Recherche

EDC de Zélie

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Zélie

Cacher

[Expé S6] Une jeune fille en feu

Lors de leur première rencontre, elle s'était penchée à son oreille. Majestueuse créature, s’abaissant à sa fascination. Quelques mots avaient alors chanté à son esprit, les pupilles orangés et brillantes sous l'éclat encore inconnu de la jeune elfe.
Tu es la Flamme.
Les porteurs de flamme se donnent à l'extraversion d'un destin passionné qui ne peut être étouffé à l'abris des remparts.
Non pas que leurs existences sont plus précieuses que d'autres ni liées à tentation du sacrifice, ils sont le prolongement de l'ardeur passée ou nouvelle. D'une rébellion étendues sur de multiples facettes, miroitant dans le regard de ses enfants parfois aveuglés par l'ignorance ou les affres sempiternelles.
Les fugitifs...
Nous devions le suivre, cet être Originel qui forçait autant le respect que la méfiance, ce Père d'une humanité au dessin obscure, relayé au rang d'indésirable tout comme paradoxalement convoité.
Par son sang, ou du moins son matricule, il pouvait nous offrir la possibilité de transgresser les barrières de nos existences, conditionnées et civilisées.
Nous rapprocher du territoire maudit, où la vie ne nous serait permise qu'une seule fois.
Nous étions dépassés, et c'est peut être exactement cela que nous cherchions. Derrière cette porte déjà annonciatrice d'hostilités, plus rien ne serait comme avant.
Quelques ouvrages pouvaient y relater la destruction et les pires engrenages.
Nous étions appâtés, certes, par l'idée de croiser le fer avec nos ennemis jurés, nous descendant de la Lance, le dos empaqueté de ses idéologies.
Mais le Malin n'a lui ni couleur ni patrie, ses abomination sont dévastatrices.

Les enfants perdus...
En regardant ces visages qui m'accompagnaient, certain plus familièrement que d'autres, je pensais aux travers à ceux qui nous quittions. Notre départ avait été hâté dans la confusion, à peine deux quelques heures auparavant, sans explications raisonnables, bon sens à l'abandon.
Faire ses adieux aurait pu sembler déclamatoire.
Après une première fuite en avant, nous n'étions plus marcheurs mais rampeurs couverts de boue, sous une canopée aussi fertile que redoutée.
Nos pupilles collées par émerveillement, sans pouvoir nous attarder sur cette matrice nouvelle, guettés par le danger mieux encore par l'inconnu.

Les primitifs...
C'est à la sortie de la lisière que l'hôte de la ruine Galibran, placardé dans dans ses traits les plus provocants, nous accueillit. Sonnant ainsi la réussite de notre première étape. Et pour installer son hospitalité, il avait déjà fait attendre son bolide, roues aussi imposantes que son Ego.
Tel des renégats, nous sautions à l’intérieur dans un vacarme rugissant. Prêts à la course, sur un sol chaotique. Le smog ne nous quittait pas, sans doute le plus fidèle de la bande.
Dans ce paysage décharné, nous écartant de la Jungle, ce fut sur les chapeaux de roue que nous entamions notre poursuite. Les silhouettes exogènes se dessinaient dans les profondeurs cotonneuses du Smog et enragés nous les abattions. C'était comme si nous avions toujours été là, en chasse pour survivre dans l’insouciance du lendemain. Plus que nous au monde, plus de Rebellion ou d'Empire, juste des survivants usant leurs dernières cartouches pour le festin du soir.
Le bivouac fut établi et les trophées dépecés à coup de lame, de griffes ou même à pleine main, pour en extraire le cœur de la bête, son sang. Nous nous éloignons au fur et à l'usure de la faim de nos instincts retrouvés, de la civilisation.
Des créatures quasi primaires.

Les semblables...
Le lendemain les tension étaient prévisibles à l'approche de notre quête, les nerfs montaient à cran, les divergences aussi. Comme si un territoire devait être à nouveau protégé et délimité de l'ennemi. Ce choix binaire, déjà imposé par nos prédécesseurs.
Nous en étions donc encore là.
Nous avons du reprendre la route à pied, quand au loin sous un rideau de pluie, vallons se dressaient et fange boueuse cherchaient à nous retenir tel un avertissement. Avant de sentir la chaleur des lasers frôler nos peaux. Une colonne d'acier nous mettait en joug.
La fumisterie fut amère, mais l'entrée de la grotte se dévoilait donc...
Il nous avait donné à chacun un flambeau à tenir, je devais m'assurer que la voie était dégagée, pister l'agonie prochaine. Nos ennemis étaient à l’intérieur, possiblement usés et blessés par leur avance de plusieurs jours. Et ce fut dans un flot d’incertitudes que la bataille s'amorça.
Furieuse et enflammée, un duel à la mort.

...
Les flammes se sont fondes sur mon corps comme sous l'ardeur de tes envies, je suis si certaine alors te retrouver, de me noyer à nouveau dans la passion, me sentir consumée.
Je peux sentir tes baisers qui impactent ma peau, jusqu'à te nourrir de mes chairs. Et ce souffle qui me manque dans le ballet des émotions. Je suis dévorée par la bombe incendiaire.
Puis la peur et la douleur surviennent, pénible réalité quand tu n'es plus que le fruit de mon imaginaire.
La mort m'embrasse, mes instincts la repoussent.
Ils sont déjà à mon chevet mes frères, ou à lutter contre son aura de noirceur, Rebelle de la vie...

Aucune fin n'arrive,
sans avoir à se battre pour la retenir.
Ceux qui résident encore, ne pourrons l'oublier.

Spoiler (Afficher)
Des remerciements encore à tous pour cette aventure et la certaine nostalgie, qu'elle laisse courir derrière elle.

Informations sur l'article

Apocalypto Romantik
07 Février 2020
287√  24 4

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires