Recherche

EDC de Eaven

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Eaven

Cacher

Que vienne la Pluie.


Mrr'à tous le Quarere Imperiali,

Que tout l'monde s'prépare m'pour l'prochains jours.
Mrr'nous nous attendons à d'fortes averses.

Regard abandonné sur les quelques mots qui s'affichent sur son communicateur, avant qu'ils n'aillent se perdre à nouveau dans le smog, comme si souvent, comme si seulement. L'esprit s'offre au néant brumeux un instant avant de retomber soudainement sur terre : on ne nous prévient jamais pour les jours de grosse pluie. Il est facile de deviner comment la nuit s'est déroulée, sous défilement incessants ou presque de messages pour apporter une réflexion, même minime, parfois immense. Brouhaha commence.


"Attention, module Terra entre en phase génération H2O dans 24H, forte précipitation a prévoir. 
Durée de la phase : 48 à 120H."


On ne nous prévient jamais pour les jours de grosse pluie. Ce sera terriblement différent. Ca l'est toujours quand l'épée de Damoclès est déposée sur nos nuques plutôt qu'au-dessus de la tête, ça l'est toujours quand le temps est compté.


« Je croyais que tu aimais la pluie ? »
« J'aime la pluie, elle remplit mon âme.
Mais j'ai toujours eu peur qu'elle me noie.
Alors dis-moi, qu'adviendra-t-il ? »


***


20e cycle, le lendemain. Pluie est si ponctuelle que s'en est presque gênant. Elle ne se sera faite ni attendre, ni désirer : elle est là, au rendez-vous, pour nous tous. Elle toque à la porte, à la fenêtre, au toit, dans l'espoir qu'on lui ouvre, puisqu'elle s'est annoncée. Et alors qu'on se refuse à lui ouvrir, à l'inviter à l'intérieur, elle enrage d'être si mal traitée. Sa voix prend de l'ampleur, elle monte, monte, monte encore, et alors que quelques uns se sont abrités au Militarium suite au premier appel, ils passeront une première triste soirée : ses sanglots ont bourdonné à nos oreilles toute la nuit.

***


Un nouveau jour se lève, et ses yeux en bouche d'égout débordent, tout se déverse dans les rues de ses pleurs. Et nous sommes trop lents, bien trop lents, nous n'avons jamais été bien entraînés à gérer des torrents de larmes. Nous ne savons pas essuyer ses perles d'eau par millions, nous ne savons pas assécher ses joues d'asphalte, tout ce que nous savons faire alors c'est éviter l'acidité de sa tristesse. Et lorsque les flots de sa tristesse déborde, les protocoles se chargent de nous conseiller sur la marche à suivre. Les souterrains sont verrouillés, mais quiconque a déjà vu quelqu'un attristé le sait : tout garder à l'intérieur de soi ne résout rien. Mais qu'y pouvons-nous ?

Il ne nous reste qu'à essayer de sauver ce qui nous permet de La voir, même si elle a éteint la lumière, colérique mais pudique pour qu'on ne la voit pas pleurer. Et attendre de voir ce que l'on peut voir – qu'elle sature, que le cratère qu'est son coeur déborde, que les protocoles ont été pensés pour qu'on ne voit jamais ses larmes sous la surface – avant que sa tristesse ne fasse fuir même les rats de ses entrailles.

Alors ? Alors nous sommes démunis de ne pouvoir La consoler, et face à l'impuissance, il ne reste qu'à prendre peur. Elle veut pleurer ? Soit. Mais sauvons nos peaux, réfugions-nous à l'Ambassade, peut-être ne l'entendrons-nous plus.

***


Elle n'a toujours pas dormi de la nuit, alors que nous nous sommes à peine reposés. Mais au matin, elle trouve un nouveau moyen de nous signifier sa détresse : le farin de ses larmes s'est cristallisé, un peu partout, en buissons faits de cristaux scintillants, des bijoux de détresse. Qu'en faisons-nous, pauvres immortels que nous sommes sous le déluge ? Nous nous complaisons à faire la sourde oreille à ses complaintes orageuses, nous volons ses trésors cristallisés un à un sans discontinuer de la journée.

« Tu n'es pas trop légère pour aller les récolter ? Mais tu sais nager. »
« Je m'accroche comme je peux, c'est compliqué.
Mais, pour mon Secteur... Et pour voir pourquoi Elle pleure. »


Comment pouvait-Elle réagir face à si peu de considération de nos parts, nous qui avons détourné les yeux à son malheur, qui volons impunément ses trésors pour notre survie première ? Mal, infiniment mal. Lorsque la nuit tombe, elle sort de ses gonds, et pendant des cycles ont l'entend hurler sa rage contre les misérables que nous sommes, on l'entend casser murs et toits d'une colère légitime, alors que nous espérons encore nous sauver, au premier étage de l'Ambassade, aux étages d'habitations-éponges.

« Dis-moi où tu es et laisse-moi venir te chercher. »
« Certainement pas. »
« On ne sait pas si le clonage fonctionne. »
« Raison de plus pour que tu ne risques pas ta vie. »


Dans la seule idée qu'il lui restait d'éviter des risques inutiles pour un clone unique, il n'y a semble-t-il plus rien à risquer. Au plus noir de la nuit, au coeur de l'horreur, Elle nous montre son visage d'Apocalypse : personne ne fendra la mer de ses flots, les murs tremblent de sa rage grondante, il ne réside plus rien d'autre à nos oreilles, plus rien d'autre pour peupler nos esprits, jusqu'à la lie.
Qui l'a calmée ? Qui a su enfin la consoler de ce que nous lui avions fait ?

« ... Ou alors Il a eu pitié de nous et nous a sauvé, pour nous donner une autre chance. »
« Peut-être aussi, c'est vrai. Etonnant. Alors que nous le Lui rendons si mal chaque jour. »


Presque trop rapidement, Elle cesse de pleurer pour se parer d'un fard de smog, essuyer ses yeux, ne nous laissant que de l'eau dans le coeur et dans les hall. Comme tant d'autres, la silhouette d'un rouge qui ne se délave pas entreprend d'écarter les meubles gorgés de larmes, essorer les sols pour en dégager les preuves du déluge autant que faire se peut, jusqu'à ce qu'un bout de quotidien revienne, qu'un écran affiche un énième nouveau message.
... dédié à l'archive de la crise d'hier.
Je vous laisse y intervenir, mettre en page, chercher et fouiller...
Le ménage pourra bien attendre...





Crise Terra H2O
J-1 | 1/323.4

C'est dans le courant de la soirée ...





Spoiler (Afficher)
Article qui n'a absolument aucune prétention, il est là pour ma petite mémoire et me rappeler les événements de l'event. La métaphore est d'ailleurs infiniment longue, pour ceux qui auront la patience de la lire jusqu'au bout !
Une phrase s'est glissée là-dedans, qui vient directement d'une chanson d'un dessin animé. Un coeur à gagner pour celui ou celle qui la trouvera, soyons fous.

Informations sur l'article

Verre brisé
28 Janvier 2021
266√  24 1

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires

  • Emily (58☆) Le 31 Janvier 2021
    J'ai cherché, mais j'ai point trouvé. Pas de coeur pour moi !
    Mais un ♥ pour cette belle métaphore !