Recherche

EDC de Iskupitel~4249

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Iskupitel~4249

Cacher

Attirances rebelles

Attirances Rebelles
Le SAS avait cédé, les rebelles infiltraient le secteur, et Iskupitel, sa canne à portée de main, sirotait un verre de Skiwi. L'ambiance du Carpe Diem berçait ses pensées, et la gentillesse des barmaids et barmen ne faisait qu'ajouter à la confiance qu'inspirait le bar. Il y passait ses journées et ses soirées, parfois même ses nuits, et le zinc du comptoir était habitué à en recueillir les rêves.
Comme à son habitude, donc, le vieil homme se détendait au comptoir, discutant avec les clients de passage, et se fichait bien de l'attaque rebelle qu'il ne faisait que soupçonner, n'ayant aucune confirmation ou annonce officielle corroborant l'invasion. Alors qu'il terminait son verre carré, la porte du bar fut poussée par un gobelin à l'air ahuri et transportant une sulfateuse. Derrière lui étaient quelques autres hommes, de différentes races, arborant tous cet air de liberté qu'on ne trouve que chez les rebelles.
Ils s'assirent gentiment au comptoir et discutèrent sympathiquement, que ce soit avec Iskupitel ou avec les autres clients présents. Ils firent un grand raffut en demandant l'ouverture des racks, mais l'absence de serveuse ne leur permit pas de se remplir le ventre, et ils durent repartir au combat faibles et peu propices à la récupération. Le soir même, Iskupitel, de retour dans son appartement à trois pas du Carpe Diem, se retrouva confronté à ses pensées contradictoires, tentant une introspective pour se choisir une position sur une opposition qui ne peut en souffrir.
La Rébellion...
Depuis la chute de la Météorite, j'ai toujours vécu en Secteur Un. Presque tel un comble, je vis rue du Secteur Un. Et pourtant... Et pourtant, l'autre côté du SAS m'attire. Tel un puissant aimant, j'ai envie de savoir ce qui se passe de l'autre côté.
C'est là que la politique impériale est clairement ambiguë : d'un côté, la propagande et la loi déconseillent aux résidents impériaux de se rendre en "secteur parjure" sous peine de lourdes sanctions ; de l'autre, le principe même de réinsertion, quoi que louable en soi, semble voué à pardonner ces parjures. La méritocratie n'a-t-elle pas de limite ? Les citoyens qui quittent le giron de l'Empereur doivent-ils avoir le droit de revenir au même niveau de responsabilité que les fidèles impérialistes ? Un impérialiste comme moi, qui a très longtemps vécu pour l'Imperium en méprisant aveuglément les rebelles, doit-il avoir les mêmes chances qu'un rebelle ayant suivi une procédure de réinsertion ?
L'on sait tous que suivre cette procédure, bien qu'elle soit longue et épuisante, est possible sans véritable repentance personnelle, comme toute procédure. Le rebelle, en danger de mort en S1, pourra juger sur sa vie qu'il chérira pour toujours l'Empereur et que jamais plus il ne trahira sa confiance. Pour autant, il ne sera pas réellement repenti. “Les actes valent plus que les mots”, dit l'adage. C'est pour cela que la procédure de réinsertion, sous autorité des Duumvirs et du Librarius, nécessite pour être achevée un certain nombre d'actions menées en faveur de l'Empire et de ses intérêts, ce qui peut être fait sans réelle pensée sous-jacente.
En en même temps... je me dis que c'est mieux que rien. Bien évidemment, il y aura toujours des faux repentis qui fouleront le sol de l'Imperium sous couvert d'une réinsertion achevée. Mais c'est mieux que rien, car il vaut mieux avoir 1 véritable repenti et 2 faux repentis que 0 immigrant. De même, la longueur de la procédure permet aussi de tester la motivation véritable des candidats à un retour sain à la vie impériale. C'est bien pour cela qu'il faut garder le Duumvirat.
Et toutefois, il reste le problème de l'égalité des chances. La méritocratie impériale s'explique par de très nombreux facteurs et est une bonne chose ; elle n'est pas discutable. Mais donner à tout repenti le droit d'occuper les plus hauts postes de la hiérarchie impériale... voilà peut-être un peu trop.
Le meilleur exemple et celui qui m'énerve le plus est sûrement celui d'Élix. Grands Dieux, la gynoïde est-elle donc si douée dans tout ce qu'elle fait que malgré un passage en secteur rebelle où il est dit qu'elle a diffusé des informations sur la Marche de Stasset sans l'accord et de l'Ambassade et de son auteure la patronne du Carpe Diem retrouve un poste à très hautes responsabilités, celui de Notarius à l'Ambassade ? Ah, la jalousie ne me quittera, on dirait. Tudieu. Voilà bien un sujet qui me fait bouillir intérieurement. Dieux que cela m'énerve.
Pour en revenir à la Rébellion... elle m'attire. Pas la Rébellion en elle-même, mais le secteur rebelle. Et c'est sûrement le revers de la propagande impériale comme de toute propagande : étant donné les exagérations nécessaires à la bonne compréhension du message délivré par les individus visés, la découverte d'une réalité bien plus modérée change la donne. L'on a longtemps dit le S3 anarchique -- sans organisation, donc --, chaotique, où règne la loi du plus fort et où la mort attend tout inoffensif habitant à chaque coin de rue. En réalité, d'après les témoignages de certains immigrants, il me semble clair que le S3 est plus calme qu'annoncé. Et c'est à cause de cette propagande défaillante que j'ai développé ce scepticisme de toute annonce impériale concernant le troisième secteur. L'Empire ayant déjà menti pour nous inciter à rester ici, pourquoi cesserait-il ? Et dans cette configuration, pourquoi croirais-je un menteur avéré ? Toute déclaration impériale doit donc être prise avec des pincettes. Mais après tout, comme il en est de même pour les rebelles... personne n'est parfait, eh.
Et même si personne n'est parfait, j'ai envie d'aller de l'autre côté des SAS. Peut-être à cause de ce qu'avait dit ce rebelle dont l'objectif clairement annoncé était de tuer un maximum de civils, au Carpe Diem :
Les SAS sont restés ouverts suffisamment longtemps ; je considère que toute personne encore en SI l'est intentionnellement.
Peut-être par instinct de survie, j'ai alors eu envie de me précipiter, autant que faire se peut, vers l'autre secteur, comme pour dire "ne me tuez pas, je suis des vôtres, regardez, j'ai passé les SAS." Instinct primaire de survie. Quelle tristesse.
Peut-être aussi par simple curiosité. Je me demande bien, après avoir longtemps vécu la hiérarchie très cadrée et le système de statuts sociaux de l'Empire, comment peut-être organisée le secteur rebelle. Comment sont nommés les "Leaders" ? Ont-ils les mêmes prérogatives que les Délégués Impériaux ? Les cercles y ont-ils un équivalent ? Comment se déroulent la création d'entreprise, la recherche d'emploi, l'accession aux responsabilités, la formation, la recherche, l'armée ? Tant de questions qui n'auront de réponse satisfaisante à mes yeux, je le sais, que si j'y réponds par moi-même en allant y voir. À tout témoignage d'ancien rebelle, je garderai l'argument en réserve en me disant "peut-être dit-il vrai, mais peut-être dit-il faux".
Comment Pistache, cet homme sans charisme que j'ai rencontré l'autre jour au Carpe Diem alors qu'il cherchait un adversaire à sa taille, a-t-il fait pour s'élever au rang de "chef" des rebelles ? Il paraît qu'il a été impérialiste avant cela... Pourquoi être parti ? Je veux comprendre la société rebelle, mais je veux aussi comprendre les rebelles. Tous, sans exception. Et cela sans comprendre totalement la société impériale et l'ensemble des impérialistes. Les choses sont trop compliquées pour un simple humain tel que moi, et pourtant je recherche la vérité.
Il est beau de chercher ; mais trouver assure un bonheur bien plus grand.
Alors peut-être partirai-je de l'autre côté du SAS. Comme à l'époque où j'étais militaire et qu'en secret je parcourais les souterrains comme pour patrouiller à titre personnel, j'ai envie de me faire plus discret que jamais et de faire une étude de la société rebelle. Se pose alors l'éternelle question : partir, oui, mais pour revenir ensuite ou non ? À éternelle question absence de réponse. Et puis bon, dans le même temps... je suis trop vieux pour ces conneries, non ?
Le vieil humain quitta son bureau et rejoint sa chambre pour s'affaler sur le lit, fermant les yeux et pensant encore un peu.
Maintenant que j'y réfléchis bien... Si je souhaite aller en S3, c'est aussi parce que je suis nostalgique, non ? Le S1 n'est pas l'identique copie de la Grande Cité que j'ai connu, ainsi que d'autres, avant la chute de météorite. Ne connaissant pas le Secteur Rebelle, c'est peut-être ce que j'espère y trouver... un secteur empli de halls de vente aux enchères, de cabinets d'avocats et de kronatium... comme au bon vieux temps... Que ferais-je, alors, si je n'étais satisfait ni par le S1 ni par le S3 ? Suivrais-je les pas de la Marche de Stasset et rejoindrais-je les restes du septième secteur ?... Ce serait bête, mais amusant, hmm...
Spoiler (Afficher)
Inutilisable en RP, évidemment, ce sont des réflexions.

Informations sur l'article

Réflexions
19 Mai 2014
1048√  15 10

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires

  • L-X (1405☆) Le 20 Mai 2014
    Et bhé... on en dit des choses! Vous reprendrez bien un skiwi, hmmm ?
  • Francky (58☆) Le 21 Mai 2014
    déjà c'est pas ahuri le mot mais assoifé !
    j'ai pris du plaisir à lire tout ça, étoile !
  • Ianouf~43673 (48☆) Le 22 Mai 2014
    La longueur du texte m'avait fait peur, mais lu d'un bloc, excellente écriture! Et contenu de même ! *