Recherche

EDC de Phylène

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Phylène

Cacher

A l'Heure de l'Impérialisme

- Essai -

- Par Phylène Venter Faciunt -


L'intelligence de l’impérialisme c'est sa génération d'unicité, sa volonté de ne répondre aux problèmes de ce monde que d'une seule manière, ou de ne voir qu'une seule fin possible dans la résolution de celui-ci.
Il n'y a qu'une seule quête, et de celle-ci ne découle qu'une seule réponse. Ainsi elle pallie à toute justification et selon ses termes à toute erreurs ou aberrations, pouvant justifier la destruction manu militari de toute structure qui la dérange.
La lumière de l'empire et son triangle de soutient ne peut donc que valider les thèses qu'ils choisissent au nom de l'homme érigé au rang de Dieu unique par ses suppôts.

Le cadran ainsi créé, ils s'octroient les titres pompeux qui organisent et élèvent la société vers une justification de son propre théorème.

" Sa Lumière" n'est pas utilisé pour ne justifier qu'une simple transcendance déifiée voir mystifiée de l'être humain devenu bête dans sa béatitude la plus simplette. Elle nourrit l'idée qu'il n'existe que l'obscurantisme et la barbarie avant la venue du premier des Enclism.
Les civilisations humaines et barbares déjà présentent qui ne connaissent ni la pierre ni le feu. Les civilisations indigènes ( appelées à tort exogènes ) qui n'ont d'autres intérêts que d'êtres détruites pour l'apparat ou pour les dépouiller de leur richesses.
Leur destruction systématique, leur utilisation en tant qu'outils et esclaves renforce l'idée structurante basée sur un militarisme de premier ordre.
Ceux qui souscrivent à la doctrine, ceux qui auront l'intelligence de s'adapter le plus rapidement à cette nouvelle formule jouissent dès lors de plus grandes responsabilités mais aussi de tous les avantages nécessaires à flatter leur nouvelle position sociale.

Sous couvert d'érection civilisationnelle, cet engrenage ne vise qu'un seul but, la suprématie d'une famille, d'un seul homme et d'une vision unique.
Et par le biais d'un cercle d'hommes qui tendent à être érigés vers le divin s'auto-valident dans ce théorème.

Durant le laps de temps très court du règne Enclism, on érige un système pyramidal à base d'accréditations qui sont autant de privilèges que de récompenses, on crée des portes sectorielles segmentant les peuples pour plus de contrôle, et on incite la population à se mouler sur le modèle de ces grand héros qui ont ' fait leur part ', des exemples à suivre pour le commun.

La plus grande scission de cette humanité émergente c'est la mort d'un frère lâchement assassiné par le sien qui mènera déjà à la déchéance aussi bien de l'homme érigé en Dieu que de tout son système autocratique.
Si Hujan doit devenir le martyre de l'empire, Folorion devient celui d'une Rébellion émergente qui va soudain a contrario de toute l'idée historique qu'on a essayé d'inculquer.

Il existe une autre vision que celle de l'impérialisme.
Il existe une autre vision que celle des Enclism.

Le mensonge de l'assassinat par Folorion Primus est le pas de trop dans ce désir systémique d'éteindre toute voie de pensée chez les derniers émancipés.
Le monitoré est par ailleurs une extension de cette créature servile et nécessaire, cet esclave sans bornes qui agit sans conscience vers un but qui lui dicté et finit.
Même en dehors de toute monitorisation, l'émancipé est par voie de fait le privilégié d'une civilisation incapable de survivre sur son territoire fraichement conquis, incapable de survivre à la menace indigène, puis à la menace interne qu'il représente pour lui-même.
Livré à lui-même dans une nature devenue décadente on lui insuffle une pensée, une autre pensée que celle de la découverte, celle d'une vision lumineuse dans le confort resplendissant d'un Dieu décatis.
La page blanche livrée par Thallys et ses ouailles promet alors à celui qui le rafle de pouvoir le modeler selon son désir, ou plutôt celui d'une vision absolutiste éculée.

Le système statutaire veut être le garant d'un ordre qui permet le contrôle total sur sa population.
Le système de récompense se forme sur un modèle hiérarchique qui découle directement de la voie martiale des premières années. Le bon petit soldat gravit les échelons, absorbant la vision de ses supérieurs, inculquant cette dernière à ses inférieurs, ayant droit de correction, de punition voir même d'éviction sur le soldat ne suivant pas les codes prescrit. L'individu effacé, on le modèle sur le moule des premiers-nés pour tenter d'en poursuivre les œuvres.
La hiérarchisation autant sociale que politique renforce l'effacement des individualités. Les textes théoriques, la propagande renforcent l'état visionnaire; les pensées ne tirent leurs racines que de quelques textes qui valident les premiers théorèmes impérialistes.
Tout en effaçant la génération de pensées annexes, on uniformise la population.
La délation et la collaboration avec les autorités participent à la génération d'une police toute puissante renforcée par le système accréditaire.
Les traques se font dans la violence et le pillage, on s'enorgueillit des proies tirées du lit avant de les soumettre à l’humiliation publique sans procès. Les fiches passent sur tous les terminaux bourrés d'acronymes, s'ensuit la torture puis la perte de statut.
Avec la perte de statut s'entraine l'éviction de tous les pôles impérialistes, l'absence du droit, le niveau 0 d'accréditation. Mais ce rejet ne s'arrête pas qu'au statut mais aussi à l'invisibilisation de l’individu au sein de ses groupes, il est rejeté, pas nécessairement par émotion, de ses cercles proches mais parce qu'en y restant admis il pourrait organiser la chute de tous ceux qu'il côtoie. Entrainant avec lui l'éviction sociétale de tous ceux qui le soutiennent, de près ou de loin, ou même de ceux qui lui restent proches.

Ainsi la boucle est fermée.
En administrant une nébuleuse d'ordination auto-validante, on met au ban toute capacité individuelle à penser, on corrige en punissant, on modèle en corrigeant, on justifie en hiérarchisant et de fait, on tyrannise par la voie unique, la pensée unique abrégée et délatoire récompensant aux médailles du mérite chaque petit tyran qui s'est vu délégué une partie du pouvoir comme un millier de petites araignées se partagent la tâche méticuleuse d'enfermer leur proie au sein de leur toile avant de la dévorer.
A suivre...

Informations sur l'article

[RP] Éditions Noires
23 Mars 2024
392√  25 2

Partager l'article

◊ Commentaires

  • Phylène (1804☆) Le 23 Mars 2024
    [ Bonjour,
    Pas de messages HRP; Pas de messages en provenance du S1,
    Merci.]
  • Gavïn (60☆) Le 02 Avril 2024
    [Bonjour. même pô un pôtit ? rhoo smiley]