Recherche

EDC de Maellynn

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Maellynn

Cacher

Comme un écho

[ ►ll - Ambiance]
Il faudra plus que des mots.
Même dans le froid, elle me terrifie.
La solitude, l’erreur, la mort, la culpabilité.
Ces mots qui me hante depuis mon éveil.
Comme un écho.

J’ai tout détruit à la lame de mon ego qui se targue de ne plus pouvoir supporter le sien. J’ai broyé un passé qui me ronge en espérant pouvoir m’en sortir indemne. Une passion trop destructrice me poussant plus d’un siècle à m’enrager pour des convictions. Pour ce qu’il reste de ce que j’ai été, mes vieux démons me poursuivent et je ne peux plus le regarder en face sans les voir m’accuser de m’être perdue en chemin. Tant de regrets que jamais je ne pourrais assumer en face, tout est fini. Et pourtant, je le connais trop bien pour savoir que derrière notre mépris, il est sans doute aussi ravagé que je peux l’être en ce soir de cérémonie. Il aurait été tellement plus simple qu'il ne se réveille pas, égoïste constat.

Je crois que je peux voir le futur en répétant inlassablement la même routine. J’erre sans but avec le mirage d’avoir encore des rêves. Chaque jour est exactement le même que le précédent. Il n’y a plus d’amour ici, qu’un espoir sourd étouffé avant même d’avoir pu franchir le seuil de mes lèvres.

Je peux sentir leurs yeux si pesants d’espérance, d’une voie qu’ils me tracent vers ce qu’ils croient être ma place, au cas où je me perdrais encore. Puisse-t-Il me guider à nouveau un jour… Mes visites quotidiennes en Sa demeure ne font qu’accroitre la furie de l’incertitude qui m’accable.

Parfois je pense que je suis heureuse. Parfois même je fais encore semblant.
Je ne me souviens même pas comment cela a commencé, mais je ne peux qu’éloigner la façon dont cela va se terminer.

Même dans le froid, elle me terrifie.

« J’abandonne la lutte, que la fin s’en vienne,
L’intime, l’antre obscure où me terrer.
Que tous m’oublient, jusqu’à dieu lui-même. »

Je me suis laissé bercer par une illusion de plus, aveugle depuis toujours. Le temps passe et j’en viens à douter que ces instants de grâce ressentis dans l’échange de souffles d’une humanité si profondément désirée ne soient en réalité qu’un délicieux songe qui s’étiole. A nos futurs, qui déjà me semblent de lointaines chimères tant ils filent entre mes doigts sans que je ne sache comment les retenir.

L'immortalité est un fardeau qu'il faut apprendre a porter à plusieurs. Trois années à peine avant que l’idée de glacer à jamais ma douleur ne m’effleure à nouveau. L’âge ne rend pas plus sage, autant que l’image où l’on me dresse en monument ne me rend pas infaillible. Je me débats dans une poussière de monolithe, me raccroche à un quotidien de monitoré en l’attente d’un horizon plus convoité.

Je me suis fait une raison.
Mon temps n’est pas encore écoulé,
une infime flamme noire m’anime encore, fébrile,
d’une fièvre ferveur ne demandant qu’à être attisée,
priant qu’elle ne s’éteigne pas trop vite.
Car même dans le froid, elle me terrifie.

◊ Commentaires