Recherche

EDC de Reco

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Reco

Cacher

7/296.1




Après avoir passé quelques minutes à tracer des formes quelconques sur une feuille, Réco avait commencé à écrire une phrase, la première qui lui venait.


Je ne te le pardonnerais jamais.


Vous êtes tous pareil.
Vous avez peur de mourir parce que la cuve, ça n'est pas agréable.
Vous passez tout votre temps à vous cacher, à decker, à changer votre digicode, vous y mettez tout ce que vous pouvez.
Mais pour aller cryogéniser, là, il n'y a pas de soucis.
Claquez des doigts, déchargez-vous de toutes les responsabilités qui vous animaient, soyez faibles et égoïstes et mettez vous en pause en laissant le chaos en guise de fleurs funèbres.

Dois-je vraiment écrire, réécrire, une fois, deux fois, des centaines de fois que je me retrouve S E U L E ?
Non... inutile de le dire encore une fois puisque personne ne sera là pour me dire que non, je ne suis pas seule ...




Me revoilà dans le smog ambiant, mon aura est devenue opaque, je suis un nuage de pluie ambulant.
De quoi se mêler parfaitement à l'atmosphère des rues, des poubelles, des flaques d'eau.
Moi aussi, j'abandonne toutes mes responsabilités, petit à petit.
Quitter le programme de parrainage.
Quitter la direction du QI.
Quitter la direction d'H&S.
Le Duumvirat ne sera pas compliqué à quitter, tout cela pour que je puisse partir moi aussi, avec égoïsme et facilité.
Abandonner tout mon travail pour l'Empire c'est un peu comme mettre déjà une partie de moi dans le panier mortuaire qu'accueille plusieurs personnes de la ville, chaque jour, jusqu'à leur extinction complète.

Je ne sais pas comment je peux décrire ma vie, mais ce que je peux dire, c'est qu'elle ressemble à celle des autres.
Rien de bien différent, la seule chose qui change ce sont les personnes croisées, qui ont osé tisser un lien avec la mienne.
Sinon, on vit tous les mêmes choses, personne n'est exclusif, personne n'est manquant, personne n'est exceptionnel, tout le monde souffre, tout le monde fait souffrir, tout le monde est lassé et je tais le reste de cette phrase qui pourrait me prendre l’Éternité à écrire.

L'hologramme de ma vie se déforme dans l'espace, grésille, perds ses couleurs ...

Son index et son pouce s'écarte, le stylo tombe de ses doigts et roule jusqu'au sol dans un bruit sans résonance.

Informations sur l'article

Les plumes
07 Octobre 2018
310√  24 15

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires