Recherche

Forum Role Play » LA VIE A DC

Une journée dans le sud

Créé par Dhomochevsky~5237 le 22 Mai 2013 à 23:21

Visible par tout le monde
Nom du sujet
Visibilité du sujet 
Type de sujet
Poster
Dhomochevsky~5237 Posté le 22 Mai 2013 à 23:21 #1
Avatar
Brute
Compte Platinium
Voir mon EDC
Une journée dans le Sud


RP fermé, merci de ne pas répondre. Tout ljd ayant un personnage actif, ou l'ayant récemment été, dans le sud du SI ou du SR peut proposer sa participation via MP à n'importe quelle personne qui poste ici.
Histoires/éléments non utilisables de manière RP, le but ici est de faire un parallèle entre les deux "Sud", simple jeu d'écriture entre LJD.
Medea Posté le 22 Mai 2013 à 23:22 #2
Avatar
La cuillère n'.
Compte Joueur
Voir mon EDC


Une ruelle sombre dans laquelle la pluie clapotait paisiblement, une musique sortant d'une habitation non loin, deux personnes discutant tranquillement aux alentours, un écureuil fouillant dans une poubelle et un gus assis devant les marches menant à un taudis; rien de bien suspect donc, hormis quand on vivait dans le Sud et qu'on savait ouvrir les yeux.
L'un des deux gus va planter l'autre d'ici peu, un contrat étant sur sa tête, le mec assis bloque l'entrée d'un point de rendez-vous pour des affaires pas bien net, son flingue plasma prêt à servir et l'écureuil a très certainement la galle.
Mais de cette ruelle rien n'est plus dangereux que les deux qui arrivent, pas même l'écureuil.
Deux gus éclaboussant les flaques de leurs bottes, leurs vestes en cuir recouvertes d'une fine pellicule de pluie, une capuche masquant partiellement leurs visages.
Arrivées devant les marches du taudis, la détonation d'un Eagle retentit faisant écho au bruit d'un kanuf s’enfonçant dans un cœur avec un cri étouffé.
Un flingue plasma percuta le sol en même temps qu'un corps plus loin, une silhouette disparaissant dans les ruelles, celle d'Emy et Six s'engouffrant dans le taudis.




Un taudis comme bien d'autre, rien de bien important hormis les deux orc s'y trouvant.
Le p'tit couple vendait sous le manteau quelques substances sans l'accord du Sud et dans ce genre de cas, qu'une seule solution pouvait régler la situation.
Toutefois; le Ténor était bon, il appréciait donner de simple avertissement, un avertissement contre tout leurs stocks, ce n'était pas grand chose.
Malgré ça, ils refusèrent, entraînant un rapide combat éclaboussant les murs de sang après plusieurs tirs sonores.
Ce soir, deux corps en plus faisaient des bulles.
Ce soir, le Sud gardait la main-mise sur son territoire, encore et toujours.
Ce soir ; le Sud.


Spoiler (Afficher)
SI.
~~~
Dhomochevsky~5237 Posté le 23 Mai 2013 à 22:43 #3
Avatar
Brute
Compte Platinium
Voir mon EDC

Cauchemar, réveil abrupte, un de plus. La planque est encore à moitié endormie, certains les yeux entrouverts avachis sur un bidon ou un canapé. L'elfe se lève, prépare le cafey qu'il va proposer aux autres et dont personne ne prendra. Enfile son trench, ramasse sa tronçolamme sur la table basse et se met en route pour le Harkonnen. Le temps de grimper les quelques marches de la boutique, faire cracher la sono, allumer l'enseigne et ouvrir les racks. Il est 13h -le deuxième matin de la journée, celui des lève tard, avant le troisième matin de 18h : le Sud s'éveille.



Le frigo est vide, et assis sur son coffre-fort à enchaîner les clopes derrière le comptoir grillagé l'elfe se dit que ce serait quand même vachement bien de se faire livrer à bouffer, ptetre que le Repaire fait ça, ptetre po; mais à force de réfléchir il va être 15h et 15h, c'est l'heure dé la siesta comme dit un grand philosophe rebelle. Un DG s'est installé dans le sud sans demander l'avis de personne, ptetre qu'il va y avoir moyen de lui faire cracher un peu de blé. Location du terrain, protection, simple menace, il hésite encore sur le prétexte quand Eva débarque dans la boutique pour embaucher; premier client de la journée quelques minutes plus tard.

- Salut, jsuis nouveau ici ! J'ai pas encore trop d'argent, qu'est-ce que tu me conseilles ?"

Ôte déjà ce sourire abruti de ton visage, ça t'épargnera pas mal d'emmerdes

- Bah jsais pas, t'es un rebz, prends un haka, c'est bien un haka. Trop cher, bah jsais pas moi, tu bosses où ? Au CM ? Et avec ta paie, t'trouve c'est trop cher ? Tu me prends pour un con, c'est ça ? Ouais t'as raison va, CASSE TOI"


Ça ricane dans la boutique encore un moment après, faudra passer chez Sydrae aussi on a plus de recharges de billes et peut-être que ce soir on ira descendre quelque verres au Repaire. Partager des souvenirs et des conneries, invoquer les disparus pour qui on a construit tout ça, s'entourer de leurs fantômes rassurants - vapeurs d'alccol qui nous enveloppent et se dissipent en éclats de rire, ou quand part un coup de feu pour trois fois rien, souvent une blague mal interprétée.

Quand le sud sera endormi, l'elfe pourra rentrer l'esprit tranquille à la planque. Peut-être que demain le secteur se décidera à bouillonner au rythme de son rejeton.


Spoiler (Afficher)
SR

Inconnu Posté le 24 Mai 2013 à 20:51 #4


Nom de code : Impérial Blanc


Une elfe ondule des hanches, debout sur le comptoir. Ses talons hauts scintillent, entre eux un verre de McGregor sur le bord duquel glisse un doigt ennuyé. La musique cogne contre les murs du bar, secoue les épaules, fait bouger les pieds des habitués et surtout ceux posés à ses côtés. Le rythme appuie le déhanchement de la danseuse, les regards marquant le tempo, droite, gauche sur ses seins, coulant sur ses courbes.
Le doigt tapote la mélodie puis cesse de caresser le cristal, se levant à la rencontre d’une clope où il s’enroule, geste lent, porteur d’une fatigue non dissimulée. La cigarette s’écarte de deux lèvres rosées d’où la fumée opaline s’échappe, voile supplémentaire qui masque les traits tirés.
Et les pieds chaussés continuent d’éviter le verre avec soin. Ça tombe bien. L’humaine sur son baril, le troisième en partant de la gauche, n’est pas d’humeur. Elle marmonne, voix couverte par le bordel ambiant des discussions, pour elle-même.

« Si elle met l’pied d'dans, j’le lui arrache avec les dents. »



Ça fait sourire sa voisine, dos posé contre le mur, une People’s Den calée entre les lèvres. Elles communiquent par regards qui se croisent, se comprennent. Et par messages, com’ pour l’une, Deckom pour l’autre. Le dernier message fait sourire la buveuse de Skiwi. Il est l’heure, enfin, d’aller s’amuser un peu.
D’un commun accord, poussées par un désir mimétique, elles se lèvent. L’une blonde, l’autre brune. Une clope s’écrase contre un mur, la Bloody Cristal se meurt entre la roulette d’un booster et le sol déjà jonché d’autres mégots. Il y a aussi ce bruit qui couvre pendant une infime fraction de seconde le rock bien sauvage qu’un Juke martyrisé à coup d'verres brisés ou tirs d'FI n’a de cesse de jouer. Un « Tac ! » franc, shooter de Détergent qu’on pose à l’envers sur le comptoir. S’en suit un second « Clac ! » que le verre de Skiwi émet en claquant à quelques millimètres du pied de la danseuse qui se dénude sous le regard lubrique d’un Orc.

« T’oublies pas. Si tu t’fais lever, faut qu’il couche la thune d’abord. »

La catin qui roule des hanches opine à ce qu’elle croit sans trop se tromper être sa supérieure. C’est qu’on déconne pas avec le cul, dans le Sud. D’ailleurs, on déconne pas avec grand-chose et quand c’est l’moment, c’est l’moment. La porte la moins empruntée du bar s’ouvre pour laisser filer les deux femmes aux mœurs bien étranges, dont les ombres s’étendent sous les lueurs blafardes des lampes qui éclairent la terrasse, mais pas les ruelles.



Le noir de la nuit les engloutit tandis qu’elles échangent quelques paroles à voix basses. Leurs rires, ricanements acerbes se mélangent, ricochent dans les rues étroites aux odeurs de pisse chaude.

« Nan mais j’t’assure. Si elle écarte pas les cuisses ce soir, j’lui en bouffe une demain. J’en salive déjà. »

Indifférentes au froid de la nuit, elles laissent dans leur passage une unique trace, olfactive : un mélange de Vodcast bon marché et de Skiwi, cocktail des plus détonants. L’Impérial Blanc du Sud, duo de choc à la bonne descente, coule avec la pluie dans les rues de la basse ville qu'elles remontent à pieds.


Spoiler (Afficher)
SI
Eva~34638 Posté le 25 Mai 2013 à 19:47 #5
Avatar
rm -rf /
Compte Joueur
Voir mon EDC


Une canette vide percute un mur et se brise contre le bâtiment en ruine, un rat s'échappe d'un amas de déchet jonchant la ruelle, je sourit en coin en voyant la vermine fuir au moindre bruit ... Comme les biscottes, enfin … Les démoulés comme i' disent.
Du haut des marche, éclairé par la simple enseigne de la boutique qui clignote, d'épuisement sans doute, je matte la rue d'un regard long et vaste.

Faut qu'j'arrete de jeter mes cadavre de vod à coté du Hark, entre les mégots et les débris on verra bientôt plus l'bitume !


Mon index désactive la veille de mon orion, l'heure s'affiche, 22h … Hmmm, encore l'matin. Je sélectionne un son dans mon dossier musical, et part zonner un peu dans le coin, l’écouteur crachant des basses lourdes, une main empoignant ma bouteille chérie.
J'gratte mes yeux, sensation granuleuse. Le smog épais et chargé en particules irrite mes globes oculaires déjà rougie par l'inhibition, mais j'aime me promené dans ses quartiers inhospitalière, sale et mal entretenue.
Dans le sud …
L'ambiance es glauque un ressentie lugubre, mais aussi tellement accueillante, enfin … Tant que tu ne pètes pas plus haut qu'ton trou d'cul.

Bha tiens d'ailleurs en v'la une, a peine calée au zinc avec ma 'teille qu'une crevure d'en haut vient m'faire chier en piaillant et vient en plus m'voler mes réserves de Vod, le ton change, l’atmosphère es tendu.


T'me rend ça toute suite ou j'te carre mon flingue dans l'fion !


On rigole pas avec la Vod … Les plasma se posent, canons pointées sur la visiteuse à la bouche remplis d'bouses …
L'autre s’excuse … Faible ! Me rend mon bien et se casse sans demander son reste, tandis qu'un gus' m'fais la moral … Branquignol ... Tiens i' s'casse aussi l'gus ...

J'suis maintenant seule avec les rack, l'odeur du tabac froid et de rance se mélange parfaitement avec mon addiction tiédie par le temps et que sirote en écoutant ma 'zic ... l'zinc es d'venu vide, les non sudiste ont désertes, par malaise sans doute, les autres sont sûrement à la planque, endormis …
J'sort avec ma comparse liquide, et refais un tour de zone, voir si personne ne traînes là où il ne devrais pas …

Un bruit de ferraille qui rappe le sol se fait entendre dans la ruelle ... Se rapproche lentement avant de lâcher un « Yo ! » volume au max !
Karl tiens … T'pionce pas non plus ? On s'fais un graff, un shooter, ou on r'tourne bosser ?!

L'aube d'une nouvelle journée dans le sud ... Il n'es que 3h10 et la matinée s'écoule doucement, mais ne s’achève pas ...
J'retournes bosser sans même pioncer, en vrac et cerné mais d'bout ! Un zomb squatte le hall du Hark' ...

Fais chier bordel ... y'a d'jà pas d'place ici.


Boh ...Tampis pour lui, sa nuit il la passera dans un endroit plus froid que le sas d'la boutique.
Ma lame ruisselle de son fluide, laissant une empreinte indélébile sur le sol, impassible ... Je trace.

Les prochains seront prévenus ...





Spoiler (Afficher)
SR
.V.
Inconnu Posté le 26 Mai 2013 à 19:39 #6
Page 195 du Journal d'un Gob' Trotter





4.00 du mat', de grands bruits métalliques résonnent dans la rue crade et sombre de la Propagande. Je travail...encore dirons certains...Bref la tête dans l'usine la tête dans les machines.

6.30 du mat', je sort enfin de mon usine, les machines peuvent repartir, je demande quand même à quoi servent les techniciens machinistes que je paye...mais bon Bref.

6.32 du mat', je glisse sur un reste de vomi devant le bar La Moule et me dézingue la gueule sur le trottoir ça écrase mon cigare et me fait saigner du nez...Bref matinée de merde. Je rentre dans le bar prend deux Ura' à emporter et ressort aussi vite que j'suis rentré.

12.50, après des heures à bricolé mon projet, réception d'un message "
Intrusion dans l'usine "...faut vraiment que j'pense à changer d'appart' ça fait loin.. Bref

13.00, arrivé à l'usine du sang partout par terre, une chose en plusieurs morceaux au milieu de la pièce et Uma qui me regarde et m'dit "
J'faisais ma ronde j'sais pas ce qu'il faisait dans l'usine je l'ai découper ! "... Ok ancien employé, je l'avais viré, il dormait toujours là.. Bref on s'en tape ça décor un peu le coin, faut juste que j'pense à regarder la vidéo de sécurité.. ça risque de m'amuser.

14.15, retour à l'usine pour produire une commande, un verre d'ura emballer dans de l'alu poser sur le bureau, faudra penser à remercier Six, Bref c'est ça le Conso' une famille.

17.40, passage au Dojo, besoin d'me défouler le grand Dom' est là c'est parfait.

17.42, nouveau message besoin de moi pour une réparation, bon ça m'arrange quand j'tape sur Dom' c'est moi qui m'fait mal... Bref, Et il court et il court le p'tit Gob' du secteur Sud !!!

21.00, squat au bar enfin, le cul posé sur un baril boire des ura et dire des conneries parfait !! Mais bon j'aime pas rester assis... Bref papotage avec le boss, les anciens, les filles, les nouveaux passer de debout à assis de assis à debout Bref j'tiens pas en place.

23.45, sortit du bar je marche droit...enfin presque... je rentre à l'usine laisse des consignes pour les techniciens, je regarde l'heure toujours pas dormi depuis trois jours... Bref

00.00, arrivé à l'appart' j'me pose sur l'atelier, regard à gauche mon projet en cours, regard à droite ma seringue de sédatif pour dormir... Bref dormir ça peu attendre parce que si tu crois que le Sud dort c'est que t'es mort !!


Spoiler (Afficher)
SI
Medea Posté le 28 Mai 2013 à 02:29 #7
Avatar
La cuillère n'.
Compte Joueur
Voir mon EDC

Spoiler (Afficher)
Musique.


- Ouvrez la porte, le Cercle de l'Orient l'exige !
Une énorme tâche de sang suintait du mur, un corps glissant le long de ce dernier, une balle en pleine tête, un pouce sur le bouton d'envoi de son com.
Tandis qu'elle rangeait son arme dans l'un de ses holsters, elle examina rapidement la pièce.
Elle avait bâclée le travail maintenant il fallait qu'elle se débrouille.
Un rapide regard vers la fenêtre et ni une ni deux, elle la traversa avec éclat, se tailladant les rares morceaux de peau non recouvert par sa veste en cuir, laissant quelques gouttes de sang derrière-elle.
Dans le même temps, une porte se fit défoncée à grand renfort de coups de pied; la délicatesse de l'Orient était à revoir dans certaine situation.
Courir.


Les poumons en feu elle fila vers le Sud, terrain synonyme de sécurité qui accueillerait Sa chienne de ses bras grand ouvert, la cachant dans des ruelles bien sombres entre deux toxico et sdf.
Mais pour ça, elle devait traverser l'Avenue Impérial.
La lueur du jour commence à poindre tandis qu'elle shoota dans un neuvopack avec force, laissant un grognement l'insulter, poussant un couple d'elfe plus loin arrivant l'exploit et de marcher et de se papouiller en même temps; sûrement l'un de ces fameux spécimens possédant au moins trois neurones.
Un détour dans la rue Hoblet lui permit d'esquiver une patrouille remontant vers elle depuis la rue du Deanétique, radio entre les mains.
Elle lâcha un juron à l'adresse du tireur ayant frôlé son oreille de son V42J4. Apparemment l'heure de jouer était fini, ils passaient aux choses sérieuses pour la tueuse d'AI.
Si elle tenait l'autre con ayant refusé ce contrat au dernier moment en ayant reçu le nom de sa cible, elle lui ferait volontiers gicler les yeux des orbites d'un grand coup d'derrière le crâne.
Pousser les nombreux passants finissant leurs soirées ou bien commençant leurs journées, faire un détour par les Six Commissaires, sans oublier de traîner près d'un des QG des corporations concurrentes ... Tout un programme de fuite.
Un tournant et elle serait en sécurité, plus qu'un seul et unique virage où les tentacules du Sud dégoulinait, lui offrant un dédale d'embranchement bien méconnu des forces de l'ordre.

Un violent plaquage clouant sa cible au sol, des menottes résonnant l'une contre l'autre avec un gargouillis hurlé vers la radio :
- J'ai !
Les menottes firent perler du sang tandis que des menaces fusaient des deux cotés, une main experte maintenant le visage de l'humaine contre le bitume.
- Vous n'savez pas qui j'suis ! Vous allez l'regretter !
- A d'autre, on en discutera en cellule hein ? Personne ne pourras t'y protéger là-bas.

Elle repris difficilement son souffle en observant la scène depuis une ruelle adjacente, son corps réclamant un tant soit peu de repos après une course-poursuite à travers la moitié de la ville.
D'une main, elle ajusta sa capuche d'invisibilité, l'un de ses joujou favori, tout en reculant de quelques pas vers l'obscurité.
Une aubaine que cette humaine passe pile-poil à l'angle et que les deux avaient fini au sol; à peine le temps de se relever que l'Orient débarquait dans le virage, trouvant une seule et unique femme essoufflée avec un peu de sang sur elle, se relevant d'une chute.
Un grésillement radio accompagné d'une réponse :
- On l'a choppé Commissaire, on file la cuisiner sur place.

Six se détourna, filant d'un pas plus tranquille vers chez elle en envoyant un message succinct :
"Cible abattu. Même méthode de paiement."
Un fin sourire s'accompagnant d'un claquement de zippo frappé d'une certaine emblème.
Une cible, une balle, une bousculade.
Voilà de quoi elle avait besoin pour gagner autant en quelques cycle horaire qu'un technicien en une heptade complète.



Spoiler (Afficher)
SI.

~~~
Scarlett Posté le 29 Mai 2013 à 19:29 #8
Avatar
Chief Science O.
Compte Joueur
Voir mon EDC


°°°


Quand on mélange business, Sud et résistance des matériaux.

- AAAAARGH ENLEVE ÇA !!
- Mais non, voyons, on vient à peine d'entamer ta ligne de décharge pré-élastique ♫
- C'est... insupportaaa..bleuuheuh...
- Mais instructif ! Regarde, en appuyant un peu plus, les petits craquement qu'on peut entendre c'est ton crâne qui vient d'atteindre sa limite élastique. Les déformations sont irréversibles, tu comprends ?
- Merdmerdmerd...

Le talon aiguille, une arme indispensable pour celles qui ont le soucis de l'économie de munitions. Dans ce taudis qui fait office de planque de hackeur, au beau milieu de cette nuit sans lune -comme toutes les autres nuits-, le petit maigrelet hurle et bas des pieds...

- Tais-toi un peu.
- Espèce de tarée !!
- C'est TOI le taré, qui vient annuler sa commande après m'avoir fait produire pour sept cent mille crédits de kits !
- Je pouvais pas savoir que les préreq.. AARRbo-rdel !!

La pression se fait plus forte, le sang bat aux tempes, les yeux sont rougis par une probable hémorragie cérébrale, le visage est tordu dans un rictus de douleur affreux, mais il résiste, il a la tête dure.

N'importe quel témoin de cette scène, dans laquelle un jeune vautour se fait torturer par une synthétique, la prendrait pour une folle déréglée, un monstre mécanique. Mais la société n'est qu'un jeu où chacun a un but séparé, des intérêts à part, un plan à faire réussir. Il n'existe plus aucune valeur, sauf celle des crédits... et sauf certains qui s'accrochent en vain à la vie. Ce sont les plus coopératifs. Pour qui donne un sens à la vie, son ennemi donne un sens à sa mort.


- C'est des talons en chrome, en chrome t'entends ? C'est ton cerveau qui va lâcher en premier ! Tu le sens venir le point de rupture ? Tu visualises les petits morceaux d'os éclater et se répandre à travers la cervelle que tu n'utilises pas ?
- ça va, je paie, JE PAIE !

Je lui libère les bras. D'une main tremblante le vautour vient chercher une puce de crédits dans la poche arrière de son pantalon, et se contorsionne pour me la donner.

- Parfait, merci ♪

J'aurais pu faire preuve de plus d'originalité pour un hackeur, mais en plus de les trouver terriblement efficaces, je trouve parfois que les méthodes du Sud sont plus amusantes qu'un simple hack.

- T'es contente Scar', j'suis fauché maintenant. Allez libère-moi... ça fait un mal de chien et j'aimerais bien continuer de vivre ce troisième clone...


*CRAK*






Vivre ? Vous naissez dans des cercueils, vous n'êtes que des cadavres ambulants.
Inconnu Posté le 31 Mai 2013 à 05:58 #9
Travail d'équipe

Ambiance


Ce jour-là, une neige grise et sale était tombée sans discontinuer sur la ville. Les flocons s’étaient accrochés au sol et bien vite ils furent écrasés, réduits à l’inexistence, accumulation noirâtre et pâteuse sur le bord des routes. Tout le monde y allait de son pas pour dénaturaliser la beauté futile qu’ils auraient pu avoir : de la botte lourde d’un Troll aux pieds nus des NIs qui se font plaisir, pour une fois que ce n’est pas eux qu’on écrase.

Chaque être avait laissé, à sa façon, une emprunte. Sauf elle. Elle, humaine aguicheuse, prenait soin de marcher dans les marques faites par l’homme qu’elle suivait en silence. Un humain lui aussi, âgé mais puissant, aux épaules larges et carrées, le genre de mec que toute nana recherche dans cette cité et pour cause : de la thune, du caractère, une tronçolame capable d’arracher le bras d’un Orc jamais bien loin de sa poigne de fer.


Il s’était présenté à elle dans un des bars de la Haute Ville où elle aimait boire son Skiwi tranquillement. Tout de suite, elle avait flashé. Quelques mots, des murmures, une main sur la cuisse et après avoir payé la consommation de la demoiselle, ils s’en étaient allés vers un autre bar : pour être un peu plus au calme, avait-il dit.
Naïvement, elle suivait. Elle se foutait bien du chemin emprunté, du bar où ils se rendaient. L’enseigne clignotait pourtant, comme pour tenter de la prévenir, mais non. L’abrutie se trainait derrière le mec comme une elfe écarte les cuisses : naturellement. Peut-être aurait-elle pu comprendre quand l’atmosphère des lieux a commencé à lui piquer les yeux : nuage toxique composé de fumée opaque, odeur lourde de testostérones et autres fluides bien masculins. Mais non, elle n’a pas compris. Le mec lui tient la porte donc elle entre, se dit qu’il est foutrement gentleman en plus de toutes ses autres qualités.

Il lui dit d’avancer, elle le fait. Le mec s’adosse à la porte, fixe le cul qui roule de droite à gauche en s’allumant une clope. Les escarpins font plitch-plotch à chaque pas, pas très glamour alors elle s’arrête au milieu du bar. Et enfin, elle pose ses yeux sur le canon de la sulfateuse qu’un gars costumé et chapeauté pointe sur elle, cigare entre les lèvres.
Trop tard pour comprendre. Sans annonce qu'un sourire en coin, une première salve lui est tirée droit dans le ventre, faisant gicler ses intestins sur la table et les banquettes derrière elle.

« Pour…Pourquoi ? » qu’elle murmure en laissant couler de ses lèvres une belle marre de sang.

Au comptoir, une autre humaine est en train de passer la lame d’un kanuf sous chacun de ses ongles, ôtant de ceux-ci le sang séché qui s’y trouve. Clope au bec, elle marmonne en se retournant sur son baril, zieutant la rouquine au ventre déchiré.

« Parce qu’on n’baise pas le Sud. C’est le Sud qui te baise. »

D’un doigt, elle essuie la lame de son Kanuf et d’un geste, l’envoie filer droit dans l’air, pile dans la trachée de la bonne femme dont le corps s’affaisse dans un gargouillis peu ragoutant.

« Em’s ! » lance l'homme au Borsalino.
« Désolée Boss. J’visais l’Juke, promis. »

Ils s’échangent un sourire entendu. Le mec près de la porte finit par venir s’installer au comptoir, baril à droite de la gamine au kanuf. Le Boss quant à lui s’installe à sa gauche et tous les trois, d’une même voix, commandent à l’Elfe derrière le bar :

« Un Skiwi. »


Une lumière, flash de quelques micro-seconde annonce la téléportation du cadavre. Ça et le cling-clong du Kanuf qui retombe dans la flaque de sang déjà oubliée de tous. Dans un ailleurs lointain, la rouquine se fait cloner. Là, dans le bar, la fine équipe discute tranquillement, sans plus se soucier du meurtre qu'ils viennent de commettre : ce n'est ni leur job, ni leur passion. Juste un devoir, une obligation. Une sorte de signature, celle de tout un Consortium auquel la ville va devoir s'habituer. Son emprunte est de plus en plus marquée. Aussi visible que ce sang qui imprègne le sol du bar, celui d'une humaine qui n'aura laissé nulle autre trace.


Spoiler (Afficher)
SI
Inconnu Posté le 01 Juin 2013 à 22:59 #10
HERESIE MENTALE





La vision matinale d'Ardnock semble déformé comme abusé par les vapeurs incessante de son cher Uranium... Il fait quelques pas dans sa rue découvrant avec stupeur le monde qui l'entoure...Les murs ne sont pas tagués...les traces de sang et de cadavres au sol ont disparu... aucun mégots ni bouteille de Vod' par terre... même le vieux Billy avec sa maison en cannette de Glukoz' n'était plus au coin de la rue.. Ardnock se retourne vérifiant qu'il c'est bien endormi chez lui et non dans le congelo.. " Quoi ça être se bordel ??... Ils avoir produit droides ménage en masse ou quoi ??? "... Il continue son chemin d'un pas lent sans être totalement tranquille, écartant les bras pour plus de stabilité ayant peur de glisser devant tant de propreté.

Son regard vis au loin une masse verte..." Qui ça être le con qui avoir peint bitume ?? " Il presse le pas et se retrouve nez à nez avec ... de l'herbe !!! Ardnock se frotte les yeux et approche d'un air peu confiant sa main... " Putin ça pas être du plastique !!! " Par curiosité il en arracha une touffe la terre pendant encore, et mis le tout dans sa bouche " Powaaa ça être dégeu' en plus !!! " Un petit couinement le fit sursauté, un écureuil près de lui... enfin tout du moins ça en avait l'air.. pas de dents affreusement longues, un pelage uniforme et brillant, on dirait même qu'il flip d'Ardnock...
Apeuré par cette dernière vision Ardnock se mit à courir le plus loin qu'il pu, dans sa course il croisa une Elfe sans talons hauts, un Orc mécano', un flic à vélo, un Troll écolo', ...Courant de plus en plus vite tout en se frappant la tête il vit défiler, Sernine en p'tit chanteur, Six tout en couleur, Emy en robe à fleur, Djino en p'tit tailleur...
"
Ho putin ho putin !! Ardncok être en enfer ou quoi ??!! "

Le stress monte, son coeur s'affole si bien que sa course se termina dans un réverbère...ouvrant les yeux le corps en sueur Ardnock était tombé de son lit.. pris de panique il saute vers la fenêtre et l'ouvrit.. des hurlements de douleurs, des coups de feu, l'air empestait, il aperçu même Billy au loin... le smog lui brûla les poumons quand il pris une grande respiration, un sourire de soulage accompagna cette vision.. " Haaa Ardnock pas avoir perdu son Sud adoré !! "

Spoiler (Afficher)
SI