Recherche

EDC de Syllanh

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Syllanh

Cacher

On trahit pas quand on aime

- Sol.. ma douce.. tu me fais confiance ?

Les dés étaient jetés. Un cas de conscience comme un autre, un tournant à la croisée où le temps est compté et les gestes calculés. Dans ma tête, tout était clair. Certes, pour certains le choix aurait été facile, une cuve en bonne et dû forme, un clone tout neuf, intact. À quoi bon devenir médecin, si c'est pour achever à tout va plutôt que de soigner? La gnoll était dans un sale état, et lui prodiguer des soins serait long et fastidieux. L'inquiétude me rongeait néanmoins, et si mon geste n'était plus si sûr? Et si je faisais une erreur ? C'était tellement plus facile quand il était question de rafistoler des étrangers dans la rue ou des connaissances au fond d'un bar après une bagarre. Solena, c'était autre chose. C'était entre elle et moi.

L'premier qu'touche à m'poils j'le mord.. même d'mon état.. Plutôt cuver



Ses poils.. sa fierté.
Sa dense fourrure autrefois d'un gris bigarré. Soignée, vibrante comme le regard fauve qu'elle balade tour à tour avec hargne et tendresse. Ce même regard qui ce soir me lançait au visage toute la haine que peut contenir le coeur d'un tel animal. Le gris avait laissé place à un blanc cendré, cassé. Encrassé de rouge et de noir. De sang et de mort.
S'il y avait une chose chez elle, une seule, qu'il ne fallait pas toucher, c'était bien ça. Combien de fois avais-je eut le plaisir d'y glisser mes doigts, plongeant au coeur de l'épais velours pour flirter avec la chair bouillante cachée tout en dessous ? Parce que c'est elle, parce que c'est moi.

- Sol.. ma douce.. tu me fais confiance ?


Ses poils.. une barrière contre tout. Ou presque.
À l'épreuve du froid, de la poussière. De la chaleur étouffante et des particules toxiques dans l'air. Mais pas à l'épreuve des armes. Je l'observais alors qu'un collègue s'évertuait à refermer les plaies rapidement, sommairement. La bête perdait trop de sang et nous n'avions pas de quoi lui faire une transfusion, le sang de gnoll ça ne court pas les dépôts réfrigérés de la clinique. Qu'est-ce que tu fais, mais qu'est-ce que tu fais? Bouge toi, aide-le bon sang ! Arrête de trembler putain ! En cet instant, j'eut l'impression de ne plus savoir comment faire, j'étais là comme une idiote à la regarder souffrir. Jusqu'à ce que son regard croise le mien. Je savais ce qu'elle attendait de moi. Mais.. je ne l'ai pas fait.


Au lieu de ça, j'ai fait preuve de lâcheté.
J'aurais pu prendre mon kanuf, trancher la gorge sans bavure. Tout aurait été terminé. Au bout de quelques heures, elle nous serait revenue, reconnaissante d'avoir épargné sa dignité. Moi, je l'ai bafouée. J'ai déjà eut à poser ce même geste dans un passé plus ou moins rapproché, plus ou moins éloigné. Tuer, c'est tellement facile. Ce qui est difficile, c'est de soutenir ce regard de tempête qui m'implore, plein d'espérance et de confiance sans savoir que je l'ai déjà trahi. Je ne peut pas. C'est cette conscience des sentiments humains qui retient mon bras. C'est le frisson du plaisir de tuer qui me dégoûte. Cette pulsion viscérale de faire du mal, cet état second entre excitation et folie qui me répugne. Je ne peut pas. Souiller son corps pour assouvir mes fantasmes psychotiques. L'image me suffit, je laisse l'acte à quelqu'un d'autre. C'est trop difficile pour moi, d'assumer le plaisir coupable lorsque ma lame aura perforé sa chair et que son sang chaud dégoulinera sur mes doigts. C'est trop facile de tuer. C'est plus difficile d'assumer la folie qui m'étreint, la peur et la douleur dans ma poitrine rien qu'à l'idée de lui faire du mal. Il n'y en a qu'Une, que j'aime assez pour ça. Tuer.. c'est rien. Le faire par amour, c'est autre chose.


-Va falloir raser les poils un peu. Où du moins, les tailler autour des plaies, sur quelques millimètre pour recoudre comme il faut.


Mouvement de panique, assurément. Solena me regarde avec stupeur, tentant de se débattre avec le peu d'énergie qu'il lui reste. Pour elle, c'est le pire qui pouvait lui arriver. Et c'est moi qui le lui offre. Elle couine, glapit et grogne, elle montre les crocs. Alors.. je la rassure, en fourbe. Je lui susurre des mots doux et elle m'écoute, se calme. Elle se méfie de lui, mais pas de moi. Je lui demande :


- Sol.. ma douce.. tu me fais confiance ?


Forcément, elle me dit oui.
Puis non. Elle ne sait plus, mais elle y crois encore. Ce qu'elle ne sait pas, c'est que dans ma main je tiens un sédatif caché dans une seringue que je fait miroité à mon collègue. Ce dernier blêmit, saisissant toute l'ampleur de ce que je m'apprête à faire. Je lui dit :

- Je t'aime ma Sol..
-Moi aussi m'Syl


Et lorsqu'elle comprend enfin, il est trop tard. L'aiguille est fichée dans sa chair et la drogue se répand dans son sang. La fatigue l'engourdie. Consciente, mais incapable de vraiment se débattre, elle nous regarde trancher dans son pelage sacré, détourant avec soin les lésions à recoudre, la privant d'une part de son identité. Impuissante, blessée dans son amour propre, elle nous fixe sans comprendre, comme si l'on venait de lui prendre ce qu'elle avait de plus précieux. Et je n'en tire aucun plaisir. Aucune satisfaction. Mon coeur se fend et je ne la regarde plus.


L'opération fut laborieuse.. retirer les fragments dans les plaies, dégager un os fracturé fiché dans un muscle, le sang partout... rouge passion. Sectionner les fibres musculaires mortes, rabattre les moignons.. refermer correctement entre les grognement et les menaces. D'une morsure elle m'ampute de mon collaborateur, seule avec elle, en tête à tête, je n'assume pas encore totalement la cruauté de mon geste.


-Toi aussi après j'veux pas t'voir.. toi aussi t'coupé m'poils...
t'm'as droguée en traître..t'm'a trahis.


-Parce que je t'aime.

-On trahit pas quand on aime.


-Parfois, on a pas le choix.


Sol... ma douce.. ne me fait plus confiance.



Spoiler (Afficher)
Un résumé un peu long d'un événement chargé de tension et d'émotion où la psychologie changeante de Syllanh n'a pu être exprimé comme je l'aurais voulu. Entre la folie et la haine, il y a l'amour. Utilisable IG à condition d'avoir été présent, d'avoir eut connaissance des faits ou d'avoir accès aux caméras du bâtiment.
Merci à :
Solena
BadGoneGoat
et Jali J'vous love ♥

Informations sur l'article

Réminiscences
26 Septembre 2016
1148√  25 13

Partager l'article

Personnages cités

Dans la même categorie

◊ Commentaires

  • Aislinn (190☆) Le 26 Septembre 2016
    Ouah...
  • Solena~40427 (76☆) Le 26 Septembre 2016
    Moi je te remercie pas, mais j'étoile ♥ smiley smiley
  • Jali (91☆) Le 26 Septembre 2016
    Ouais étoile aussi. Et jvous remercie pas parcque j'ai encore dormi que 6h! Jvous hais! :-*
  • Ysera (0☆) Le 27 Septembre 2016
    Et il n'y a qu'Une que j'aime assez pour ça. Se faire tuer c'est facile. Se faire tuer par amour, c'est autre chose...
  • EHeFEB (0☆) Le 27 Septembre 2016
    « -Parfois, on a pas le choix. »

    Qui l'eut cru, j'espère qu'une telle cogite n'aura pas tout cassé dans la tête de ta pionne. :3 ♥
  • Syllanh (234☆) Le 27 Septembre 2016
    @Cortez Qui sait si tout n'est pas déjà cassé smiley Elle change.. elle n'oublie pas. Après, l'engouement est loin d'être le même ♥
    @Solena Pardooooon TT.TT
    @Jali ♥♥♥
    @Maexna Je suis toi, et tu es moi ♥
    @Vestige Merci ! smiley
  • Anne~63696 (19☆) Le 27 Septembre 2016
    OO c'est joliement ecris
  • Zhadum~60904 (479☆) Le 27 Septembre 2016
    Superbe, j'adore, une étoile bien largement méritée.
  • Kinchaka (1092☆) Le 27 Septembre 2016
    Au début quand j'ai lue ça :
    " Moi, je l'ai boufée ."
    J'étais genre : "Wooooooo o/"

    Et puis je me en fait c'était "bafouée" T_T

    Déception/20
  • Maxine (57☆) Le 30 Septembre 2016
    Oh comme je comprend... smiley ***
  • Syllanh (234☆) Le 01 Octobre 2016
    Merci, merci smiley
    @Kinette Maintenant j'ai envie de mettre "bouffé" juste pour toi
    @Maxine ♥♥♥
  • Kinchaka (1092☆) Le 01 Octobre 2016
    M'roh :3