Recherche

EDC de Zlatows

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Zlatows

Cacher

I. Imaginifer

Spoiler (Afficher)
Cliquez sur le "Cacher" caché en haut à droite, là-bas, ça vous aidera à lire, si si je vous assure ! Y a même pleins de petites références parsemées ci et là (;
Bonne lecture !

Imaginifer : «Porteur de l’image de l’empereur, figurée sur un étendard.»

Veryimportantsoundsourceforaprofoundcatharsisexperience
Capitulus III : Aera Monolithus

Dum legendo H.I1' il est clair que les événements exceptionnellement fortuits sont peu nombreux mais toutefois prégnants au possible, pour preuve, hodie2' l'on peine toujours à nommer cet âge funèbre que fût « l'ère du Monolithe ». (…)
Chaque individu de l'Urbe s'accorde en tout cas sur le fait que cette part d'H.I fut profondément marquée par les actions du Magister Militum de l'époque, Beator Tiberius Septimus (…)
Criminel de guerre, génocidaire candidat au Damnatio Memoriae pour les uns, saint béni par la Sagesse d'Imperator (amig) et entièrement dévoué à Sa Cause pour les autres; seule la dualité des sentiments à son égard peut être déclarée comme authentique, le reste étant invérifiable, quia tempus fugit semper.3'
[ Stèle commémorative ]
Stèle commémorative en vermeil (argent, plaqué or) de l'époque, datation incertaine mais probablement issu c. CDXLV.
Introduction du troisième chapitre du deuxième tome du « Liber Historiae Imperii » de Victhorion Cedarshield
‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾

Cyclum Hora 20
Domus Legatus Imperii/Ambassade Impériale
«Lady Khelöna ?»
Le regard de l'Ambassadrice accroche la paire d'émeraudes plantée dans le faciès albâtre de sa scribe.
«Quid agatur4' Hana ?»
L'elfe referme la porte avant d'avancer, son buste s'incline et elle articule, penaude.
«Le Magister Militum insiste ... pour que vous lui accordiez une nouvelle audience.»
La Legata fait glisser ses feuilles et siffle sa plainte, moue dédaigneuse.
«Nom d'une aile de chauve-souris, il faut songer à remercier le formateur de Lingua Communi de l'Université vu qu'aucun militaire ne semble comp-..»
Une porte fracassée plus tard, une tessiture masculine emplie d'ire fait trembler l'air.
«Legatus Imperatoris Sudetia Maria Khelöna, acta est fabula 5'!»
Deux armures de facture militaire prennent place dans la salle :
le général du militarium, accompagné de ce qui semble être une inquisitrice.

Ils sont armés cependant lames et balles restent sages dans leurs fourreaux respectifs.

Lentement, la femme derrière le bureau quitte son siège, l'esprit peu assuré de la suite des événements n'empêche guère sa voix de garder la prestance glaciale d'une Ambassadrice.
«Salve à vous aussi, ignarus Magister Militum Beator Tiberius Septimus.»
Elle croise les bras, son visage se fige dans une expression de colère qu'elle ne songe aucunement à réprimer.
«Vous avez dépassé les limites général ! Vous allez sagement attendre l'escorte des Prétoriens et quitter ce bureau sans dire quoi que ce soit de plus, cas contraire je vous fait arrêter pour trouble à l'ordre impérial et non-respect de la hiérarchie de l'Empire. It finem fine.»6'
L'homme effectue quelques pas vers elle pour se pencher en avant, la défiant de son regard acier, il finit par étirer ses lèvres gercées dans un rictus doucereux.
«Magister Inquisitia, emparez-vous de l'Homo Dryadalis.»

La femme qui accompagne Beator vient capturer la scribe en lui comprimant le cou avec son bras droit, ce qui fait bondir de fureur l'ambassadrice.
«Mais qu'est-ce que vous faites ?! Relâchez-la tout de suite Magister Inquisitia Ishmaelius ! Votre Legata vous l'ordonne !»
«Voreala Ishmaelius n'écoute que la voix des Fidèles de l'Empereur -Gloria Aeterna Deus-Imperator-, proditor legata7'.»

Incrédule, la représentante d'Imperator oblitère du regard le général tout en criant.
«Adiuva me ! Praetoria custodes !8
Le Magister Militum ne semble guère en détresse face à l'appel de la garde, il soupire, balançant la tête de gauche à droite, comme si la legata était une kobolde en plein caprice de steaks.
«Ma pauvre Sudetia Maria... Vous n'avez pas encore compris ?»

Respiration chancelante, elle recule jusqu'à son bureau, pose les mains dessus pour calmer les premiers tremblements qui la prennent, elle avait compris : c'était un coup d'état.
«Cela devait arriver, Lady Ambassadrice, vous ne pouvez bafouer impunément la Lex Imperii et Son Héritage sans devoir faire face à la Iustitiae Imperii un jour ou l'autre...
Vous étiez Proconsul donc vous le savez mieux que moi.»

Une fois l'information acceptée, la femme déplace une mèche de cheveux derrière une oreille avant de hocher la tête vers sa scribe, tétanisée, toujours sous l'emprise de l'inquisitrice.
«Ne lui faites rien Beator, elle n'a pas besoin de souffrir des affres d'une prise de pouvoir.»
Après un plissement poli des lèvres, son interlocuteur lui accorde une inclinaison de la tête avant de marcher vers l'inquisitrice pour se placer devant l'elfe.
« Hana Gandfra-Yurinov, c'est bien ça ?»

La prisonnière se voit relâchée doucement par l'inquisitrice, elle acquiesce en commençant a trembler puis articule, chevrotante:
«Par Hujan et Cirius ne-ne me faites... rien, la cuve m'est insupportable...»
L'atmosphère de la pièce change, Beator se penche pour murmurer d'un ton étrangement doux.
«Pardon Hana, n'ayez pas peur... Vous n'aurez plus jamais à endurer de cuve, tout va changer vous allez voir.»

Il se penche un peu plus et dépose un baiser sur le front elfique, qui ne tremble plus, sa propriétaire désormais plus confuse que paniquée.
L'homme se redresse alors vers l'inquisitrice et demande, douceur ayant quitté ses intentions.
«Vous avez suivi mes instructions Voreala ?»

Un simple acquiescement de la tête et son acolyte retourne devant l'Ambassadrice qui l'observe, sourcils froncés, Beator reprend un ton bienveillant, paraissant étrangement enclin à l'empathie pour quelqu'un qui réclame ouvertement un changement de régime.
«Les temps vont changer, Sudetia, je ne sais pas si tu es prête pour cela.
Nous nous connaissons depuis bientôt un siècle et nous avons vécus bien de choses ensemble...
Mais je ne peux outrepasser toute la fange en l'honneur d'un quelconque respect mutuel, ma chère Sudetia.
Tu le sais : le seul Amour que je ressens est pour l'Empereur -Ad Majorem Imperator Gloriam- et je suis son serviteur dévoué, sa lame ardente dans les abysses hérétiques.
Trop d'erreurs inacceptables de ta part, que ce soit en tant que Proconsul de la Chambre des Lois ou a ton poste actuel.
Mais selon tes agissements, te gracier est envisageable...Qui sait. Seul le temps nous le dira. Ita fiat9'.»

Après avoir repris sa respiration, Lady Khelöna articule péniblement, la gorge sèche.
«Mais ... Que vas-tu faire Beator, pour l'amour des deux Fratres ?»
Aucune vocalisation ne réplique à sa question ; seulement un bruit métallique.
Du sang quittant veines et artères du cou.
Tête décapitée aux yeux écarquillés roulant sur le marbre.
L'inquisitrice range sa dague énergétique dans son fourreau et s'avance pour rejoindre le militaire, ne prenant pas la peine d'éviter la marre rougeâtre naissante.
L'Ambassadrice émet une plainte surprise, se préparant à dégainer son arme, avant de se rendre compte de quelque chose, elle n'arrive pas à mettre le doigt sur cette sensation inconnue alors qu'elle observe le cadavre, les secondes fuient avant que le temps ne se fige en un ultime instant.
Son estomac s'effondre sur lui-même, sa vision se trouble, son souffle se coupe, elle se sent partir.
«L'ère du Monolithe va commencer Sudetia, un renouveau pour l'Empire...Qu'Il nous guide tous vers l'ultime ascension...l'Empire reconnaîtra les siens.»

La jeune femme émet alors le premier véritable hurlement de tout ses clones réunis, après 140 années de vie au sein de Dreadcast, la vraie terreur s’empare d'elle et commence à dicter sa loi au sein de son corps et de son esprit.
D'autres hurlements viennent accompagner les tremblements erratiques qui traversent désormais ses jambes pendant que des larmes commencent à jaillir des glandes lacrymales, elle éructe à la limite de l'hystérie, faisant écho dans toute l'Ambassade.

«Par Hujan et Cirius ! Tu es fou ! C'est un cauchemar ! Hérétique ! Hostis ! Je vous ferai Damnatio Memoriae tout les deux !»
Spoiler (Afficher)
‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾
Le corps exsangue et sans tête est parfaitement immobile et le liquide carmin continue de s'en déverser, inlassablement.
Le corps ne se téléporte pas, il ne le sera jamais.
Le centre de clonage ne reçoit plus de signal de puce APM.
L'ID 80451 cesse d'exister.
Ainsi commence l'ère du Monolithe.
Exeunt Omnes. Fin de l'Acte I
PAX PER BELLUM PAX PER IGNIS PAX PER SAPIENTAE PAX PER LUX PAX PER SCIENTIA
PAX AETERNA PRO IMPERIUM
A.M.I.G

‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾‾
  • 1 «En lisant l'Histoire Impériale.»
  • 2 «de nos jours.»
  • 3 «car toujours le temps fuit.»
  • 4 «Que se passe-t-il ?»
  • 5 «la pièce est jouée.» annonçant dans les théâtres romains antiques, la fin de la représentation et le moment pour le public de se retirer.
  • 6 «C'en est fini.»
  • 7 «traîtresse/fausse Ambassadrice.»
  • 8 «A l'aide ! Gardes prétoriens !»
  • 9 «Ainsi soit-il.»

Informations sur l'article

« Contra vim mortis non est medicamen in hortis. »
09 Janvier 2017
1001√  15 2

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires