Recherche

EDC de Ozlem

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Ozlem

Cacher

Mais qui est Ozlem ?

𝕸𝖆𝖎𝖘 𝖖𝖚𝖎 𝖊𝖘𝖙 𝕺𝖟𝖑𝖊𝖒 ?
𝐺𝑟𝑎𝑛𝑑𝑒 𝑏𝑟𝑢𝑛𝑒 𝑎̀ 𝑙𝑎 𝑝𝑙𝑎𝑠𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑎𝑡𝘩𝑙𝑒́𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒, 𝑠𝑎 𝑑𝑒́𝑚𝑎𝑟𝑐𝘩𝑒 𝑐𝘩𝑎𝑙𝑜𝑢𝑝𝑒́𝑒 𝑒𝑡 𝑝𝑙𝑒𝑖𝑛𝑒 𝑑’𝑎𝑠𝑠𝑢𝑟𝑎𝑛𝑐𝑒 𝑎𝑡𝑡𝑖𝑟𝑒 𝑣𝑜𝑡𝑟𝑒 𝑟𝑒𝑔𝑎𝑟𝑑 𝑠𝑢𝑟 𝑠𝑜𝑛 𝑝𝑎𝑠𝑠𝑎𝑔𝑒.
Attendez…

𝑆𝑜𝑛 𝑐𝑜𝑟𝑝𝑠 𝑒𝑠𝑡 𝑠𝑎𝑣𝑎𝑚𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑐𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡 𝑑’𝑒𝑛𝑐𝑟𝑒, 𝑡𝑒́𝑚𝑜𝑖𝑛 𝑑𝑒 𝑠𝑜𝑛 𝑡𝑜𝑢𝑐𝘩𝑒𝑟 𝑎𝑟𝑡𝑖𝑠𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒.
Attendez.

𝐿𝑒 𝑟𝑒𝑔𝑎𝑟𝑑 𝑞𝑢𝑒 𝑣𝑜𝑢𝑠 𝑐𝑟𝑜𝑖𝑠𝑒𝑟𝑒𝑧 𝑒𝑠𝑡 𝑑𝑜𝑟𝑒́, 𝑖𝑛𝑑𝑜𝑚𝑝𝑡𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑒𝑡 𝑐𝘩𝑎𝑢𝑑 𝑚𝑎𝑙𝑔𝑟𝑒́ 𝑙𝑎 𝑓𝑟𝑜𝑖𝑑𝑒 𝑐𝑜𝑛𝑓𝑖𝑎𝑛𝑐𝑒 𝑒́𝑚𝑎𝑛𝑎𝑛𝑡 𝑑’𝑒𝑙𝑙𝑒.
ATTENDEZ !
Ce n’est pas moi. Ce n’est plus moi. Ca c’était… Ce que j’étais. Avant que tout ne s’effondre. Avant la peur et l’angoisse. Avant la douleur et l’épuisement. Avant ce cœur brisé et ces larmes. Avant d’être rejetée et moquée.
Non. Ce n’est plus moi.

𝐶𝘩𝑒̀𝑟𝑒 𝑂𝑧𝑙𝑒𝑚. 𝐴𝑢𝑟𝑎𝑖𝑠-𝑡𝑢 𝑎𝑏𝑎𝑛𝑑𝑜𝑛𝑛𝑒́ 𝑡𝑜𝑢𝑡 𝑒𝑠𝑝𝑜𝑖𝑟 ?
Oui. J’ai fuis un problème que je ne pouvais affronter, car il n’y avait pas d’issue, parce que je subissais quelque chose que je n’avais pas provoqué. J’ai abandonné là-bas ma vie, et les gens que j’ai aimé. J’y ai perdu l’amitié, et la tranquillité.
Et je suis venue dans ce secteur qui n’est pas le mien, et où je n’ai pas ma place.

𝑇𝑢 𝑝𝑜𝑢𝑟𝑟𝑎𝑖𝑠 𝑒𝑠𝑠𝑎𝑦𝑒𝑟, 𝑎𝑢 𝑚𝑜𝑖𝑛𝑠.
J’ai essayé. Je me suis bien tenue. J’ai fait ce qu’on m’a dit. Mais comme toujours, quand je me tiens bien et que je dis à mon mauvais caractère de se taire, rien de bon n’arrive jamais.
Oui, je désespère. Comment évite-t-on les problèmes qu’on ne cherche pas ?

𝐼𝑙 𝑦 𝑎𝑢𝑟𝑎 𝑡𝑜𝑢𝑗𝑜𝑢𝑟𝑠 𝑑𝑒𝑠 𝑏𝑜𝑢𝑟𝑟𝑒𝑎𝑢𝑥, 𝑂𝑧𝑙𝑒𝑚. 𝑂𝑛 𝑠’𝑒𝑛 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑𝑟𝑎 𝑡𝑜𝑢𝑗𝑜𝑢𝑟𝑠 𝑎̀ 𝑡𝑜𝑖. 𝑂𝑛 𝑡’𝑎 𝑐𝑜𝑙𝑙𝑒́ 𝑙’𝑒́𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒𝑡𝑡𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑣𝑖𝑐𝑡𝑖𝑚𝑒 𝑠𝑢𝑟 𝑙𝑒 𝑓𝑟𝑜𝑛𝑡. 𝑇𝑢 𝑛𝑒 𝑡𝑒 𝑠𝑜𝑟𝑡𝑖𝑟𝑎𝑠 𝑗𝑎𝑚𝑎𝑖𝑠 𝑑𝑒 𝑐̧𝑎.
Mais je ne veux pas. Je voulais juste être là, tranquillement, aider, vivre, trouver des compromis, ne pas me faire d’ennemis. Mais j’ai changé.

𝐸𝑡 𝑞𝑢𝑖 𝑒𝑠-𝑡𝑢 𝑚𝑎𝑖𝑛𝑡𝑒𝑛𝑎𝑛𝑡 ?
Avant, j’étais un être pragmatique, silencieux. J’écoutais, et je ne disais rien. Je savais sourire pour les autres, car c’était nécessaire. Je croyais en la Rébellion, et je voulais m’y investir. J’étais calme, et toujours réfléchie.
Aujourd’hui, je ne suis qu’amertume et colère. La solitude me ronge mais personne n’est là pour me convaincre d’avoir de la compagnie. Ils sont si individualistes ici. Je suis triste d’avoir tout perdu. Mais plus j’y réfléchis, plus je sais que jamais je n’aurais pu faire autre chose que lever mon arme ce jour-là.
C’était écrit. J’allais tomber, aussi solide que je pouvais l’être.

𝑆𝑖 𝑡𝑢 𝑣𝑜𝑢𝑙𝑎𝑖𝑠, 𝑡𝑢 𝑝𝑜𝑢𝑟𝑟𝑎𝑖𝑠 𝑡𝑒 𝑟𝑒𝑙𝑒𝑣𝑒𝑟. 𝑁’𝑦 𝑎-𝑡-𝑖𝑙 𝑟𝑖𝑒𝑛 𝑖𝑐𝑖 𝑞𝑢𝑖 𝑡𝑒 𝑑𝑜𝑛𝑛𝑒 𝑒𝑛𝑣𝑖𝑒 𝑑𝑒 𝑡’𝑎𝑐𝑐𝑟𝑜𝑐𝘩𝑒𝑟 ?
Non. Ce secteur est cassé. Il creuse sa propre tombe, et ne sait pas comment se relever. Chaque jour porte son lot de nouvelles aberrations, de nouvelles stupidités qui tentent vainement de mettre un pansement sur une plaie béante. Ces gens ne croient en rien, vraiment en rien. Ils sont perdus, esclaves de leurs désirs, esclaves de leur confort. Ils se pensent impuissants, et le deviennent par conséquent.

𝑇𝑢 𝑝𝑜𝑢𝑟𝑟𝑎𝑖𝑠 𝑟𝑒𝑛𝑡𝑟𝑒𝑟 𝑐𝘩𝑒𝑧 𝑡𝑜𝑖.
Ce n’est plus chez moi. On m’en a chassé. J’ai voulu partir de la façon la plus honnête possible, et on m’a craché au visage. Ils ne pardonneront pas ma fuite, et je ne pardonnerais pas leur cruauté. Là-bas ce n’est plus chez moi. On m’a arrachée à mon foyer et poussée dans le fossé. Ici, ce ne sera jamais chez moi. L’incompétence et la suffisance règnent. Comment vivre au milieu de mannequins de plastique aux regards vides ?

𝐼𝑙 𝑛’𝑦 𝑎 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑣𝑟𝑎𝑖𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑎𝑢𝑐𝑢𝑛𝑒 𝑠𝑜𝑙𝑢𝑡𝑖𝑜𝑛…
Si, il y en a une.
Mourir un peu.

𝐶'𝑒𝑠𝑡 𝑢𝑛 𝑑𝑟𝑎𝑚𝑒. 𝐽𝑒 𝑠𝑢𝑖𝑠 𝑑𝑒́𝑠𝑜𝑙𝑒́ 𝑂𝑧𝑙𝑒𝑚. 𝐷𝑒́𝑠𝑜𝑙𝑒́ 𝑞𝑢𝑒 𝑐̧𝑎 𝑡𝑜𝑢𝑟𝑛𝑒 𝑐𝑜𝑚𝑚𝑒 𝑐̧𝑎 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑡𝑜𝑖.
Moi aussi.


𝑪'𝒆𝒔𝒕 𝒖𝒏𝒆 𝒈𝒓𝒂𝒏𝒅𝒆 𝒃𝒓𝒖𝒏𝒆 𝒂𝒕𝒉𝒍𝒆́𝒕𝒊𝒒𝒖𝒆, 𝒒𝒖𝒊 𝒂 𝒑𝒆𝒓𝒅𝒖 𝒍𝒆 𝒈𝒐𝒖̂𝒕 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒗𝒊𝒆. 𝑸𝒖𝒊 𝒂 𝒅𝒆́𝒄𝒐𝒖𝒗𝒆𝒓𝒕 𝒍𝒆𝒔 𝒍𝒂𝒓𝒎𝒆𝒔, 𝒔𝒆𝒓𝒓𝒂𝒏𝒕 𝒄𝒐𝒏𝒕𝒓𝒆 𝒔𝒐𝒏 𝒄𝒐𝒆𝒖𝒓 𝒖𝒏𝒆 𝒆́𝒄𝒂𝒊𝒍𝒍𝒆 𝒄𝒐𝒖𝒍𝒆𝒖𝒓 𝒐𝒄𝒓𝒆 𝒂𝒗𝒆𝒄 𝒕𝒓𝒊𝒔𝒕𝒆𝒔𝒔𝒆.
𝑪'𝒆𝒔𝒕 𝒖𝒏𝒆 𝒈𝒓𝒂𝒏𝒅𝒆 𝒃𝒓𝒖𝒏𝒆 𝒂𝒕𝒉𝒍𝒆́𝒕𝒊𝒒𝒖𝒆 𝒒𝒖𝒊 𝒎𝒂𝒓𝒄𝒉𝒂𝒊𝒕 𝒗𝒆𝒓𝒔 𝒔𝒂 𝒇𝒊𝒏, 𝒍𝒆 𝒅𝒐𝒔 𝒄𝒐𝒖𝒓𝒃𝒆́.

Spoiler (Afficher)
Ni sucre ni sel dans la section commentaire, merci !

Informations sur l'article

Titre
14 Février 2021
332√  24 16

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires