Recherche

EDC de Nimun

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Nimun

Cacher

Pourquoi lui ?

La question l’empêchait de passer en méditation, alors que son entraîneur du soir, voire même de la veille, du jour et du lendemain lui tapait inlassablement dessus. Incapable de faire taire cette petite voix qui s'interrogeait, la bleue posa son regard quelques mètres plus loin, sur un point de vue des plus plaisants, ce qui lui arracha un petit sourire.

La question était vaste mais elle se prit à essayer d’y répondre quand même.
D’abord, il y avait eu ce message, reçu à peine un cycle horaire après sa maturation. “Louche” avait-elle pensé d’abord, comme on l’avait prévenu que des gens pourraient lui écrire pour lui tendre des pièges, elle se demanda s’il fallait vraiment y répondre. Mais il était horriblement tard, ou bien tôt pour certains, et elle s’ennuyait alors…
De louche, l’échange était passé à intriguant puis à carrément intéressant. A ce jour, presqu’un an plus tard, il n’avait pas cessé, quoique le contenu eut quelque peu changé depuis les débuts de cet échange épistolaire.

Ensuite, il y avait eu la rencontre.
Peu de gens croyaient au coup de foudre, à LA grande claque dans la gueule. Elle avait pris les deux de plein fouet, la laissant complètement K.O. Pourtant elle avait joué le jeu, celui de la fille super sympa et hyper sociable. Comme avec tous les autres. Mais elle ignorait pourquoi, avec lui c’était différent. Elle avait peine à garder cette attitude. Quelque chose de sombre, au fond, voulait se l’approprier plus.
Mais comme les signes n’étaient pas là, elle s’était résolue à être la bonne amie. Combat pas commencé, déjà abandonné. Et les jours étaient passés, et son sentiment sombre lui, ne passait pas. Bien au contraire, il grandissait, lui dévorait les entrailles. La rendait insatiable. Elle savait qu’il était occupé mais pas un instant ne passait sans qu’elle ne cherche un prétexte pour le voir.

Et puis ce soir-là.
Stupide défi associé à de l’alcool. Il l’avait provoqué. Et la bête sauvage en elle qui avait grandi pendant ce temps rugissait à l’intérieur. Il la mettait au pied du mur. Agir ? S’en sortir avec une plaisanterie décevante ? Ce soir-là, la sauvage avait pris les commandes, elle avait surgi et avait fait le premier pas.
Le contact avait été éphémère mais sublime. La partie raisonnable s’en émerveillait encore que la bête elle en voulait déjà plus. Mais la raison avait repris le dessus et elle s’était excusée, terrorisée à l’idée d’avoir tout gâché.

Il n’en fut rien, et petit à petit la bête eut tout ce qu’elle voulait.
Les pas avaient été fait, tantôt hésitants, tantôt sûrs, les pensées bien ancrées dans son ventre, elle s’était trouvé un courage ou une folie pour continuer son chemin, et la bête s’était approprié le territoire, s’était immiscée dans chaque faille, chaque aspérité, l’avait capturé tout entier. Du moins tentait-elle de le faire. Chaque soirée qui lui était accordée, chaque instant, chaque secondes… Telle une droguée, la bête le traquait alors que la raison tirait sur les rennes pour l’empêcher de se laisser aller, et de reprendre le contrôle. Parfois elle gagnait, parfois non.

Tourmentée par ce combat intérieur, l’outrilienne évoluait dans un monde à la fois coloré et gris smog. Secouant la tête, elle se frotta le visage, fatiguée et tâcha de calmer son esprit pour se reconcentrer sur son entraînement.

Je ne sais pas. Parce que c’est lui ? Parce que c’est moi ? Parce que c’est nous.

Informations sur l'article

Les Questions
05 Février 2024
220√  10 7

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires