Recherche

EDC de Valmont

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Valmont

Cacher

Je suis celui.

Valmont sortait de sa cuve, une musique lancinante en tête. -Il n'en resterait qu'un.- Il n'avait pas été cet unique. Mais il avait été, plus que jamais. Et l'adrénaline remontait avec les souvenirs.
L'entrainement de la Lady avait porté ses fruits. Le corps était paré. L'esprit était travaillé. La faiblesse serait les sentiments. Mais c'est une chose qu'il était facile de modifier. Dangereux, probablement, mais quelle importance. Il relisait sa Lettre au Passé, la gravant dans sa mémoire. Un cycle encore et ils entreraient dans l'arène.
Dans les vestiaires déjà, les stratégies se mettaient en place. Ca crevait les yeux. Et il savait qu'une fois entré, il serait le gibier. Un bon nombre de regards braqués sur lui, certains souriants, d'autres analysants.
- Vous êtes un beau spécimen de mâle, Lord.
Réponse neutre, comme toujours. Alors que ce qui lui brulait les lèvres était "Je ne suis pas lézardophile, merci bien."
La première épreuve avait donné le ton. Pour ouvrir le SAS du labyrinthe, l'un d'eux devait mourir. Et tout le monde se faisait des politesses. Ils hésitaient, se promenaient, embrassaient la caméra. Mais le but était de survivre, pas de prendre le thé sur un rocher. Alors le premier sang serait versé. Un simple "Bonsoir..." avait mis la vautour en fuite, ça en disait long sur l'image que l'on avait de lui. Et il y avait cette petite humaine aux cheveux courts, sur le point de se faire écraser par un orc. L'humain était arrivé juste derrière elle, l'orc avait fuit. L'humaine et le Lord partaient en chasse.
Et au détour d'un couloir, une autre humaine avait attaqué. Elle s'était alors retrouvée prise entre les mains du Lord, battoirs de chair et de métal qui lui bloquaient la gorge, tandis que sa petite comparse frappait. Un nom dans la nécro, les SAS ouverts.
Donnons leur le spectacle qu'ils veulent...
Le secteur entier pouvait le voir se démolir les poings sur les vitres sécurit qu'il brisait une à une, avançant vers une récompense inconnue. Pendant qu'à côté ça tergiversait encore et qu'on se souciait des manucures. Sauf les deux orcs. Dont l'un se servait de sa tête comme d'une masse. Tout en finesse mais efficace, hélas.
"Voici un petit coup de pouce, mais nerveux comme vous êtes, utilisez-la à bon escient, il serait dommage de la briser pour rien."
"Je n'ai pas peur de l'inconnu car j'ai foi en lui."
Il se retrouvait seul contre cinq décidés à en découdre. Déclaré à abattre par les autres concurrents. Sa petite humaine avait dormi quelques instants de trop. Tuée dans son sommeil par le duo d'orcs. Le Lord était la proie. Mais il avait les crocs acérés et n'hésiterait pas à s'en servir. Pendant qu'il préparait sa défense, les autres courageux s'entre tuaient. Un bon point pour lui.
"Quoi qu'il arrive, je serais fière de toi."
Trois contre un. Une épée, un bidon d'essence et un briquet. C'est tout ce qu'il avait. Ca et la folie du désespoir de la bête traquée. Il avait bricolé un beau petit piège. Vidé son essence à un endroit stratégique, et était sur le point d'activer le tout, quand la vautour, l'elfe et l'outrilienne avaient surgi dans son dos. Mais le bluff avait marché, seul contre trois, c'est un simple bidon d'essence vide dont le sommet flambait qu'il a lancé vers le trio. Mis en fuite par un peu de fumée et de plastique brulé. Et l'humain se marrait bien.
Le trio s'avançait vers son piège, et le traqué devenait chasseur, suivant le plus discrètement possible. L'outrilienne avait les pattes en plein dans la flaque d'essence, quand il avait lancé son briquet. Et les flammes se reflétaient dans les yeux de l'homme alors que la salle s'emplit de fumée, d'odeur d'essence et d'écailles brulées.
Je suis celui que l'on traque. Celui qui fait peur. Celui qui craque l'allumette et réveille la folie.
Et c'est l'épée haute et l'air fier qu'il avait attendu que les trois lui tombent dessus. Et à travers les dernières brumes de lucidité qu'il lui restait, il avait vu l'hommage au tombé. Il avait entendu quelques mots soufflés à son oreille.
- Vous nous avez donné du fil à retordre. Qu'il vous garde, Lord.
Son corps se recomposait, effaçant les douleurs. Ses poumons brulés par le gaz des pièges ne siffleraient plus, à présent. L'odeur d'essence aura disparu de ses habits. Mais sa folie l'attendait à la sortie, jamais très loin, toujours présente.
- Tu étais beau, mon amour.
- Oui. J'étais beau, j'étais grand. J'étais, tout simplement.

◊ Commentaires