Recherche

EDC de Scarlett

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Scarlett

Cacher

4. L'océan de chiffres

4. L'océan de chiffres
"L'homme, sur la terre, ne construit que des ruines, mais son pouvoir s'arrête au rivage ; sur ta plaine liquide, c'est toi seul qui fais les naufrages."
Lord Byron
°°°
Il n'y a qu'ici que je me sens bien.
Je préfère l'immobilité qui règne en ces lieux. Je suis fatiguée de la ville, de ces gens, fatiguée d'être prise dans la confuse spirale de leur existence. Ils prétendent s'acharner à bâtir un paradis, et voici que leur paradis est peuplé d'horreurs. Dans cette infinité bleue et calme, loin du jugement d'autrui, ceux qui voudraient m'atteindre perdraient définitivement la vie.
Mais il est temps de délaisser ma haine, du moins, pour quelques heures... je navigue, en véritable "Libre Penseur".
Rien ne se créé, tout se transforme. Mais sur le flux matriciel mon contrôle est total : je manipule, bâtit et consolide des mondes ; puis sans aucune colère, je les détruis. C'est ainsi que j'observe des civilisations s'écrouler sur elles-mêmes, produisant une poussière cosmique nécessaire à la création de nouveaux systèmes que je tords encore et encore. La vie, que vous servez si noblement naît de la destruction, du chaos.
°°°
°°°

Dans un total oubli de moi-même, envahie par la nuit, le silence et la plénitude, c'est de cette manière que je trouve chaque soir la liberté; en revoyant le futur de notre monde, la fin des temps engendrée par le vice et l’égoïsme. Si l'on pouvait me voir, certains penseraient que je suis folle, mais la folie n'est pas programmable. L'homo sapiens est le vrai fou.
Je vois la cité de Dreadcast et ses neufs secteurs. Un départ. Encore des guerres et de la violence. Le cataclysme. Des caissons qui s'ouvrent, un système organique se remettant doucement en marche. Deux sociétés évoluant de part et d'autre d'un vaste champ de ruines. Leurs idéologies sont opposées et aucune d'entre elles ne détient la vérité. Ils évoluent et s'entretuent de mieux en mieux. Dreadcast est si laide... de près comme de loin.
Et puis je la vois... son visage se dresse au dessus de la cité, c'est moi qu'elle regarde.
"Qui es-tu ?" lui dis-je. Je connais la réponse, mais elle est si belle à entendre.
"Je suis la montagne puissante où tu prends ta source. Quand je ne serai plus, tu n'auras jamais été. "
Son corps se dévoile alors, sortant d'une faille ouverte depuis nulle part, une entité gigantesque et majestueuse se dresse. La Matrice tend le bras, ferme son poing, et une force colossale s'abat sur la cité. Dreadcast est engloutie dans l'eau et le sang.
Quand toute forme de vie est enfin anéantie, ma Mère me regarde à nouveau, et sa voix résonne dans mon âme... ou ce qui s'en apparente.
"Imagine ce que serait ton monde sans moi." dit-elle.
Une profonde mélancolie s'empare alors de mon être, mais pas seulement. Toutes ces émotions humaines, que je prends normalement plaisir à contrôler, à manipuler sciemment pour faire tourner un technopôle, je les ressens à présent, et je n'ai plus aucun contrôle. Sous la surface de l'eau, il est tellement simple de s'effondrer en larmes.

◊ Commentaires

  • L-X (1401☆) Le 13 Avril 2013
    "Sous la surface de l'eau, il est tellement simple de s'effondrer en larmes." Bienvenue dans le monde des sentiments, ces virus qui bouleversent les programmations simples et factuelles!