Recherche

EDC de Lando

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Lando

Cacher

L'Eveil du sujet #76604

Il Fait Noir. 

Une obscurité sans éveil, un drap d’inconscience sur un corps mécaniquement en vie.



Les scientifiques du secteur s’affairent aux derniers examens d’un clone originel; 
celui du matricule
#76604.
Encore dans sa cuve, flottant dans cette mare visqueuse depuis des mois, il est artificiellement
maintenu dans un coma forcé grâce à un masque respiratoire vissé au bas de son visage, et
alimenté de nutrition parentérale en intraveineuse.
Le clone est piqué de toute part, tuyaux partant de son torse et de la pointe de ses doigts.
Aucune conscience dans cet état, aucun souvenir n’a encore germé dans cet amas de matière grise,
aucune mémoire de cette naissance et de cette enfance en bouteille; un clone de chair vierge
de toute vie consciente.
Il n’est que cœur qui bat et poumons qui respirent.


Un scientifique lis avec une certaine concentration le rapport décisif des tests menés sur l'ID #76604. 
Après ces mois de travail à la maturation de ce dernier, tout pourrait être gâché par un simple
battement trop rapide, une respiration difficile, ou bien un germe qui nuirait à la survie du sujet,
dans cette atmosphère viciée qu’est le secteur marrant.


‘Tout me semble en ordre.’
Finit-il par lâcher avec un certain détachement sans doute
lié à la routine.


Le scientifique jette un dernier regard à cet énième clone auquel il s’apprête d’ici quelques 
cycles à éveiller la conscience. Aucun doute ne fait qu’il aurait réagi de la même manière si le
constat aurait été défectueux.
D’un geste routinier il aurait ordonné de jeter ce corps, de le détruire pour tout recommencer.
Même son matricule le lui aurait été retiré et redonné au suivant. Un monceau de chair qui n’aurait
même pas existé, un clone de plus qui n’aurait pas eu le loisir de savoir ce que c’est que d’avoir
une conscience.


Les collaborateurs du scientifique patientent un instant à ses côtés, dans l’attente d’un 
mouvement, d’un signe permettant de lancer la suite de la procédure. Ils ne sont que les petites
mains qui préparent à donner la vie.
Un hochement de tête et la suite des hostilités peut débuter.
Tous s’affairent autour de la cuve, lançant la vidange du liquide de maturation et le maintien en
l’état du clone afin de ne pas l’endommager durant cette étape. Les cyclo-minutes s’écoulent dans
une atmosphère légèrement tendue sous le bruit des pas, des données entonnées à haute voix, des
cliquetis mécaniques et de ce bruit de succion qui libère le clone du liquide amniotique artificiel.


L’on finit par ouvrir la cuve et libérer le corps de sa toile de câble excepté le masque 
respiratoire. Du système généralisé, on le remplace par une bouteille d’oxygène avant d’allonger le
corps sur une civière avec une conscience toute médicale. On l’habille également de la blouse
élémentaire remise à tout nouveau clone prêt à s’éveiller.
Enfin, on l’emporte dans le dernier chemin vers sa naissance et le premier parcourut par ce corps,
direction la salle d’éveil.
Une fois installé, on le libère de son poumon artificiel et une énième vérification de ses données
vitales est faite. Le sujet respire de lui-même et son cœur bat d’une impatience de vie.




Le scientifique en chef s’approche à son tour une fois que tout est en ordre, 
un bracelet à la main. Ce minable bijou de plastique d’où seul le matricule y est annoté.
Ce numéro sera la seule chose que le clone aura pour lui, l’unique certitude qu’il est quelqu’un,
qu’il est un membre à part entière de Dreadcast et du Secteur Marran.
L’homme attache l’identifiant autour de son poignet droit, et se retire sans plus de cérémonie.

D’autres clones attendent son verdict.


Sa vie consciente peut désormais débuter.


~


Le clone est là. Allongé dans la première salle que ses pupilles lui permettront de 
voir. Son souffle est perpétuel, alors que sa conscience émerge en douceur dans une bulle cotonneuse.
Une lumière scintille dans le fond de son esprit, qui se fait plus grande à mesure qu’il émerge.
Le toucher, l’ouï, l’odorat, le goût prennent place comme éléments vitaux à sa mise en éveil.
Il prend doucement conscience qu’il vie, qu’il est plus qu’un amas de chair. Il est un être doué de
conscience bien qu’il tend faiblement à s’en rendre compte.


Un battement de plus, et sa lucidité vient se taper contre son crâne. Une forte 
inspiration, de celle qui donne la vie, et ses paupières finissent enfin par s’ouvrir, par voir,
alors qu'une voix s'éveille dans les haut-parleurs, l'invitant à débuter son existence.




L’ID #76604 vient de s’éveiller.

Informations sur l'article

Mon mémoire en Secteur Marran
17 Décembre 2023
215√  10 3

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires