Recherche

EDC de Trïll

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Trïll

Cacher

Les morts-marcheurs.

__________
Mes premiers pas de faon fragile et trébuchant dans cette cité furent violents.
À moitié défroqué et vomissant, j’ai dû trainer ma maigre carcasse entre les immondices et sous les regards non compatissants des passants.
Un seul osa se porter sur moi avec bienveillance, suivit d'une main tendue et amicale.
Depuis, j’ai fait un paquet de chemin malgré mon jeune âge.
__________
Il m’arrive de temps en temps, entre deux accès de folie de ressentir une peine immense pour les pauvres rats de laboratoire que nous sommes.
J’ai pris réellement conscience de ça lorsque je l’ai vu, perdu et cherchant autant son calibre que ses souvenirs éparpillés au gré du smog.
L’empathie qui quelques fois s’empare de moi, rejoue dans ma caboche des mélodies aussi intenses qu'à mon arrivée.
Des sentiments qu’on pourrait dire lointains et pour autant si vivaces.
Me voilà par instants, désemparé de nouveau, dans l’incapacité de pouvoir rassembler les quelques neurones dispersés de mon cerveau.
Ce n’est pas pour autant que j’abandonne tout espoir, je m’offusque même de me voir traiter de pessimiste.
__________
Elle partage notre presque quotidien depuis maintenant quelque temps, cette femme qui ne donne pas l'impression d’avoir trouvé sa place. Hormis peut-être entre deux bras velus et sous cette prunelle bienveillante.
Cette enfant d’une cité perdue qui espère bien trop souvent, ou surement pas assez, bâtir un nouveau monde.
Hier encore, par quelques messages échangés, je sentais que j’avais de nouveau remis en cause ses rêves de voir ce monde se vêtir enfin d’une infinité de couleurs.
Non pas que je sois négatif, mais ma vision de petit scientifique en herbe ne peut par moments se résoudre à voir les choses autres que comme elles sont.
__________
Tu sais, Rei, des fois ma vue se voile et j’ai envie de pleurer.
Penses-tu que je sois faible ?
Crois-tu que mon cerveau soit aussi fluet et maigrelet que ce corps désarticulé que j’essaie de maitriser un peu plus chaque jour ?
Regardes, j’arrive à me mouvoir maintenant ! Mes muscles ont pris du volume et mon pas enhardit affronte le quotidien de cette cité violente.
Si j’étais ton enfant, me prendrais tu dans tes bras ?
Me raconterais-tu de belles histoires pour soulager mes brèves peines ?
__________
Quand tu as écrit « Laisse tomber » , j’ai su que j’avais éméché un de tes innombrables rêve.
Enfin, j’ose le croire sans me porter plus de crédit que ça.
J’ai ressenti cette peur, celle là même qui me hante quand j'observe mon frère. Celle de voir disparaitre les bases mouvantes de mon monde, une étant déjà partie et l'autre semblant petit à petit en prendre la direction.
C’est alors que je vis cette représentation, cette sorte de clairvoyance.
__________
« Jamais !
La seule chose devant laquelle je tomberais, ce sera La Mort.
Et là, ce sera un sommeil profond et merveilleux.
Aussi long et doux que ton espérance.
Bien plus grand et redoutable que Thalys !
Car personne n’aura de son vivant, rien vu de comparable.
Aucune IA, même dans ses délires binaires les plus fous, n'aura jamais calculé une chose aussi puissante !
La Fin de TOUT, la paix ultime, la neutralité absolue et l’objectivité parfaite !
Nous flotterons tous dans une union parfaite, et il n’y aura plus ni Rebelles ni Impérialistes.
Juste la quiétude que nous n’aurons jamais espérée de notre vivant. »
Ce sera beau, Rei !
__________
Pendant que je t'écris ces lignes, je jette des regards à mon frère qui s'assoupit non loin de moi.
Et s’il s’endormait pour me fausser compagnie et nous quitter à tout jamais ?
S’il décidait d’en finir avec tout ça, lui qui par instants a les idées si noires ?
Je le vois, ce clown triste tenté de nous faire rire chaque jour qui passe.
__________
Promets-moi, Rei, que peu importe de quoi sera fait l’avenir et malgré ses remous.
Jamais tu ne laisseras ta vision s’obscurcir devant l’ignorance et le chagrin.
Continues à arborer fièrement les couleurs idylliques d’un monde ou l’espoir se fait famélique.
Car je sais que derrière, il y a quelque chose de bien plus beau que la Vie.
Toutes les larmes du monde, aussi tristes soient-elles, n’en restent pas moins claires et brillantes.
Il y a des choses que même le désespoir ne saurait avaler, de peur de disparaitre à son tour.
Si tes cheveux sont rutilants, n’y voit pas là une coïncidence Soeurette !
__________
Spoiler (Afficher)
En réaction à quelques messages échangés avec Rei et Flÿnn

Informations sur l'article

Fault and Fracture.
08 Janvier 2017
1829√  25 11

Partager l'article

Personnages cités

Dans la même categorie

◊ Commentaires

  • Rei (408☆) Le 08 Janvier 2017
    M'fu... é.è c'est HRP ? J'ai beaucoup de choses à répondre moi !
  • Trïll (189☆) Le 08 Janvier 2017
    Plutôt en fait, j'ai l'habitude d'écrire ce que pense mon pion, mais ça peut être une lettre ouverte aussi. smiley
  • Trïll (189☆) Le 08 Janvier 2017
    Pourquoi la tristitude ?
  • Rei (408☆) Le 08 Janvier 2017
    Parce que tu écris bien et qu'on a envie de pleurer tellement c'est fooorrt é.è ♥
  • Shaia (501☆) Le 09 Janvier 2017
    Juste pour le titre ça mérite *

  • Klepp (166☆) Le 09 Janvier 2017
    RIP
  • Roxann (62☆) Le 10 Janvier 2017
    c'est beau...
  • Trïll (189☆) Le 10 Janvier 2017
    Venant d'une plume comme la tienne, JD Roxann, c'est toujours un compliment qui fait vraiment plaisir.