Recherche

EDC de Makivic

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Makivic

Cacher

Mak.. Prend soin de toi...


Je sors de chez moi, pour zoner dans ce secteur où le smog et le néant ont pris possession des rues et ruelles.
J'arrive au Blood, je la vois, posée au comptoir avec un type, son casque à la con ne m’était pas inconnu.
Je me pose au fond de la pièce, sous module, et j’observe, en silence je les regarde se.. divertir.
Putain.. Rien que de l’écrire j’en ai la nausée !
Bref, le type se barre, je me matérialise juste après et j’applaudi, lentement, comme si j'appreciais le spectacle mais mon rictus nerveux disais le contraire.
Elle se lève et s’approche, je fais de même. Je m’avoue vaincu, mais je n’acceptais pas la défaite, elle était tellement amère cette salope !
Je la regarde, pendant un court instant, le meurtre me traverse l’esprit cette envie de planté mes pouces aux travers de ses yeux devenait de plus en plus incontrôlable.
On s’explique, j’essaye de comprendre son affection pour l'autre piaf casqué mais ça me rend dingue.
Je décroche ma masse, jouant avec, nerveusement, comme pour la faire peur, puis je fais un pas de plus vers la colorée et lui embrasse la joue avant de lui murmurer quelques paroles au creux de l’oreille.
Elle me regarde, mais elle avait compris..
Je l'attrape par le bras et la sort du bar, moi avec.
La porte du bar se ferme doucement dans un léger grincement insupportable.
On est dehors, face à face, je plonge mon regard meurtrie par la déception mais elle le soutient, fermement.
J'étais surpris, elle me faisait face, elle n'avait pas peur, je l'a sentait prête à assumer sa connerie, j'étais troublé..
J'avais l'habitude de traiter avec des lâches mais je me suis trompé sur elle, la masse ne faisait qu'accentuer son cran.
Ses implants s'illuminaient, changeaient de couleur rapidement et terminait sur un gris, sombre légèrement teinté de bleu.
Ma haine et ma rancœur avaient pris le dessus sur ce que j’ai vécu avec elle. Les sentiments affectueux que j'avais a son égard venaient de s'envoler, emportant avec eux tout ce qui me permettait de ne pas lui arracher les viscères et ses implants.
Pendant cet instant, j'étais redevenu le connard qui pressait sur la détente au moindre faux pas.

Elle est par terre, dans un sale état, je range ma masse et sort mon calibre bien blotti derrière mon dos.
J’arme la culasse, la balle gagne la chambre du canon, je pointe le flingue sur elle. Elle est allongée par terre, sonnée mais consciente.
Je pose mon regard dans ses yeux, à travers l’arme chargée, le temps me paraissait déphasé, il avançait au ralenti, elle me parlait mais je ne l’entendait pas, ou plutôt, ne l’écoutait pas.
Un long silence s'installa, nos regards ne se décrochant pas l'un de l'autre.
Elle était sûre d'elle. Elle me connaissait trop.. Elle lève une main et décale le 9mm de son visage sans trembler, elle savait que je ne pourrais pas le faire..
L'envie est là mais mon doigt était bloqué sur la détente.
Putain ! Ca ne me ressemblait pas !
Je range mon 9mm à sa place, prenant soin de rabattre mon blouson par-dessus, j’enjambe la vautour et je grille une clope le regard loin, vers l’est, vers chez moi, chez les Black Reapers. Il ne faut pas qu’elle voit que malgré tout ce bordel, je le ressentirais.
Je fume, mélangeant smog et tabac, elle m’appel, allongée par terre, devant le bar, grafignant le sol..
Je l’a regarde du coin de l’œil par-dessus mon épaule. Elle ouvre doucement la bouche et fini par prononcer ce qui sera ces derniers mots à mon égard..
« Mak.. Prends soin de toi… »

Je ne réagi pas, du moins, c’est ce que je voulais faire croire, et sombre dans une ruelle vers le quartier Est, ne lui laissant comme dernière image le logo blanc imprimé à l’arrière de mon blouson…

Informations sur l'article

~ M ~
02 Mai 2017
494√  18 4

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires