Recherche

EDC de Swan

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Swan

Cacher

[Fiction] Chapitre 5/5 – Mitsy (Lumen) – Manipulation

Spoiler (Afficher)
Texte fictif dans l'univers de DC. Toute ressemblance avec des personnages est absolument fortuite.

Chapitre 5 – Mitsy (Lumen) – Manipulation

Moi-même, je me surnomme Lumen…
Comme une flamme lumineuse. Brillante d’esprit. Brillante comme le feu de mes cheveux. Brillante comme la lueur dans vos yeux quand je me déshabille devant vous. Brillante comme les bijoux que vous m’offrez. Brillante comme la mallette qui contient l’argent que vous me devez. Brillante comme la lame qui vous étreint le soir. Brillante comme la bouteille de Champ’kro qui reflète votre naïveté. Brillante comme le feu qui surgit de ma sulfateuse. Car avant que vous ne partiez dans votre cuve froide… je veux vous réchauffer et vous en mettre plein la vue.
…et je ne suis pas qui vous croyez. Je suis ce que vous voulez bien penser de moi uniquement.
***
Je l’ai vu venir à des kilomètres l’elfe séducteur et mielleux. Il m’a fait penser immédiatement à un humain du même genre à qui j’avais soutiré 1.000.000 crédits après une seule heptade de jeux amoureux, ayant enfin réussi à obtenir un film valable de nos ébats à montrer à sa femme. Je crois l’avoir toujours ce film… je rejetterai peut-être un coup d’œil avec mon elfe blonde, Ina. En tout cas, l’elfe, Rarandel, il fallait se douter qu’un bon filon se trouvait à la clé. Il ne cessait de parler de cette Invidia à qui il me présenterait, et puis à comment je pourrai l’aider à récupérer une bonne quantité de crédits que l’on partagerait. Oui, mais moi – sauf avec Ina, quand elle ne m’agace pas – je ne partage pas.
Le bougre a cru que j’étais une pauvre fille, une nouvelle arrivante. Il n’arrêtait pas de parler de comment il allait tout m’apprendre et me faire évoluer. Et au début, je ne comprenais pas, jusqu’à ce que je réalise que mon statut n’avait pas changé au niveau de l’administration depuis des années. Un bug informatique. Allez savoir pourquoi, mais j’étais toujours NI selon la matrice. Et pourtant, je la connais bien la matrice, sauf que ça, elle me l'avait occulté. Déjà ça, ça m’énervait, mais en plus, le mec m’avait donc aussi déjà bien calculé, et pensait pouvoir profiter de moi. Ça m’a mise en rogne totale immédiatement, mais je me suis contentée de hocher la tête en imaginant le sang se déverser de ses oreilles délicieuses. Et, j’ai accepté son offre.
C’est lui qui m’a alors poussé à postuler chez sa Lady, comme il la nommait. Miss Invidia. Une belle femme comme je les aime, à part qu’elle était assez faible pour tomber dans le panneau de ce pauvre séducteur. Finalement, c’était pas plus mal, parce qu’autrement j’aurais pu facilement céder à son charme sensuel à elle. Et je n’aime pas céder au charme de qui que ce soit. J’ai obéi sagement à tous ses ordres. Rarandel m’avait prévenu qu’elle se tournerait vers moi pour s’occuper du nain qui fournirait la tune à la fin. Un Alte Nobilis de mes fesses un peu trop tourné sur le vice de la luxure, un salopard comme j’aime baiser au sens figuré, à la fin. L’elfe m’avait aussi expliqué que le vieux riche aimait radoter sur l’oreiller, et il voulait simplement que je le fasse parler sur la première victime de leur plan. Lord Alfin. Alors, c’est ce que j’ai fait.
Le nain appréciait largement mes courbettes et se prenait pour un coup d’enfer, alors que ses assauts physiques n’arrivaient même pas à la hauteur de sa taille en termes d’énergie et d’effets. Il y avait de quoi rire quand ses poils dégueulasses arrivaient à simplement chatouiller mes cuisses dans l’imitation parfaite d’un orgasme bien travaillé à l’avance. J’en avais des frissons en y repensant. Mais j’étais une professionnelle, pas une putain, non. Une bonne comédienne. Je l’ai toujours été. Et il n’a pas été difficile de savoir que l’Alte n’avait pas l’intention de piéger l’autre noble de suite. Il espérait toujours serrer la belle chevelure noire avant de devoir payer. Afin de ne pas subir ses assauts pendant encore une éternité, j’ai dû accélérer les choses.
J’ai repensé à cette histoire de bug informatique et ça m’a donné une idée. J’ai d’abord demandé à ma belle elfe blonde de charmer le Lord Alfin. Ce ne fut pas très compliqué pour elle. Elle était l’opposé même de Miss Invidia, image d’un rejet immense chez le noble. Ina a su trouver les mots pour l’amadouer, le rassurer, le ramener à la confiance. On ne savait pas exactement quel était le passé entre la Miss et le Lord, mais ça semblait sulfureux puisqu’il l’avait faite déchoir de son statut de noble et qu’elle l’avait plombé à coups de revolver peu de temps après. En tout cas, avec ma belle blonde, ça a marché illico. Elle savait y faire, elle aussi. Pour ça qu’elle m’était précieuse. Et ensuite, comme la matrice, ça me connaît, on a concocté le plan. J’ai dû bidouiller pas mal, demander de l’aide à d’autres amis vautours, mais on a réussi à faire passer mon elfe blonde pour une rebelle. Je lui demandé de prendre des photos d’eux au lit. Et pendant qu’il dormait, elle s’envoyait à elle-même, depuis le com’ du Lord, des messages démontrant qu’il manigançait quelque assassinats avec elle. Elle m’a transféré le tout, et puis ensuite, je me suis chargée de le re-transférer de manière anonyme au nain. Et j’ai attendu que les choses se fassent.
En attendant, j’avais déjà amassé un paquet avec l’Alte. 50.000 crédits le cycle horaire, plus les dizaines volés en fourbe quand il ne regarde pas. J’hésitais à demander un acompte à Rarandel. Après tout, c’était pas lui qui se faisait sauter par un nain poilu et bavard. Et puis finalement, je me suis contentée de le charmer un peu. Avec mon corps surtout, innocemment. Je ne lui ai rien donné cependant, car lui, c’était le genre à ne s’attacher que tant qu’il n’obtenait rien. Mais, j’allais le baiser, lui aussi, à la fin. Il a fini par me filer 200.000 crédits pour m’acheter un logement décent. Ce que je n’ai pas fait. La banque, c’est mieux. J’en ai également profité pour demander une prime à la Miss Invidia, je lui ai dit que c’était juste une avance, pour m’acheter une garde-robe sexy, pour le nain. Je lui ai offert mon sourire le plus naïf, lui promettant qu’elle n’aurait pas à me payer pendant trois ans au moins. J’ai signé un putain de contrat pour confirmer notre accord, et j’ai encore eu 300.000 crédits de plus dans la poche. J’ai donc encore un peu attendu en comptant mes sous.
Quand la tête du Lord Alfin est finalement tombée. Ils se sont entre-tués, ce que j’ai trouvé assez bien. Mais moi, de mon côté, je préparais notre fuite avec Ina. Je suis retournée au T-Cast désaffecté où j’avais pris l’habitude de contacter Rarandel. En l’attendant, j’ai commencé à transférer tous les crédits accumulés sur un compte privé. Enfin, je ne peux pas décrire l’excitation que j’ai ressentie en le voyant se pointer avec la mallette. J’ai tout vérifié. J’ai trouvé ça jouissif. Mais pas autant que de dégainer ma sulfateuse et de voir son air d’ahuri face à l’objectif. J’ai visé sa tête, je me suis dit que je toucherais sûrement une oreille en tirant au hasard, et j’ai lâché ma sentence.
Ina s’est pointée à ce moment-là. Avec ses talons roses de pétasse qui me font sourire largement. J’ai agrippé la mallette, une fois le corps de l’elfe disparu, et j’ai guidé ma blonde vers la sortie en mettant mon autre main dans la poche arrière de son jean. Un ami devait nous attendre dans les souterrains. On est passée par l’Annexe, celle qui ne sert à rien et on s’est frayé un chemin tranquillement. Pas de patrouille à l’horizon. Notre orc attendait patiemment, et sans un mot, nous fit signe de monter. Ina pouvait se targuer d’avoir été rebelle avant l’heure. Et moi, j'étais juste un peu plus riche. Même Imperator ne sait pas dans quel camp je me trouve. Je l'ai mis en déroute depuis longtemps. En tout cas, tant que j’avais mes crédits, que j’avais pu emmerder quelques connards, j’étais contente.
***
Enfin, ces péripéties - ou ce conte, dans les rues de Dreadcast - ont tout de même une moral. Quand bien même, je n'en ai aucune d'une manière générale... Mais il s'agit de la moral que j'ai créée pour eux.
Je me tourne vers mon elfe. Je ne pourrai pas la protéger indéfiniment, et surtout pas de moi. La comédie est un travail à temps complet. Quand on commence, on ne s’arrête jamais. Tout ne devient que mensonge et jeu de rôle. Et la manipulation, c’est mon crédo, et ma raison de vivre. C’est l’art de baiser les gens en finesse, en beauté, et avec intelligence. Voilà, ce que j’aime plus que tout au monde. Car, s'il y a bien une chose que j'aime pas, c'est que l'on pense mieux savoir que moi qui je suis.
Alors oui, mon but dans la vie, c'est de vous prouver que vous avez tort dans vos certitudes de connard du genre "je sais ce que vous valez" ou "je savais que vous feriez ça". Parce que vous avez tort et vous aurez toujours tort. Vous n'avez pas cette flamme qui vous permettrait de lire en moi. Je vous interdis de lire en moi. Je ne vous donne que ce que vous voulez, ce dont vous avez besoin pour vous convaincre que le monde vous appartient. Et ensuite...je vous reprends tout sans même prendre le temps de respirer. Et enfin, j'admire avec délectation cette lueur d'incompréhension dans vos yeux. Ce sentiment douloureux que vous êtes plus stupide que vous ne l'auriez cru. Ce sentiment horrible que vous vous êtes fait avoir. Ce sentiment dégueulasse que l'on ne vous aime pas. Ce sentiment tenace que votre vie ne vous appartiendra jamais vraiment. Ces sentiments qui nourrissent le sadisme qui possède mon être parce qu'un jour vous vous êtes crus plus malins que moi. Vous êtes coupable de votre propre torture. Je plaide l'innocence.
Je n'ai donc qu'une devise pour baiser convenablement tous ces cons, et j'espère que mon elfe s'en souviendra.
- Il y aura toujours des gens qui te diront qui tu es. Mais ils n’en savent foutre rien. Seul toi le sais. Ne l’oublie pas. Ok?
Elle me regarde très sérieusement et hoche la tête. Je ne sais pas qui elle est non plus, au fond. Mais, je le sais, que je ne le sais pas. Et c'est pour ça que je me tiens encore debout, vivante, à ses côtés avec ma mallette pleine de crédits. C'est certain.
FIN.

◊ Commentaires

  • Ladoria~7869 (223☆) Le 25 Février 2013
    Hu', ces mâles, toujours aussi malléables à la guise féminine.

    Ad Majorem Mulier Gloriam!
  • Kinchaka (1092☆) Le 25 Février 2013
    J'ai tout lu en cours tout à l'heure huhu
    Très bon récit mais des trahisons dans tous les sens pouah le dernier article j'avoue là j’ai décrochée...
    Par contre les autres très bien même si les complot comme ça c'est pas mon grand délire j'ai prit plaisir à lire, sauf bah le dernier trop de noms me suis embrouillée *blonde powaa*
  • Valmont (176☆) Le 25 Février 2013
    Ca y est, je sais pourquoi j'ai du mal à trouver l'ambiance DC. En dehors des personnages, très peu de descriptions, peu de visuel. Mais c'est ton style, et c'est très bien comme ça.
    Te voir essayer les différents registres de personnalité était intéressant aussi. J'ai accroché à chacun d'entre eux, avec bien sur une légère préférence, mais je ne dirais pas pour qui.
    Scénario simple mais prenant, bien ficelé. Jongler entre les différents points de vue dans une narration est toujours un exercice difficile, je trouve. Mais tu as bien réussi.
    Mais ce qui est encore mieux que tout le reste, c'est le mot de la fin de Ladoria. Voila! Que je ne te lance pas trop de fleurs non plus.
  • Swan (688☆) Le 25 Février 2013
    @Ladoria Moi, aimer-que-les-hommes-finissent-toujours-mal-à-la-fin? Non, pas du tout! smiley

    @Kin' Je note, la blonde sans plumes! J'aime avoir des commentaires pour savoir ce qui est à améliorer, donc merci. Et moui... des trahisons dans tous les sens... le but était de pouvoir tracer un chemin pervers d'un personnage à l'autre et de voir où ça menait. J'avoue fonctionner pas mal à l'impro quand je commence un truc.

    @Valmont Merci pour le pavé! Et j'avoue tout, j'ai toujours détesté les descriptions. Ça m'emmerde beaucoup en fait, et j'en fais que si c'est absolument nécessaire pour comprendre, ou si j'ai une idée précise d'une ambiance à mettre en place (sanglante, tout ça, tout ça..). J'aime la simplicité, et j'avais envie de tester différentes choses. Du coup, maintenant, je sais dans quoi j'écris le mieux smiley
  • Swan (688☆) Le 26 Février 2013
    En fait, j'ai un peu hésité, vu que c'est une vautour en plus, elle avait de quoi se faire plumer (...), mais elle est trop intelligente pour ça au final. Et même si elle tient à son elfette, elle dit bien qu'elle ne pourra pas la protéger d'elle-même, elle n'hésitera pas à juste se servir de la blonde s'il le faut, je pense (oui, c'est mon personnage, mais je suis pas sûre, allez savoir...). Sinon, je ne crois pas vraiment au méchant très méchant, ils ont toujours une faiblesse..
    Mais que tout le monde soit soumis à son destin, c'est intéressant..enfin, je ne vais pas réécrire une fiction tout de suite, mais avec des gens comme vous qui suivent, je vais y penser, car besoin de m'exercer, et je veux vos avis!

    Et donc April...également merci pour ton pavé constructif, que j'attendais secrètement smiley
  • Manerina (1466☆) Le 26 Février 2013
    J'ai attendu de pouvoir tout lire d'un coup, c'est mieux pour la vision d'ensemble mais surtout pour la curieuse que je suis!
    Je rejoins certains commentaire déjà faits, à savoir que tu maîtrise mieux le monde torturé que le mielleux ou peut être est ce parce que nous préférons lire le premier au second. smiley

    J'ai trouvé le passage d'un point de vue à l'autre très intéressant et très bien fait.

    Comme d'autres j'ai lus accroché à certains personnage et comme Kin j'ai légèrement décrocher sur le dernier épisode mais pas parce que c'était la trahison de trop, c'est là que je rejoins plutôt April, je préfère quand ça va mal de partout!

    Une seule petite déception vers la fin, la morale à mettre en gras n'aurait pas dû être: "Il y aura toujours des gens qui te diront qui tu es. Mais ils n’en savent foutre rien. Seul toi le sais. Ne l’oublie pas. Ok?"
    Mais plutôt: "Je ne sais pas qui elle est non plus, au fond. Mais, je le sais, que je ne le sais pas. Et c'est pour ça que je me tiens encore debout."

    Comme un tel travail ne mérite pas que mon commentaire s'achève par une critique, je finirai par un sincère: Bravo!
  • Swan (688☆) Le 26 Février 2013
    Je crois que le torturé est tout simplement moins ennuyant à lire comme à écrire..et dégage sûrement une certaine forme de poésie dans la vulgarité ou le chaos. Enfin, c'est mon avis, oui.

    Je note toutes tes critiques aussi, Mane. Et la prochaine fois, je pense que je finirai dans le bien trash pour tous les fatalistes et torturés de DC smiley Ca peut être sympa aussi.

    Et Merci! Pour avoir pris le temps également de donner quelques commentaires ici.

    Je trouve ça agréable de voir vos différents points de vue, vos compliments, comme vos critiques.