Recherche

EDC de Jay

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Jay

Cacher

La gorgée de l'Innocence.

La gorgée de l'Innocence dixit Le 93 rue Amstrade.
La diffusion d'information est une instruction qu'institutions traquent sans relâche. Certains prêchent la bonne voie, mais il leur manquera toujours ce détail. D'autres mimeront ce manque et comblé par divers location de gorges pour assouvir fantasmes des moins raisonnables.


Allégeance à un Ordre qui fit de moi un homme. Et certains avaient une fâcheuse habitude de désirer ne serait - ce qu'une parcelle de souffrance, une giclée de sang et peut être once de douleur. Il existe en ces terres un homme qui a bien profité de ma souffrance, un dénommé Vexander. Je n'irais en aucun cas lui titiller ou lui gratter le dessous du menton. J'ai entendu innombrables drogues, des jeux , le skiwi , la défense du SAS ou encore le rêve d'égorger une hérétique.
J'étais drogué, au vertigo. A un certain moment j'allais me servir et m'imposai ma propre dose afin de tenir le coup.
Pour ne pas m'éloigner du sujet, j'en reviens oui.
Ils n'ont plus cette habitude, ou du moins lorsqu'une occasion se présente , ils parviennent à être plus nombreux que d'habitude, ils stagnent là dans ces couleurs triturés d'impacts. Un soir , comme souvent puisque la doxa semble penser que les criminels agissent uniquement de nuit. N'allons pas leur ôter l'Enseignement idiot sorti de la bouche d'un imbécile. Et je ne parle pas de l'Empereur.
Mais c'était un soir, ce soir en particulier ou j'ai décidé de signer mon arrêt.
De mort ?
...
93 , rue Amstrade , secteur Maran...

Le boucher se faisait très peu entendre, disons qu'il passait ses nuits à criser, désespérer. En vain ses travaux très Hoblet ou Imponite paraissaient dévorés par les vermines, les cafards. Le regard en veille, dans un fauteuil dirigé , incliné vers le centre là où les lumières s'agitent, les coups de feu débitent et les rebelles s’abritent. Une vieille harmonie comme tant voulue, les unités partaient.
Son hologramme, à sa gauche affichait l'activité de chacun. Un cigare entre les doigts, délicatement apprécié , et pourtant il ne restait plus que deux unités.
Un surveillant peut se permettre les aises, son regard serpente et pimente certains numéros d'identités, combinés sur son com's il a le pouvoir sur une nuit.
Le calme avant la tempête, ou peut être la théorie du silence.


Le superviseur , n'avait que faire de certains il animait une cour de récréation à distance, amusé de distribuer les futurs punitions. Mais en rien, en rien il ne fut le commanditaire du 93 rue Amstrade.
C'était à un moment de l'année, d'ailleurs un moment bien écorché car la date ne sera jamais retenue , ni ce qu'il s'est passé. Tant qu'un noble ne décède pas les oreilles coupées, pendu par les burnes rien n'est retenu.
Pour revenir sur le sujet, un certain homme , à l'époque Capitaine de l'Armée Impériale. De grandes lettres pour peu de chose, une Autorité qui se voulait impérativement de lire sur les lèvres de l'Unité Gamma certaines choses. La discussion est une animation excitante lorsque l'interlocuteur promet des événements futurs très fastidieux. Ce serait ennuyeux de salir une moquette fraichement tapissée de la veille.
Un militaire, joue et boit de violence. Il reconnait les dangers, neutralise les enemis. C'est un fait, mais parfois certains erreurs obligent des baisses de gardes.
Ce soir là, Gamma était prêt à accueillir le Capitaine.
Il lui offrit une adresse et un digicode , celui du 93 rue Amstrade. Un endroit qui ne lui appartient pas, un lieu neutre et pourtant des pièges et occasions inestimées se présentent à Gamma, deux , quatre et puis six. Six idées étaient en train de culminer.
Les murmurent débutèrent, et les vieilles habitudes redonnaient le goût nostalgique d'un souvenir pas si vieux que cela. Cela dit il était bien armé, ses paroles et ses menaces lui risquait petit à petit , une mise à mort.
Soudainement, Lilou entra dans l'appartement et passa devant les deux hommes, habillée très sensuellement d'une jupe métal et d'un débardeur blanc. Ceci attira le regard de Gamma, comme d'un sourire très nerveux, puis détendit celui - ci vers le Capitaine, qui se mit à bredouiller.
Que fait - elle ici ?
Gamma présenta au Capitaine sa femme en même temps que Lilou qui s'excusa de les avoir dérangé. Ce qui pouvait redonner à cette pièce une neutralité et un cessé le feu moral de son adversaire était l'utilisation d'une femme, innocente.
L'homme, horrifié de sa présence pouvait se demander comment un homme pourrait utiliser sa femme comme bouclier devant une autorité.
L'unité présenta un regard défensif prônant la discussion calme autour d'un verre.
Ainsi il proposa à Lilou de servir et mettre à disposition du Capitaine une boisson.
Non merci.
L'unité semblait perplexe quand à la réaction de l'officier du Militarium, qui soudainement venait de se détendre et accepter nerveusement tout de même la collation. Une boisson dont le mélange de calmants était à prévoir.
Gamma n'obligea en aucun cas l'obligation de boire, mais il le tentait par des jeux de phrases , de situations. Le Capitaine fit cela. Gamma remua entre ses doigts le verre , n'osant le boire mine d'être stressé également, surtout lorsque son regard le fixa pour lui demander.


Êtes - vous sûr qu'il n'y avait pas de drogue ?


Comme une révélation, la tasse ? L'étouffement une réaction si prévisible , et un accélérateur de la procédure. Avaler le Momento et le savoir en même temps. Le capitaine chuta et la venue de son compagnon était une manière d'enflammer sa mise à mort. Gamma prépara son Fusil Impérial qu'il prit soin de charger, car plus tard il servira. Des ordres , des sens contraires et une dispute avaient généré le feu sur le Capitaine, essuyant le sol.
L'unité était loin de penser que tout déraperait à la mobilisation d'une escarmouche de militaires.
Gamma qui semblait économiser les cartouches, un regard en fuite vers un mur suite aux paroles arrogantes de Benji,qu'il prit le couloir en fuite joignant la sortie rapidement. De ce fait, l'unité s'avança lentement pied en avant basculant le viseur vers la droite. Il vint se placer derrière un meuble, c'est alors que les premiers soldats impériaux venaient d'entrer.
Nerveux, concentré il plissa le regard vers le mur qui fait l'angle du couloir. Sa main droite, s'équipe d'une grenade à fragmentation, qu'il dépose sur le meuble, en attente. Son com , décomposé par une oreillette et un micro dans le col du trench, de là il recevait certaines informations de l'extérieur. Le capitaine, lui à ce moment restait agonisant sur le sol, les impactes de balles se faisaient bien voir. Comme une peinture au sol, tâchée par l'échec par l'absence de patience.
Gamma, dégoupilla sa grenade et la projeta en ricochet contre l'angle , quelques secondes plus tard une explosion retentit , des râles , des cris de douleurs furent en harmonies rejoignant les silences du Capitaine. Gamma, reprit le Fusil s'avançant, tirant deux fois trois coups, ses cartouches cribles le murs de face.
La relève de la garde plutôt lente se faisait ressentir, entre les mi-morts , les blessés et les contacts radio. Le couloir semblait encore fumer , par l'explosion, du sang peinturait le mur. Des jets nets et gouteux , un angle de vue approprié pour les connaisseurs, des goutes correctement proportionnées et d'autres étalées. Sur certaine l'hémoglobine paraissait plus foncée.
Gamma, entra dans une pièce se retournant illico pour rester le moins possible de dos, le viseur vers le bas pour jouer avec le recul. Corrige sa visée, écoute les bruits de pas, les paroles. Soudain un soldat s'avança vers la porte pour y entrer en rush. L'unité fut en contact direct, esquiva son coup le repoussant du pied et mitraillant celui - ci de trois coups également. Il s'abattit sur le côté, réduisant l'angle de vue de la porte, reculant doucement. Il vit un corps passer , n'ayant eu le temps de réagir, un second passe tirant deux coups. Touché, un gémissement se fit entendre, une amie de sa femme. Il se crispa, baissant le viseur, puis s'oriente seul dans la pièce se méfiant décale sur la droite apercevant deux têtes , l'une tire en sa direction. Jay esquive parfaitement sans essuyer, riposte touchant par la cible également.
Il se retira, les râles persistaient et les balles disparaissaient, son chargeur était fin vide. Il baissa l'arme pour saisir son arme secondaire, un city eagle. Il n'entendit plus rien , que des coups de feu se mirent à le fouetter contre le mur.
Sans recevoir de soin, il eu le temps durant la glisse lamentable d'apercevoir un agent du Cdo, deux militaires. La vision erronée, Gamma perdait peu à peu sa conscience repensant à Alpha, jusqu'au décès.
Le lendemain - Secteur Maran.


Jay s'avança vers un vieux bâtiment, torché par les années, les balles perdues des invasions rebelles, les graffitis des plus pourris aux plus obsolètes.
Il glissa sa main sur la porte banale qu'il ouvrit manuellement, entrant dans un hall bien plus sombre et lugubre. L'armature correctement dissimulée sous l'air d'une habitation, il rejoint le SAS d'entrée s’authentifiant à haute voix. L'ascenseur se mit en marche, alors qu'une voix plus féminine répondit à Jay.

Major Gamma, H.C de l'Ordre Noir , Surveillant des annexes.
Je confirme.
Spoiler (Afficher)
Article en retard navré.. Les autres arriveront avec assez de contenu pour les créer. smiley Merci à Alpha , Zeta , et les membres de l'escarmouche, Benjamin et Ellioth pour m'avoir donné beaucoup d'inspiration, pour le reste.. Lilou smiley

Informations sur l'article

Dictée
21 Mai 2015
2093√  14 7

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires

  • Akasha (0☆) Le 21 Mai 2015
    [J'aime vraiment ton style *]
  • NeufCentÖnze (1838☆) Le 21 Mai 2015
    .... voleur de musiques --"
  • Ellioth (0☆) Le 22 Mai 2015
    ...Toi. *
  • Jay (555☆) Le 22 Mai 2015
    @Akasha : Merci ça me fait très plaisir , très honoré de recevoir un commentaire venant de toi ! smiley
    @911 : Ta faute..
    @Lyra : Toi même tu sais smiley
    @Ellioth : Vous..*
  • Hazel (363☆) Le 23 Mai 2015
    J'aime beaucoup smiley