Recherche

EDC de Jay

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Jay

Cacher

Un soir.

Un soir
L'épaule s'essuie appuyée contre l'un des murs jouxtant le couloir reliant les deux ailes d'habitation, le brun, d'un port nonchalant, les bras pliés sur son torse couvert et fermé par un trench-coat effrité par les âges, le sourire légèrement esquissé depuis la commissure de ses charnues, attardait son regard Ura-sombre sur sa moitié de toujours. L'empressement enthousiaste s'était meurtri depuis quelques cycles, les affres sentimentaux ravagent le cœur unique de l'humain au point de subir et faire subir sans broncher. L'argumentaire de la Bleue sera d'affilé terriblement dur, il le sait, ses larmes grasses sillonnent ses joues, enflées par la tristesse. Jay l'aime d'une passion indicible puisque trop louée, irréprochable, il s'était montré d'une valeur sure, une ombre taciturne mais loyale. Désormais il lui faut relever la tête et faire face à une femme blessée. Il lui incombait d'être aussi patient qu'un père, époux à la pédagogie diaphane, d'une parfaite attitude, de gestes intelligents et admirables tous autant qu'ils puissent être. Il se devait de représenter le Lord avec l'aisance la plus opaque avec tout ce que Dreadcast pouvait regorger de plus sale. Son âme se perd avec d'aucunes plaintes terribles, des couinements émanent de sa démarche lamentablement faible et ruinée. Lui qui abrite ses secrets derrière une pléthore de figures, de sourires et de jolis mots gracieusement échafaudés. Il rompt l'exercice du paraître, elle venait de cesser de le materner, c'était signé dans son regard méta, étrangère. A grand renforts de hochement de tête, il plissait les yeux, reniflant difficilement sans retenir ses salines gorgées de pardon. Il penche la tête pour tenter de cueillir un regard, une gifle ou une insulte qui le ferait exister à ses yeux. Ses onyx qui le détaille à peine, sa silhouette est devenue une tâche d'encre qui restera sauvegardée dans les méandres de ses pages de mépris, le détestant au plus au point. Il n'est plus à l'aise et la danse qu'il joue de ses pieds est telle qu'il s'écorche et abîme les murs, les tambourinant de coups d'épaules, eux qui ont connu l'éclat de leur plaisir brut, des émulsions si fortes et si vraies. Jérôme affiche volontairement l'expression de la fierté lorsqu'il ose lever le regard sur elle, sans descendre les escaliers de la considération et silencieux il profite de la distance qui les séparer pour postuler à son étreinte, s'agenouillant, tombant au pied du rempart de leur enceinte, l'ébène de ses cheveux défaits, la finesse de son nez qui se fait volute, la courbe de sa nuque, sa bosse d'Adam s'agitant dans l'entrebâillement du col de sa chemise, l'aspérité d'un mal silencieux. Ses tempes orageuses se mettent à dessiner une scène, ses orbes tentées par l'imaginaire, cherchent l'ambassade de réconfort. Il pense à Norah et à lui, un jeu de séduction. Le leur.

_____
Laisse moi t'inviter..
Ruiné par la fatigue il fit prolonger un silence le temps d'une respiration. Il délocalise sa senestre pour venir toucher le cosmopolitain fermé aux doigts inquisiteurs, aux pulpes capricieuses qui ont pouvoir de se faire intrusives, caresser, se faire pardonner sans ouvrir ses lèvres charnues. Il en devient suggérant sans pour autant lui donner.

Et si tu ne me veux plus, essaye toujours de trouver le meilleur prétexte..
Le sourire s'effile légèrement, à peine, une esquisse peut être. Alors que le bout de phrase sonnait narquoise, passant de la voix rocailleuse à une plus aiguë, sa main s'était naturellement permise le dessein de souligner la courbe de sa hanche couverte du soyeux uniforme de Police. Elle restait impassible et interdite, l'homme lui, venait de perdre. Ses mouvements restent fluides, les phalanges mimaient ses jambes qui arpentaient doucement, l'air accrocheur, tirant sur le feutre.
Interdis - moi de te vendre mon creux de ventre.. Il égare sa senestre au trio unique, le geste raffiné qui souligne les reins de l'aimée quand son sourire trouvait une fin tranchante, le visage du Nupseï perdait de son éclat alors qu'il tentait manifestement de corrompre
Alors aussi savoureux que je puisse être, si mes chances de t'émouvoir se sont dissipées.. Le brun appuie légèrement sa paume artificielle sur la prise qui le déni, avant de dériver son regard sur elle, restant droit, les doigts mécanique escaladent l'uniforme entravé par les diverses choses relevant de la fonction publique, jusqu'à effleurer le crin d'argent qui lui va si bien.

Ne me fais pas croire que tu restes insensible..D'un ton propre à la provocation insolente, la main s'égarant sur l'épaule droite, caressant ses galons d'officier, ses épaules souvent aux épreuves de son émail et pourtant il se fait preuve d'une délicatesse avare.
Mmh.. Conclut-il en la regardant, éteint en parfait mimétisme du visage qu'elle dépeint. Ce mutisme qui saute aux yeux de l'homme, ils resteront diptyque éternellement.
Dégoûtée, Timorée et Fière.. Trois vices les plus redoutables, parant tous les charmes du brun, pris en tenaille par les dures lois de la réalité. Il ne s'agitait plus, l’électrique qu'on le connaissait ne coagulait plus, bientôt ses pulpes aux courbes voluptueuses ou en arc de cupidon allaient comparaître comme reliquat. Son insolence séductrice était toujours gorgée d'un quelque chose acidulé.
______
Ma saveur a un prix. Reprit - il d'une voix basse, détendue et voilée d'une intimités douce comme amère. Il s’essayait à effleurer une sensualité vénéneuse. Lui qui se faisant langoureux à lover les maux de la femelle aux souffles calcinés. Jay étirait son charme souple pour épouser chaque courbe qu'elle créait lorsqu'elle l'évitait, apposant sans pudeur aucune son regard Ura-sombre contre l'artificiel plongé dans le Jais.

T'en rends - tu compte.. ? Poursuivit - il dans un rapprochement belliqueux, le tutoiement susurré, la tête penché pour gagné le lobe de sa anse et y semer la pointe de sa sanguine. Jay reste auteur privilégié des moindres réactions du corps de la vautoure, attentif, curieux. Elle avait choisi la distance et lui la proximité, résolu à pervertir chaque centimètre de peau, n’épargnant aucun délice du dégoût, à laisser en souvenir chaque attention aussi nauséeuse que jubilatoire.

Prends-tu le risque de tout perdre… Susurrant au creux de sa anse, lascive, concupiscente, remplie de mots exquis d'une dépravation Nupseï, forte d'une volupté vibrante avant qu'il n'appuie sa propre tempe à celle de la Milady, dessinant son impertinence déguisée.

Ou me feras-tu disparaître avec toi ?

Spoiler (Afficher)
Inutilisable en jeu. Longuement hésité à le sortir.. Merci à ceux qui se sont penchés à mon pion ces derniers jours. Sincèrement. Un petit quelque chose est glissé dans l'article, discrètement. Ceux qui en ont accès, ont un rp en plus.

Informations sur l'article

Nupseï
16 Décembre 2016
1513√  15 3

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires

  • Norah~50792 (383☆) Le 17 Décembre 2016
    Les Aimés devenus Amant imaginaires, se jouent des douleurs et de blessures de leur Reflet.
    Aimants aux pôles opposés, se repoussent et se rejettent, attirés en vain l'un à l'autre.
    Aime-moi je te fuis.
    Fuis-moi car je t'aime.
  • Shaia (611☆) Le 17 Décembre 2016
    *