourvus de griffes solides, mâchoires garnies de crocs révélant le caractère plutôt carnivore de ces individus, corps prolongé d'une longue queue qui en fin de croissance peut atteindre 1 mètre et leur sert à maintenir leur équilibre.
Leur sexe masculin ou féminin, ressemble à celui des êtres humains.
Excellent perception sensorielle de leur environnement grâce à leur odorat, certains individus se servant d'une langue bifide pour goûter l'air qui les entoure.
Vers des individus plus stables:
Le première génération d'outriliens n'était guère satisfaisante, bien trop agressive pour servir de médecins, l'odeur du sang humains ayant la fâcheuse tendance à réveiller le caractère carnivore des individus.
De plus, l'apparence très éloignée des standards humains provoquait au mieux une réaction de dégoût, au pire une réaction de peur.
Le gêne reptilien étant récessif par rapport au gêne humain, des croisements successifs furent effectués en laboratoire jusqu'à obtenir une race plus satisfaisante tant au niveau esthétique qu'au niveau comportemental.
Ainsi l'outrilien perdait ses caractéristiques les plus reptiliennes au profit d'une apparence humanoïde : queue moins grande, dents moins tranchantes, ongles solides remplaçant les griffes, écailles plus fines et plus lisses...
A ce stade, le mode de reproduction subit également des mutations. De strictement ovipare, on vit apparaître des individus ovovivipares, voire vivipares.
Satisfaites de la stabilités obtenue, les scientifiques décidèrent de cesser leurs travaux. La race outrilienne était née.
Morphologie :
Si les attributs physique de l'outrilien sont fixés, on constate des variations notables d'un individus à un autre.
La peau : Plus épaisse que celle d'un humain, elle peut être de diverses teintes. Couvertes d'écailles, allant des larges plaques osseuses à des écailles imbriqués petites et lisses, ou bien élastique et lisse comme celle des anciennes salamandres.
La queue : Amincie, plus courte ou même réduite à un simple appendice de moins de 20 cm, elle subsiste néanmoins.
Les yeux : Les paupières surnuméraires inférieures ou latérales sont plus rares. Les pupilles sont le plus souvent fendues tandis que les iris sont d'une couleur inhabituelle comme par exemple l'orangé ou le jaune.
Les griffes : Les mains des outriliens, dotées d'un pouce opposable, ont conservé des ongles très solides, voire des griffes courtes.
Les dents : Si chez la plupart des individus, la dentition révèle leur caractère omnivore, leurs canines et les incisives tendent à être assez tranchantes pour découper correctement de la viande.
La langue : La langue bifide reste un trait dominant de la race.
Malgré le caractère récessif du gêne outrilien, on peut parfois voir un outrilien présentant des caractéristiques physiques très proches de la génération originelle.
Métabolisme :
La race outrilienne a conservé une faculté de régénération supérieure à la normale. Aptes à détecter facilement une odeur de sang dans leur environnement, leur diagnostic en cas de blessure est souvent très sûr.
Originellement à sang-froid, la race se comporte désormais comme celles à sang-chaud, même si en cas de température plus fraîche, on peut noter un ralentissement de l'activité. Chez certains individus, une chute brutale de température les plonge en léthargie par instinct de survie. C'est le même procesus que peuvent employer les outriliens pour ralentir leur rythme cardiaques en cas de besoin.
Reproduction :
En ce qui concerne la reproduction, on peut évaluer à 69% les individus vivpares, tandis que 30% seraient ovipares. Les ovovivipares ne représentens que de rares exceptions, et la plupart des femelles outriliennes n'ont pas une poitrine fonctionnelle. Cependant, la zone servant de réserve de graisse, leur silhouettes n'est pas dénuée de rondeurs féminines.
Comme pour la plupart des races, seule la reproduction purement outrilienne ou avec un individu humain a des chances de fonctionner. Toutes les autres combinaisons sont alors stériles.
Particularité raciale : La mue
Les peaux à écailles ont une élasticité limitée, c'est pourquoi, certains individus ont besoin de muer au fur et à mesure de leur croissance.
Il s'agit pour l'outrilien de se débarrasser de sa peau devenue top petite. Le processus est relativement long et dangereux puisque la nouvelle peau est encore trop fragile pour le protéger. C'est pourquoi par instinct, l'outrilien qui mue va s'enfermer dans un endroit où il se sent en sécurité et où il aura entassé suffisamment de provisions pour survivre durant tout le processus.
Les mues seront fréquentes chez un individus jeune, s'espaçant de plus en plus lorsqu'il aura atteint sa croissance maximale.
Spoiler (Afficher)
BG outrilien écrit par le MJ Grifter et des joueurs outrilien.

Informations sur l'article

BG des races de DC
24 Août 2012
1250√  0 0

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires

Aucun commentaire