Recherche

EDC de Sneni

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Sneni

Cacher

[conte] Apo|p|t|hé|ose

Spoiler (Afficher)
Conte existant IG, mais non-disponible publiquement... Actuellement. Photos prises cette après-midi.

Apo|p|t|hé|ose


Elle est partie la sorcière, dévorée la nuit dernière.
Si navrant, si navrant ! Une ombre en Secteur Marran.



Certains aiment à raconter qu'elle n'avait jamais aimé. Quand la vie importe peu, les sentiments sont lépreux, couards et preux d'indifférence accueillis du même silence. L'envoûteuse s'appliquait avec diligence, tant pour fuir les amours que clore son abstinence. Ne partageons-nous pas tous cette ambivalence ?


Face aux quêtes incomplètes,
la mort n'est qu'un temps de latence.
Alors deux ou trois nuits chaque siècle,
dans une odeur trop rance...



Sort en un souffle des murs l'ombre de son âme impure.
Encre noire, encre noire, souillant les néons blafards.



Beaucoup préfèrent se moquer qu'elle continue de chercher. Quand la mort importe peu, le manque devient un épieu qui transperce le cerveau, des hautes tours aux caniveaux. Et son fantôme y met maintenant toute sa science, compulsive, monocorde, comme plongée dans une transe. N'est-ce pas les désirs qui guident nos errances ?


Rarement des amantes font montre d'imprudence ;
Et alors, souriantes, qu'elles entrent dans sa danse...



Sorcière arrache l'amour, l'enfermant à double tour.
Quel effroi, quel effroi ! Leur greffe un coeur d'acier froid.


D'aucuns murmurent avec crainte que ces amantes l'ont rejointe. Quand le smog se fait crasseux, on entend dans les ruelles le cliquetis caverneux de leurs serres rouillées, cruelles. Marionnettes d'obéissance, mécaniques et de chair, privées de leur essence. N'avons-nous tous parfois l'envie d'une dépendance ?


Mais un jour une femme, courage ou innocence,
Amoureuse éperdue, pour taire la souffrance...



En pleurant extrait son coeur, le remplace avec ferveur,
De métal, de métal. L'oubli est un moindre mal.



Mais quel conte se finit de sentiments anoblis ? Quand on aimerait dire adieu à tous nos désespoirs odieux, on voudrait faire rimer la bravoure et l'amour, donner des héroïnes aux vers des troubadours. Belle qui se sacrifie, sorcière qui s'attendrit. Ne voudrions-nous pas sentir, juste une fois, un amour qui survit à toutes nos déchéances ?


L'envoûteuse l'observe, perdue dans sa démence,
La brise d'un coup sec en guise de récompense.

◊ Commentaires