Recherche

EDC de Phlip~36751

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Phlip~36751

Cacher

Bilan d'une année mortelle

Spoiler (Afficher)
Ça va de soit, non-utilisable en jeu sauf par ceux concernés ou au courant d'une manière un peu RP, merci.
Assit sur sa chaise, face à sa collègue robotique de l'autre coté du couloir qui sépare leurs deux bureaux, le vautour pianote rapidement sur son deck, naviguant entres matriporn, DCN news et les sites d'informations du Sins7. Voila plusieurs jours qu'il se cantonne à cette activité ennuyeuse, et c'est en raclant une fois de plus son aile contre le bord du meuble sur lequel il fait semblant de travailler que deux questions lui traversent l'esprit.
La première lui est dictée par une autre partie de son anatomie, son croupion, qu'il repositionne en même temps que le reste que son corps dans une tentative de retrouver une position confortable après plusieurs heures d'avachissement: "Est-ce que j'vais finir par choper des escarres au cul à rester ici?"
Et la seconde, le menant à délaisser son écran pour une plus intense réflexion, la tête désormais posée dans sa main: "Combien d'fois j'vais devoir me les faire couper, ces putains d'ailes?"
.
C'est qu'en une année, le nombre de fois que Phlip s'est fait amputer les deux bras ailés de son clone pour les remplacer par un substitue cybernétique est assez conséquent. Il faut dire que le vautour est particulièrement habitué du centre de clonage et qu'il y a ses habitudes.
  • La première fois qu'il pointa le bout de son bec dans une cuve, ce fût au cours d'une chasse nocturne. Le "p'tit gibier" c'était lui, et le troll voulait l'argent d'un emprunt qu'il devait rembourser le lendemain. Quel dilemme que de devoir choisir entre "un tiens tu crèves maintenant, et deux tu l'auras dans l'cul" que cette situation lui imposait. La troll trouva la réponse beaucoup plus vite avec son agrimensor que le vautour avec son cerveau.
  • La seconde, ce fut lors d'un tour de magie pour impressionner une elfette. Le tour c'était plutôt mal passé, ce n'était pas une disparition de vautour que Phlip avait prévue, mais l'apparition de sa bite entre les seins de la donzelle. La prestidigitation est un art qui ne s'improvise pas.
  • La suivante, lors d'une bataille dans les souterrains. Pendant que les combats faisaient rage du coté du SaS impérial, tenter d'aller cracker celui des rebelles semblait une bonne idée. Au premier passage, le vautour avait vite fait demi-tour, apeuré. Au second, il lança courageusement un "coucou" avant de se rebarrer en courant. Et c'est au troisième passage, alors que les rebelles en faction devant le SaS semblaient inertes qu'il se fit cueillir lorsqu'il tenta de brancher son deck. L'humour rebelles était quelque chose de particulier à expérimenter.
  • Sa quatrième mort, Phlip la connue en se suicidant. Tenter de s'échapper de prison en passant par les cuves n'était visiblement pas une idée de génie, puisque les techniciens du CdC avaient pour consigner de ne pas le laisser sortir avant la fin de sa peine. Mâter la maturation des certaines femelles était plaisant mais ne valait pas le coup de se sentir mourir.
  • Après une autre pour une baston sans intérêt, ce fût pour un règlement de compte à la méthode des bas-fond, attiré par une proposition louche, donc impossible à refuser, le vautour finit en bavant sur une table et maculant la banquette de bar de cette même table du sang qui aurait du irriguer ses jambes, qui attendaient en refroidissant que leur propriétaire fasse comme elles, se détacher de son clone.
  • Les septième et huitièmes étaient celles qui faisaient sa fierté. Mort héroïquement pour l'impérium! C'était aussi celles qui l’enrageaient le plus. Un noble avait promis (lol) de lui dédommager sa paye pour venir contre-hacker pendant la grande invasion rebelles de l'année 228. Il fut cueillit comme un champignon des ST par l'agrimensor d'un rebelles tandis qu'il découvrait, stupéfait, que le digicode qu'on lui avait donné moins d'une minute plus tôt avait déjà changé dans l'enceinte du militarium. Refusant d'y rerentrer de son plein gré, il s'était mit en tête de filer les rebelles pillant, saccageant et violant la tranquillité relative des rues de la ville. Cette idée resta bien au chaud dans la tête de son nouveau clone lorsque celle-ci roula par terre. Pas assez discret.
  • La neuvième, encore dans un bar, fût le résultat de ses habitudes de drague. Séduire la femme d'un gardien de prison n'était pas tant la cause de cette mort que de ne pas savoir fermer sa gueule lorsqu'une excitée du vibrolame vient s'occuper d'affaires à laquelle personne ne la convie, ni le cocu, ni l'amant, ni l'adultérine.
  • La dixième fût un coup de malchance et une bourde idiote. Se tromper de deck et le garder dans son sac lorsque l'on poste une annonce anonyme, ça attire forcément le CDO. Phlip comprit qu'il allait se faire plomber à la minute ou il vit "le pire des Orients" en train d'allumer une personne à l'arme à feu au hasard dans la rue. La rafale suivante fut pour lui et un kanuf lui trancha la gorge avant même qu'il ne tombe au sol. Ironie du sort, son assassin était celui qui venait de se prendre aussi des cartouches et il le retrouva en prison pour son meurtre. Le week-end qui devait être "du cul jusqu'à en avoir le gland qui fume" se transforma en week-end "tabassage éducatif" sur un humain. On se console comme on peut.
  • Et la dernière, la 11me, aussi minable que la cinquième, était pour un refus de se pousser sur le trottoir face à un orc.
.
L'androïde sur le bureau d'en face tire Phlip de son énumération rêvassée, la commande de tissu à la Sins7 factory est validée par le chef et il doit rentrer plusieurs données dans la comptabilité de l'entreprise. Il se racle encore l'aile sur le bureau en rabaissant le coude de son bras porteur de tête, en râlant. Demain, il fera encore un saut à la clinique pour se faire poser de nouvelles prothèses.
Son précédent record de durée sans mort est sur le point d'être battu en atteignant cette fois-ci une heptade complète. Le jeune vautour pense qu'il mérite de le fêter dignement tant cette nouvelle année à DC promet d'être calme comparée à la précédente. Se bourrer la gueule, aller taper dans de la prostituée des bas quartiers semble être un bon début.
L'oiseau sourit en pensant à son programme de la soirée, un peu de dépoussiérage, pense-t-il, va lui faire le plus grand bien. Boulot-dodo-inanimo, c'est vraiment pas fait pour lui.

Edit: Quelques heures après, fin de la soirée festive, nouveau passage en cuve pour règlement d'un ancien cambriolage. smiley
On prend le même et on recommence?

Informations sur l'article

Tranches de vie
24 Février 2013
1082√  3 4

Partager l'article

◊ Commentaires

  • Djino~31724 (155☆) Le 25 Février 2013
    En passant, j'ai bien aimmé RP la 5ème avec toi l'ami smiley
  • Phlip~36751 (4☆) Le 25 Février 2013
    La sixième, LDJ Djino, pas la cinquième.
    J'ai apprécié cette mort, ce qu'il y avait autour, aussi, et je ne me permettrai pas de la qualifier de minable en narration. C'était justement tout l'inverse de la cinquième qui était en mode cliclic-boum.
  • Kinchaka (1092☆) Le 25 Février 2013
    J'ai adorée
    Surtout ce détachement dans l'écriture, le personnage qui se moque un peu de lui même, fait son malin et se prend plein la gueule sans pour autant prendre des airs...
    Puis aussi pour les passages vraiment fendards *