Recherche

EDC de Ethayel~30165

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Ethayel~30165

Cacher

« ... Elle est incomplète. »

Spoiler (Afficher)
Musique à écouter, même s'elle peut paraître trop dure, je ne voyais pas une autre chanson pour ce texte. Entre colère et tristesse, pleurs et mélancolie. L'atmosphère est juste parfaite.
[Texte inutilisable en RP, à moins de lire le manuscrit, comme d'habitude.
Merci de votre lecture.
La première partie est indiquée, pour les intéressés, vous n'avez qu'à cliquer !]

~~~
~~~

« Fillette est en colère. »

Ce fut vain.
Ce moment résonnait comme une évidence, comme un point final à toute cette histoire.
Il faudrait remonter à tellement longtemps pour que je puisse moi-même le comprendre
.
J'écris ces lignes à l'amer goût de l'oubli. La délectation des conséquences de cet acte désolé.
Il est plaisant de fermer les yeux et d'écouter ce petit tic-tac mental de l'horloge qui s'affole, à l'intérieur de nous, la douleur se rejoignant au même instant, à la même finalité dès la révolution d'un cycle identique.
J'ai besoin de me souvenir des fois où la projection était différente. Où l'amer délice offrait encore une petite place au désamour. A l'attente fortuite mais ô combien salvatrice.
Il en faudrait peu pour que le mécanisme s'essouffle puis s'arrête enfin. Il ne manquait finalement qu'une blessure de plus. Celle qui ne se voit pas, le souffle coupé, le coeur s'emballant. Et plus il bat, plus il saigne abondamment. Priver un coeur de vie semble si facile comparé à la démesure que nous exigeons pour le faire repartir.

Ainsi font font font. Deux petits tours. Trois battements et puis s'en vont.

Il serait aisé de se réveiller après mille nuits de sueur et de rêves afin de tout affronter encore. L'élixir consommé, la hargne au coeur et le regard perçant. Il serait sublime de pouvoir caresser d'un doigt l'espoir fuyant en orbite autour de soi.
Ce matin il pleut encore sur mes histoires incertaines. Moi qui cherchais le dramaturge désabusé et le larmoyant, je m'y suis arrêtée cette fois. Conquise mais lasse.
Fatiguée de ces chansons de miel que je me récite à moi-même, faute de pouvoir les avouer à ces élus pour qui je n'ai pas la place d'entrer dans leur vie.
Le jour se levait avec sa bravoure quotidienne. La nuit s'envolait, non pourvue de rêves.
Je ne peux me nourrir que de bribes d'effluves oniriques ou de souvenirs lancinants, désabusés de tout. Confortée dans une résignation chronique, je sens déjà ces vents intérieurs refroidir cette source de chaleur déjà bien faible.
Exposer son coeur au risque. Dans une ultime danse. Y planter ses propres ongles afin de le regarder saigner. Et peut-être de la sorte se sentir un instant en vie. Cette douleur réservée aux vivants, aux imprudents.
Observer le morne gris extérieur, hurler sa détresse face au vent glacé qui ne vous écoute pas. Les échos sont déjà porteurs de mille suppliques. Hurler jusqu'à en perdre haleine, pleurer l'affront du silence, de l'indifférence.
Tomber à genoux encore, désarmée, désavouée, dans un ultime soupir laisser nos éternels fantômes écraser leurs serres sur notre gorge. Laisser nos tourments nous envahir à nouveau dans un flot continu, destructeur. Se laisser apprivoiser par ces souvenirs taciturnes et répétés, nous apportant l'ultime pacte dont la signature ne peut plus se faire attendre.

Fillette enfin abdique..

Chercher l'erreur au milieu des débris de notre coeur. Ne pouvant empêcher cette glace de l'étreindre passionnément... Lentement... dans un sublime réconfort.
Diluer dans son âme quelques gouttes de haine envers soi-même, alors que je me suis cherchée durant tant d'années.
Aspirer à l'abandon et enfin mettre terme au mensonge. Tu m'as aidée à me résigner. Je t'en suis si reconnaissante. Le couperet de l'élégie tombe enfin, coupant ces fils illusoires et ces liens de pantin qui m'attachaient à un espoir factice.
Mais pensais-tu que le silence serait finalement mon meilleur remède ?
Je ne pourrai pas me sauver de ceux qui me hantent au cours de mes nuits. Puis-je toujours continuer à vivre avec moi-même ?

Fillette... ici, la contingence.

J'ai voulu acheter ton tourment de moitié, pour que tu souffres moins.
Cette ombre au creux de ma nuque... ce chagrin qui vend mes os à ce marchand de promesses inespérées.
Et ces mains glacées qui m'étouffent toujours.
Ces instants que je n'attends plus.
Ces marches que je ne gravis plus.
Cette non vie que je ne désire plus.
Je ne me souviens déjà plus l'anémie sentimentale purgée et vomie par ce flux, brûlante et abjecte. Comment veux-tu que je gagne si je suis déjà entravée ?
Je ne peux partir de moi-même... et « ailleurs » n'est pas la réponse.
Je sens arriver ce froid, qu'aucun feu encore n'apaise.
Retire tes mains, je ne me tiens plus. L'infâme finalité crachée et étendue dans cette promesse.
Tu vois... mourir ne s'apprend pas.

L'anaplastie impossible dans ma tête laissera enfin s'éteindre mon sage petit coeur de fillette...

◊ Commentaires

  • Akasha (0☆) Le 30 Avril 2015
    [ Laisse une étoile et file chercher le manuscrit ]
  • Delkim~54306 (14☆) Le 30 Avril 2015
    Toujours si...délicieux à lire. On étoile,comme à l'accoutumée.
  • Pario~6974 (48☆) Le 30 Avril 2015
    * Pour la filette
  • Uhmoja~50659 (41☆) Le 30 Avril 2015
    Tout comme les voisins du haut, toujours aussi agréable, un moment de lecture ou on se plonge dedans pour oublier un instant le reste.
    C'est superbe, comme toujours. *
  • Knight (235☆) Le 30 Avril 2015
    Comme mes voisins du haut, j'adore la musique *o*
  • Kais (33☆) Le 01 Mai 2015
    On pourrais mettre autant d'étoile qu'on veux, j'en aurai mis une pour la plume et pour la musique.

    Fin bref, encore une étoile pour un article qui en vaut beaucoup plus selon moi.
  • EveR~4918 (1732☆) Le 02 Mai 2015
    Au moment où tu publiais ce texte, je terminais l'un des mien pour un essai personnel qui ne sera sans doute jamais publié. Certaines de tes phrases s'y retrouvent presque mot pour mot. Et bien que la conte soit différent, cette similarité et simultanéité m'a étrangement.. touchée.
    Âmes sœurs en ce point temporel. ♥
  • Manerina~6356 (1566☆) Le 04 Mai 2015
    "Tu vois... mourir ne s'apprend pas.
    Vivre non plus... ♥