Recherche

EDC de Vostro~62916

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Vostro~62916

Cacher

Entrée 006

Journal d'expédition - Jour Six
"Il est six heures dix-neuf... J'ai super mal dormi, enfin le peu que j'ai réussi à fermer l'oeil, à cause de ces saloperies volantes qui ont emporté la tête de numéro Onze, hier pendant qu'on gravissait les étages de cet immeuble, p'tete bien au seizième étages, je craignais plus pour nos culs qu'aut' chose à vrai dire..

La maigre compensation c'est d'avoir couler un bronze avec vue sur le secteur Six à quasiment 360° vu la configuration de l'étage, reste plus grand chose surtout, c'est vraiment comme indiqué sur de vieux rapports.. C'est une ruine, y'a rien d'mieux à ajouter ni à mettre à jour..

Les bestioles grouillent, la végétation est hostile, n'sommes pas d'taille à aborder l'truc de front. M'enfin...

Pour résumé l'truc.. après avoir culbuter nos copines ou copains la veille du départ, on s'est équipé et avons pris le chemin des égouts dans un but bien précis, installer des relais pour augmenter la portée du rayon apm en SR hors murs, parait qu'ça marchera une fois actif, soit on pourra le tester, soit ce sera l'équipe suivante, qui peut nous suivre à distance d'après nos signaux radios ou bien nos podomètres et marquer notre chemin à l'aide de traceur chimique bien distinct. J'saurais même pas expliqué le procédé, ce sont les chimistes qui ont concoctés les bombes marquantes. m'bref..

Les égouts, ah oui ! On a croisé le chemin d'un umbra, ça correspondait à cette description, il a fauché numéro Quatre d'un coup net et l'a entrainé dans une bouche pour lui bouffer le bras, il a fini par se vider de son sang, on a récupéré sa puce APM, histoire qu'il revient le camarade... Un peu con par moment, surtout quand il s'entoure d'assez de skiwi à en faire fuir une ruche impé.

Numéro Trois et Dix se sont fait empalés par des lances qui se sont avérés être des épines, v'là les machins, on a jamais su d'quoi ça venait, on s'est vite rechargé dans leurs poches et prélèvement de la puce et nous nous sommes cassés de là en express. Ça c'était quelques minutes après être sorti du champ d'action de l'agent corrosif empêchant le fungus, fungis, j'ai bouffé l'mot.. Nos tenues ont encaissés sans sourciller l'acide, pour les épines géantes, c'est pas encore ça..
En à peine une journée, trois en moins dans le contingent, on va pas faire d'vieux os ni même sorti du secteur six à c'train là."
L'homme soupire, une main frictionnant sa joue brièvement avant de ré-enclencher le masque de protection, un cliquetis de cartouches insérés dans la chambre

"Le smog est vach'ment épais, pire que chez nous même quand il nous arrive bien chargé, on s'arrête souvent pour déboucher les buses aspirantes sinon on finirait par déconner à cause de la privation d'air sans même s'en rendre compte..

Ce qu'on n'pouvait pas prévoir, c'est l'attroupement qui s'amène chaque fois qu'on tire, forcé de bricoler, dans nos fringues de rechange, des silencieux pour étouffer les coups d'feu, c'est très con comme erreur, erreur qui a couté la vie à numéro Sept quand on a fini encerclé et qu'il a cherché à ouvrir une brèche, le sachant foutu, on a tout cramé à l'incendiaire, sa puce a une sale tête, ma combinaison a cramé, après plusieurs épaisseurs de scotchs armés, ça semble tenir une certaine pression, j'm'essouffle plus vite par contre, les gars ralentissent pour moi, parcourant moitié moins de distance, jour après jour, si bien que le point médium du secteur ne fut atteint qu'en six jours, cette fichue tour ayant l'envie de s'écrouler mais la vue semblait imprenable sur les alentours.

De là haut, forcé de constaté qu'aucune ligne droite n'est possible à tenir, c'est tellement le bordel au rez de chaussé, qu'on zigzague en permanence, voir on recule pour prendre un chemin annexe, d'quoi avoir l'envie de se frayer un chemin à l'explosif, le truc, c'est qu'on se coltine du matériel réparti à douze sur sept trous d'balles parti en vadrouille dans le six et qu'on a pas encore atteint l'objectif, le besoin de se la jouer tranquille et bah c'est bien chiant et j'emmerde Seikz et Yang d'avoir eu cette putain d'idée de génie à la con.
Avec les copains hier soir, on s'imaginait la scène où l'idée à germer
< Et si on montait une expédition pour poser un relais apm dans le Six ? boh c'est rien, c'est à six bornes de là pas d'quoi fouetter un kob, pis on est des rebelles, des purs et durs, les gars et bonnes femmes sont des coriaces, d'quoi t'ouvrir une pix en serrant les fesses, ouais on balance une annonce sur l'AITL et on leur dit merci de partir au casse-pipe, t'façon les abrutis qui accepteront au nom de la cause Rebelle et tout le patacaisse, reviendront pas, on va récupéré tous leurs biens en bonus, pis si ça marche pas, bah ça fera moins d'cons pour nous emmerder.>
Numéro Un a un humour particulier mais on a suivi son délire en chargeant bien le truc, qu'est ce qu'on s'est marré, la pression a fichu l'camp en quelques rires et après dodo.

M'voilà, ce fut du début jusque ce matin, il est ... sept heures vingt-deux, l'équipe est prête à descendre, puis marcher jusqu'au point où d'après calcul, ce serait optimal pour l'installer, y'a pas trop de passages vue de là haut..

C'est ce que je me suis dis quand au passage d'une vieille carcasse de voiture ou truc du genre après quelques minutes , j'ai senti ce froid me saisir les boyaux et ce silence, en baissant la tête, j'ai vu mon intestin se faire la belle, ça pisse encore et encore, mes jambes me lâchent, une ombre sur ma gauche s'en allant avec un ricanement, puis des ombres, surement eux, voulant me protéger, j'ai le souffle court, l'envie de tourner de l'oeil par facilité j'pense, j'essaie de récupérer mes tripes à quoi bon, l'écran dit que je suis foutu, empoisonnement fulgurant en plus du reste. La belle affaire ! En toussant j'en fous plein ma visière, tout ralenti ma tête rencontrant l'épaule de Numéro Un, puis le néant...

Une onde de choc me brule le torse, deux fois, trois fois et là ouverture de rideau, j'émerge, l'infirmier s'excite sur le défibrillateur et m'injecte une dose directe en plein coeur, redressage du bonhomme immédiat, y'a des électrodes de partout, je transpire comme un gros, seul l'endroit me dérange, j'suis pas dehors ni ou que ce soit, juste à la boite à boulons.
Le doc qui dit >T'as échoué mec, mourrir aussi con, se pavaner en touriste, grosse erreur franchement.
Trop puissant ces réglages, pis finir en arrêt cardiaque par décharge électrique, c'est moyen comme module pédagogique. Ce sera à l'ordre du jour à la prochaine séance...

Informations sur l'article

Dossier sensible
25 Octobre 2019
288√  10 2

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires