Recherche

EDC de Jay

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Jay

Cacher

Latence d'un vautour - [I]

La première année en tant que vautour l'avait bouleversé, il s'était alors dans un tout début ouvert à la communication pour subir une rechute profonde dans une marginalisation, il s'est mit à repenser soudainement aux mots, aux sentiments qu'il devrait justement cacher, éterniser dans des lignes de code futiles. Ces pensées, cette réactions se traduiront comme une latence, les Latences du Vautour.
L'Impérium perd son icône tandis que le figurant sacre leur bien-être.
Les soirées mondaines, les festivités, les jubilés doivent trouver un sens précis dans la tête d'un vautour. C'est le summum même de la société, un événement qui se purifie et se renouvelle aisément. Les puristes penseront à l'Impérialisme et les corporatistes à l'économie. Ce sont quelques cycles où les richesses circulent, l'information, la déchéance, la vie et ses projets, les plans des marchés, les manigances de badauds tout comme les soirées indécentes et masquées. Vu comme une manifestation gratuite et toute permise de la gloire, de la prospérité politique, militaire et de l'avenir. Alors que l'épidémie à frappé, ils prennent congés des morts, du massacre, de la crise qui aura cessé de faire hurler aux radios les nombreux scandales. Pour l'Empire, c'est une soirée à ne pas rater puisque toutes les classes sociales s'unissent se fraternisent, se confondent et collaborent pour donner un sens à l'avenir, puisque d'ici quelques pas de danses tout redeviendra comme demain, une crise. On leur offre pourtant un congé, une scission dans leur ordinaire.
Ces soirées sont pourtant toutes différentes, elles apparaissent soudainement aux mêmes moments, périodiques et si calculées pour forger l'habitude et inviter une certaine analogie. Elles délivrent les militaires, la police et les politiques, leur ôte leur costumes et masques du devoir, coupent les fils de la servitude, l'Ambassade, le Conseil de la Noblesse invitent le peuple un temps soit peu à la délivrance. Toute cette hargne à vouloir détendre les muscles, libérer les fluides naturels et sexuels. L'Empire aurait - il adopté la non-uniformité , l'indifférence ; élèverait-il en son sein de multiples et différentes crises ? Le social et la communication ont toujours été des sujets souffrants d'attentions. l'Empire doit vivre, quitte à faire des sacrifices dans certains ministères..
Les crises consacrent de trop dangereuses turbulences, elles sont soudaines et imprévisibles comparées aux fêtes qui elles sont datées précieusement sur un calendrier et n'attendent qu'à être mise en ligne pour la cent cinquante-troisième fois depuis leur toute première fois. Une monotonie qui s'est régularisée, un vestige du passé qui sera resté ancré au coeur de l'Empire, le seul héritage des véritables donneurs d'Ordres. Si les festivités : Honnoras et fêtes du premier jour de l'année 278 offre la promise réconciliation de tous. Alors j'espère pouvoir souhaiter à mon épouse une agréable année, ce sera ma première année sorti de l'engrenage public.
Le vautour se penche devant son bureau, croise les bras dessus et repose sa tête dessus, expirant lentement. Il envoie une requête neurale, mettant en suspend l'enregistrement audio, qu'il laisse bien caché dans son cloud, dans un dossier crypté.
Bonne année..

Informations sur l'article

Carminae
31 Mars 2017
1615√  2 1

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires