Recherche

EDC de Vostro~62916

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Vostro~62916

Cacher

Douce étreinte

Le 7/271.3,
Je sors d'une longue séance d’entraînement avec l'impression d'avoir affronter une bande d'orcs. Les douleurs sont telles et si nombreuses, que ça m'étonnerait pas d'ailleurs. Le sonar dessina le paysage une fois immobile, j'étais arrivé, le Cafey que j'affectionne tant, sans attendre plus longtemps, poussant la porte pour entrer à l'intérieur, des images s'affichant au grès de mes pas pour me montrer mon environnement...
Elle était là à travailler ou à regarder son com', je ne pouvais le voir de la double porte d'entrée. Mes jambes étaient lourdes et désapprouvaient l'effort que je leur demandais. Un geste fatigué de la main je fis pour saluer les présents, m'asseyant pour profiter du confort limité qu'offrent les tabourets du cafey.
Elle leva la tête en étant surprise; sa voix faisait entendre un sourire qui naissait sur son visage, douce mélodie pour mes sens que de l'entendre s'exprimer. Nous nous sommes échangés quelques mots puis me demanda ce que je souhaitais. Reprenant le contrôle de mon corps qui me demande de s'allonger pour s'éteindre pour un long moment. Mes flancs sont si douloureux que parler est un calvaire sans nom, lachant ma commande d'un souffle puis exprimant mon désir de tendresse, que cela me reconforterait. Sa réponse fut qu'elle ne voulait pas m'achever vu mon état actuel... Je l'en remercia d'un sourire fatigué, dégustant ce cafey qui me semblait meilleur que d'habitude. Les effluves provenant de sa cuisine, réveillèrent mes sens qui savouraient d'avance ce futur repas . Quand elle me l'apporta mes sens en alerte étaient capable de dire précisément où se situer l'assiette, le parfum dessinant une fumée se déplaçant lentement jusqu'à son point d'origine.
Elle n'adressa que quelques mots après l'avoir posé, sentant son regard se poser sur moi avec la sensation qu'il pouvait me transpercer de part en part ...
Quelques instants passèrent, la sensation de faim me quittant peu à peu au fil des coups de fourchette que je mettais dans ma bouche pour en savourer la moindre parcelle, la boisson manqua à son tour signifiant que ce repas arrivait à son terme. Mon corps meurtri reprit vie.
Cette femme, par ce repas venait de me conquérir. Une demande en l'air fait quelques instants plutôt prit un sens nouveau quand des mots quittèrent ma bouche pour demander ce moment de tendresse en ne prêtant nul attention aux signaux d’alarme qui fusent en tout sens.
Ma surprise fut qu'à moitié quand elle accepta, ses pas vibrant de derrière le comptoir pour se rapprocher petit à petit. Le temps de me redresser et me retourner pour me lever, elle était là à attendre que je sois prêt à l'accueillir, je n'avais nul besoin de voir pour le comprendre, son parfum unique me prit au nez comme un envoûtement.
Elle lâcha quelques mots pour ensuite m'étreindre de ses bras et poser sa tête contre mon épaule. Des frissons prirent vie de ma nuque pour descendre jusqu'aux pieds, quelle sensation agréable... Ma tête vint se poser contre la sienne, mes bras l'entourant, une main se posant sur sa nuque, l'autre se posant dans le creux de ses reins.
Cette douce étreinte avait plus de valeur que tout le reste en cet instant précis, ses bras fins renforçèrent leur prises sans me faire souffrir pour autant, la mienne ne changea pas, ma respiration se fit plus lente pour profiter de ce parfum qu'elle portait. Nous restâmes quelques minutes dans cette étreinte. Son moment de taquinerie lui prit soudainement, me pinçant légèrement à la taille pour prouver si douce soit elle, elle restait taquine en toute circonstance. Ma main se trouvant sur ses reins commença à la caresser, elle marmonna quelques mots puis recula doucement de l'étreinte pour me regarder, son sourire était audible à chacun de ses mots, son parfum toujours présent dans l'air que je respirais.
Ce moment n'était qu'un câlin d'une douceur sans égal, pourtant la douleur en entrant dans le bar se dissipa totalement quand elle me prit dans ses bras m'enserrant de tout son être. Son dernier geste fut une marque affectueuse qu'elle me laissa sur la joue avant de prendre le chemin de la sortie me laissant nager dans son parfum et sentant encore sa chaleur sur mon torse sensible.

Informations sur l'article

Divers
22 Septembre 2016
1360√  6 2

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires