Recherche

EDC de Hornstein~50693

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Hornstein~50693

Cacher

Adieux et Renaissance

Je suis là… J’attends son arrivée fixant la porte avec un regard vide. Toujours assis dans le canapé, les bras appuyés sur mes jambes, à la même place que d’habitude. Cette même place sur laquelle je m’assieds depuis tant d’année. Depuis notre rencontre.
Enfin bref, je ne pensais vraiment pas que ce jour arriverait et surtout aussi tôt…Ce jour où nous nous disons «Adieu». Les larmes me montèrent aux yeux, je me mis à sangloter. Avec une de mes pattes, j’essuyais ce liquide qui coulait.
" Je ne peux pas pleurer, pas maintenant…  " Me dis-je.
Je me levai tranquillement, le cœur gros, et parcourai le peu de pièce qu’avait son appartement tout en me remémorant chaque instant passé dans celui-ci... Mon réveil dans ce lit, ma convalescence, mes premiers pas, nos conversations, une nouvelle amie, nos chamailleries, nos farces, nos insultes… mon évolution. Et maintenant, dans ce même lieu, nous nous dirons "  Adieu ". A cette pensée, je me remis à pleurer. Je mis mes pattes sur mon visage puis, chassant cette pensée, j’essuyais de nouveau mes larmes. C’est la première fois que je pleurais pour quelqu’un d’autre que moi. Je pleurais pour celui à qui je devais tout, pour nos adieux mais aussi pour tout ce que nous ne pourrons plus faire ensemble. C’est la première fois que je ressentais ce sentiment, ça me faisait tout drôle. Moi, pleurer pour un autre… Mais cet "autre" est une trop grande partie de mon existence.
Je me calmai peu à peu et allai me rasseoir dans le canapé, bien évidement à la même place que depuis toujours.
J’attendis un bon moment perdu dans ma mémoire, et c’est un com qui m’en sortit. C’était Descole qui me disait de le rejoindre au centre de cryo. Nos adieux se feraient donc là-bas finalement. Je me levai et le rejoignis au lieu indiqué. J’entrais dans le bâtiment et le vis m'attendant près d’une cuve. Amaranthe lui avait sans doute déjà fait ses adieux.
Je m’approchais donc de lui.
 " Salut l'chaton ! " me dit-il.
Je lui répondis  " Salut moineau ! "
Nous nous saluions comme si c’était un jour comme les autres et pourtant, c’était loin d’être le cas.
As-tu une dernière chose à dire ? " me questionna-t-il après un instant a se fixer l'un l'autre.
Je voudrais…pour nos adieux…que tu me vois comme lors de notre rencontre…comme le petit kobold innocent que j’étais. "
Je retirais donc ma capuche. Il revoyait ce visage qu’il n’avait pas aperçu depuis bien longtemps… depuis que je m’étais décidé à le cacher.

Il sourit légèrement, je pouvais sentir de la tristesse derrière celui-ci.
Après un instant à se contempler une nouvelle fois, je lui demandais :
"  As-tu une dernière chose à me demander ? "
Je voudrais que tu surveilles la p'tite, empêche-la de faire de grosses, GROSSES connerie. "
Je le ferais, même si c’est plutôt bien parti pour qu’elle en fasse… "
Il me sourit gentiment. Je sentais le moment fatidique de son entrée en cuve approcher, je ne pus m’empêcher de sangloter. Une larme coula de mon œil droit.
"  Hé, sois pas triste, il te reste encore Ama! "
Sur ces mots, je me calmai et soupirai fortement. Je n'avais même pas senti sa main se poser sur mon épaule. Descole me fixa une dernière fois puis dit sur le même ton que chacune de nos précédentes conversations:
Adieu, mon ami. "
Flynn quant à lui me lança avec un grand sourire: " A plus mon pote, on se reverra un jour ou l'autre ! "
Je le regardais, lui et ses deux personnalités et leur répondit d'un voix légèrement tremblante
Adieu "
Je le suivis du regard entrer dans cette cuve qui l’emmenait loin de moi. Lui, qui était la personne le plus importante à mes yeux, était en train de me quitter. Les dernières larmes coulèrent de mes yeux. Il venait de partir.
Une fois calmé, je reniflai et essuyai l’eau sur mon visage.
Je dis d’une voix passant du sanglot à la détermination:
Je te promets Descole…je te promets que je respecterai ta dernière volonté. Je te promets également qu’un jour le monde me connaîtra comme tu m’as connu, comme le kobold mignon et amusant que j’étais. Je le fais en ton honneur Descole, toi qui es l’homme à qui je dois la vie. Quant à ma haine envers le monde et ma soif de violence, je vais la cacher davantage et la sortirai quand j’en ressentirai le besoin.  "
Je me retournai d'un pas décidé, et quittai ce lieu le regard au loin, fixant un nouveau futur.

Informations sur l'article

Au sein de mon Esprit
09 Octobre 2015
520√  6 0

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires

Aucun commentaire