Recherche

EDC de Oloy

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Oloy

Cacher

(my fairys on the ground)

"La beauté que vous voulez me montrer m'est inconnue. Je ne sais pas qui vous êtes, et vos tirades ne m'intéressent pas : Laissez-moi loin de vous, laissez-moi vivre."



Le regard candide qu'est le mien observe la cime des immeubles. Où je les vois. Ils sont décapité dans un premier temps, avant que leurs cadavres ne roulent contre le rebord du garde-fou pour chuter librement dans les entrailles (que sont les rues) de la cité. Le rire des bourreaux est ce qui me fît douter, les jappements de leurs gnolls décharnés, rongés par les radiations fût ce qui me fît ressentir la peur, la vrai peur. Suis-je entrain de rêver ?

Je comprends que je suis traînée par le mollet, le long d'une rue, et que, face à moi, comme un message clair et sans équivoque, m'est forcé cette vision d'un avenir que je ne reconnais pas. Les odeurs d'un futur dont je ne sens pas les parfums, grisâtres à mon odorat, ferreux.. Leurs cris, leurs plaintes et leurs suppliques.. Certains tentent d'amadouer l'avenir avec de l'argent. D'autres avec la pitié. Mais l'avenir n'attend pas. Sans prévenir, il arrive un beau jour d'hiver, et fait les comptes. Quitte à vous couper l'herbe sous le pied...



"Il est des choses en ce monde qui ne se comprennent pas. Nous ne pouvons tout comprendre, il faut s'y faire."



Je rouvre les yeux, les marches me font mal au dos, je suis trainée sans égard pour ma personne sur le sommet d'un immeuble via la cage d'escaliers. Il est trop tard pour paniquer, et je me sens endolorie. Il est trop tard pour tenter de fuir et je n'en ai pas la force. Il me reste tout juste le temps de me résigner et de comprendre. Je ne rêve pas, et bientôt, ce sera mon tour. Pourtant qui suis-je ? Ne suis-je pas qu'un clone comme eux ? Pourquoi font-ils cela ?

Alors que j'aperçois les lumières artificielles de la cité napper le ciel de leurs néons, je distingue également un ironix énorme ; tenu par une forme obscure. Il faut savoir que l'ironix a une couleur d'un rouge assez singulier. Entre le carmin et le bordeaux. C'est pourtant avec mal que j'en reconnais la forme, dont la couleur est présentement d'un rouge noir, noir du sang de deux cent âmes. Sacrifiées pour la gloire et l'orgueil d'un conflit centenaire qui ne me concerne pas.



"Ainsi vont les choses, ainsi va la vie. Ceux qui ne survivent pas meurent, et ceux qui survivent subsistent. Hors des murs.."



Enfin, je suis trainée auprès du rebord, sur le toit. L'Avenir me parle, mais je ne l'entend pas, je refuse de l'écouter, il me dit qu'il a des plans pour mon demain. Il m'explique son point de vue, ce qui justifie sa présence, mais je ne l'écoute pas. Mon regard décide de se perdre vers les profondeurs de la cité, vers les rues jonchés de cadavres à la tête de linotte. Une sorte de caricature finement ironique de nôtre vie quotidienne, finalement. Peut-être que le ciel au dessus de moi était trop pollué pour que je le regarde.


C'est alors que je me sens légère, tout devient flou autour de moi, et les lumières, et les nuages, et les immeubles, et les formes et les couleurs se mettent alors à valser. Libre de toutes contraintes, cet instant me semble éternel, seul mon autour semble fuir vers un point fixe. Serait-ce la porte de sortie de secours de ce tunnel menant à mon avenir ? Puis, fatidiquement... Tout devint noir. Voilà comment je suis morte pour la première fois.



"Ce message clair que m'envoie l'avenir de cette cité où j'existe me terrasse : Anéantir et ne pas être anéanti, il n'y pas l'ombre d'une question. "

Informations sur l'article

La cité des morts.
17 Octobre 2020
64√  5 2

Partager l'article

◊ Commentaires

  • Oloy (5☆) Le 17 Octobre 2020
    Vision romancée des derniers évènements rp depuis les yeux d'oloy, merci aux initiateurs du rp ! J'imagine que les rebelles n'auraient jamais fait une chose pareille mais ça rendait moins bien pour l'article ! smiley
  • Kemelvor (1277☆) Le 17 Octobre 2020
    Il y a toujours une première fois.
    Le but est de faire en sorte que la dernière soit loin.