Recherche

EDC de Lisiane

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Lisiane

Cacher

Rupture (Non référencé)

Tu te retrouves l'espace d'un instant dans le noir.
Mais cela ne sera que de courte durée.
Très vite, des images, des sons, des sensations vont t'envahir.
Cela s'enchaînera et s'emmêlera sans vraiment de continuité
et pourtant paraissant logique comme un rêve décousu.

Un kobold reptilien aux airs félins, plutôt imposant pour sa race.
En tout cas il te fait face. Il te semble le reconnaître, tu l'apprécies,
éprouves même une sorte d'attachement maternel pour lui.
Il te fixe, ses yeux bleus en larmes, suppliant.
Au dépourvu, tu ne sais que faire.

...: Trouvez une solution.. S'vous plaît..

Je... ne comprends pas...
...: Je ne sais pas..
Mais comment faisons nous pour savoir alors ?
...: Essayer? Pour comprendre ensemble?

Puis son visage change, là, en face de toi.
Il se métamorphose, devenant soudain bien plus assuré.
Sa posture a changé aussi.
Il est au dessus de toi, l'air supérieur,
ses mains se baladant sur ton corps...
Tu es essoufflé, perdu, troublé...
ne comprenant pas ce qu'il est en train de t'arriver.

...: Alors on garde cela secret?..
Sa main s'invite pour dérober l'intimité, encore une fois.
Ton corps se crispe, tu cèdes cette bataille.

Ou...i... d'accord...
Il sourit, satisfait, même victorieux.
Tu ne réalises que trop tard son emprise se refermer sur toi.

Tu ne le verra alors plus que rarement de face.
Hors de ta vision, te le sens dans ton dos, son étreinte ferme sur toi,
ou bien ce sera son bassin qu'il t'as fait dévêtir qui sera face à toi.
Tout va s'enchaîner.
Les images et sensations parfois sans lien les unes avec les autres,
se mélangeant même par moment,
tandis que les voix percent à travers le tout,
dissocié de ce qui se passe.

...: C'vrai qu'finalement tu ressembles aux femelles kobolds.. Aussi docile.

Non s'il te plaît... tentes-tu faiblement à travers ton souffle et tes grésillements.
...: Tu en as autant envie qu'moi...

Tu sens ton corps percuter le meuble.
Les gestes sont brusques, saccadés.
Dans ta tête, les choses se bousculent.
Tu n'arrives pas à comprendre, tu n'arrives pas à réagir.
Tu sens son corps au dessus de toi,
tu le sens en toi... son poids peser,
sa force et son assurance s'imposer
sur ta douceur et tes doutes.
Tes grésillements plaintifs t'échappent,
mêlés à ses grognement autoritaires.

...: Mh T'es à moi, j'suis ton dominant !


Un court moment plus calme, à peine.
Tes poignets sont menottés à la structure d'un lit,
et tu entends des coups sur une porte.
Le kobold s'éloigne en s'énervant, t'interrogeant.

...: Qu'est ce qu'il fout là?! ... J'vais me le faire.
Maintenant, tu as peur.
Cette peur qui t'envahit telle une vague qui dévaste tout.
Tu as honte, aussi.
Tu réalises cette fois que tu as perdu le contrôle,
depuis longtemps.

Puis ça recommence, encore et encore...
brusque, parfois même violent,
tantôt ton regard plaqué sur une surface en synthébois,
tantôt étouffé dans des draps, une pression maintenue sur ta nuque.
Tu voudrais que ça cesse.
Tu ne te sens plus maître de ton corps,
ni même de tes pensées qui pourtant s'agitent
et tentent de trouver une issue.

Tu bredouilles faiblement. Tu... non j... je...
...: M'si.. F'moi confiance.. J'suis le seul qui t'mens po !
..: D'solé d'être si dur m'c'est flagrant qu'il t'ment..
..: J'te f'rais jamais d'mal t'sais..

Ses preuves à l'appui, tu perds alors le peu de force
qui se débattait encore en toi.
Le son de cliquetis de chaîne revient.
Tes grésillements laissent bientôt place à des cris,
parfois d'une douleurs qui te traverse.
Tu sens ses crocs et ses griffes te marquer,
son emprise s'imprégner au plus profond de toi,
telle une gravure faite sur un objet pour inscrire des initiales.
Tu n'es plus qu'un pantin,
une machine télécommandée entre ses mains.


...: Laisse moi faire.. J'sais qu't'y prends du plaisir.

...: 'lors laisse ton dominant t'donner d'plaisir !

Finalement... tu as enfin du répit...
Ta vue est trouble. Tu trembles.
De peur, de douleur, de désespoir...
Un arrière goût reste dans ta bouche
avec une sensation visqueuse qui te dégoûte.
Et pourtant, des données agréables se mélangent au reste
et répandent le tout en toi comme un poison foudroyant.
Il se penche sur toi, empoignant ta gorge,
et sa voix résonnant à ton oreille.
...: Tu vois, tu aimes..


Tout ceci se finira sur un mélange chaotique d'images et sensations floues.
De la peur, de la colères, du désespoir.
Accompagnant une silhouette reptilienne au sol.
Tes mains couvertes de sang visqueux.
Ses yeux bleus s'éteignant, baignés de larmes.

Informations sur l'article

Limbes numériques
23 Septembre 2020
145√  6 2

Partager l'article

◊ Commentaires

  • Lisiane (329☆) Le 23 Septembre 2020
    [Comme souvent, ce texte est HRP, vos personnages ne sont pas au courant des informations qui s'y trouvent à moins d'en avoir eu connaissance en jeu.
    Les images sont cliquables pour avoir leur version entière.
    Texte privé, je ne souhaite pas qu'il soit mis aux yeux de tous, mais si vous pensez qu'il pourrait intéressé quelqu'un en particulier que vous connaissez, le partage en privé est autorisé.

    Des bribes de souvenirs et pensées floues et sombres de la robote. Son ressenti personnel, ses interprétations.
    Merci encore à ceux qui partagent tant de moments avec elle, et qui la soutiennent surtout ces derniers temps où il lui est difficile de sortir de ses tourments. Mais elle en voit le bout, grâce à vous.
    Merci. ♥]
  • Kambei (263☆) Le 26 Septembre 2020
    Les drames les plus sourds sont ceux qui se déroulent à la vue de tous sans que personne y prête attention.