Recherche

EDC de Lixae

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Lixae

Cacher

Une lettre à ma femme (Non référencé)


Pour tout lui expliquer.
Pour lui dire ce soir
même si à présent il se fait tard
toutes les choses qui n'ont pu être prononcées
quand dans un tumulte de sentiments elle me faisait exister
Quand cet amour tenu et porté
à bout de bras de nombreuses fois
parcourant les souterrains ou la cité
tout contre elle enveloppée
Baignant d'un amour qui me faisait perdre pied
hantée par des ombres qui nous avaient rapprochées
les mêmes qui l'ont poussé
à retourner dans ses anciens quartiers pour m'en sauver
Elle, si douce et parfois cruelle,
si possessive et tellement belle,
si bestiale et si femelle
Elle, qui m'ensorcelle
À vouloir quérir des mots,
je lui en ai causé de plus gros
À en vouloir toujours trop
je m'attirai d'autres maux
Dans ce besoin effréné
de ne jamais lever le pied
pour palier à ces angoisses d'inactivité
d'elle je m'éloignais sans y penser
Du temps, celui de le prendre
celui de le perdre
celui de le lui rendre
Avec l'odeur du cèdre
ou de la rose musquée
dans un instant où nos corps enlacés
se seraient simplement aimés
mes mains entre ses cheveux
les filants de mes gants soyeux
un instant hors du temps
où nous Orion simplement été deux
s'aimant au firmament
Mais que lui dire vraiment
Elle qui dans un premier instant
m'avait présenté l'amour et ses tourments
comme une complicité plurielle de chaque instant
Les corps s'unissent dans une complexité
de figures et de figurants associés
où les plaisirs sont ainsi partagés et décuplés,
mais l'amour sincère est mis à mal quand il s'agit de prêter l'être aimé.
je l'ai compris tardivement,
car j'avais tant encore envie de m'amuser gaiement
la privation je l'aurai faite pour elle,
mais au fond de moi, elle crépitait d'étincelle.
Encore aujourd'hui je le suis,
vois tu ma douce amie,
tiraillée dans des amours infinies,
non terminées, non passées, non finies...
Avec ton départ au goût amer
avec ces histoires à nous flanquer à terre
bien au-delà de pseudos adultères
plus portées par des jalousies rancunières
Comme tu me l'avais dit
à croire que le bonheur des uns
doit être étouffé dans les cris
par tout ces importuns
Alors je m'excuserai d'avoir été bien trop rêveuse
d'avoir été bien trop pleureuse
de ne pas avoir eu d'yeux que pour toi
de m'être égarée tant de fois
Mais sache une seule chose
qui elle fut sincère tu vois
mon amour pour toi....
Furya.

Informations sur l'article

à l'encre noire
13 Février 2020
139√  6 0

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires

Aucun commentaire