Recherche

EDC de BB_24

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par BB_24

Cacher

Qui est là ?

C'est elle.
La présence dans votre dos, la noirceur qui envahit votre corps à chaque inspiration.
C'est elle.
La main qui frôle votre poche, les alarmes de votre petit appartement pourri.
C'est elle.
L'acier froid du kanuf sur votre gorge au détour d'une ruelle, les crédits qui s'évanouissent mystérieusement.
C'est elle.
La disparition d'un proche, la douleur de l'abandon.
C'est elle.
Vos cauchemars les plus réels, vos peurs les plus profondes.
C'est elle.

Chaque bouffée de smog qui encrasse un peu plus vos poumons, votre corps et vos esprits. C'est un peu de son être qu'elle abandonne en vous. Pourriture. Puanteur. Mort. Condensé de ses espoirs réduits à néant d'une lame trop aiguisée. Crissements des pas dans les déchets, grincements des portes et cris étouffés qui s'échappent des ruelles voisines. Odieux. Aigus. Terrifiés. Ce n'est que le rire de sa déchéance. Fou.

Sentez-vous les frissons qui courent sur votre peau ? Ce n'est que la caresse de son souffle.
Sentez-vous vos poils et plumes s'hérisser ? Ce n'est que la caresse de ses doigts.

Savez-vous d'où viennent ces phrases que l'on répète aux NI lorsqu'ils sortent de maturateur ?
« Ne descend pas tout seul dans le Sud. »
« Évite les ruelles près de l'Impasse. »
« Ne viens jamais en aide à un clodo du Sud. »
« Ne suis jamais personne, même s'il t'offre un verre. »

C'est elle.

Depuis toujours, elle attire les plus faibles. Les enroule de son manteau de smog et les perd dans les méandres des rues vides et de leur esprit neuf. Abandonnés, ils finissent par disparaître. Sautant parfois dans le Cratère, ou s'évanouissant simplement au fond d'une impasse. Derrière le mur de la réalité.
Il y a aussi ceux qu'elle traumatise, qu'elle livre aux mains violentes de quelques monstres civilisés qu'on appelle criminels. Torture. Viol. Ou juste vol. Tant qu'il y a de la peur, de la souffrance et du sang.


Entendez-vous ce rire aliéné qui ne semble venir de nulle part ? C'est elle.

Il fait parti de ces sons que l'on n'oublie jamais. Comme celui d'une cage thoracique explosée, ou celui d'une lame qui gratte un os. Comme le son d'une gnolle qui hurle au smog, ou celui des cris de la mort aux portes de clones uniques. Hurlements de terreur avant que ne vienne la douleur et que tous se joignent en une purge démente.

Voyez-vous ces ombres au coin de la ruelle ? Dans ce recoin que la lumière du lampadaire n'atteint pas. C'est elle.

Et l'horreur de ce qui vous attend. Qu'importe votre nom. Qu'importe votre famille. Qu'importe vos alliés. Elle est là pour vous. Et avec elle, marchent ensemble ses bras armés.

Courez. Pour votre clone. Pour votre salut. Courez.
Et espérez que votre esprit réussissent à oublier ce à quoi il vient d'échapper. Ce qu'il aurait pu subir. Ce qu'il est entrain d'imaginer. Et ce qui arrivera à celui derrière vous qui n'aura pas vu. Qui n'aura pas couru.
Celui qui va apprendre, au détriment de son clone ce qu'un plongeon dans la folie veut dire.

Écoutez encore quelques mots. Les derniers.

Quoi qu'on ait pu vous dire tout ce temps, ils sont dans le déni depuis des siècles. Ce n'est pas la malchance, ou l'incompétence. Ce n'est pas la méchanceté. Ce n'est pas l'idiotie.

C'est elle.

C'est toujours Elle.

Informations sur l'article

Résurgence
09 Octobre 2020
284√  35 1

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires