Recherche

EDC de Kinchaka

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Kinchaka

Cacher

Je t'aime...A la folie ! {|2/2|}

Spoiler (Afficher)
Je suis vraiment nulle en résumés le machin fait 4 pages mais bon voilà, le premier chapitre du rp est clos, sans doute à dans un an pour la suite !
Au cas où : en rouge, paroles d'Uma et en vert celles de Kin'

4/231.3


La dérangée était de nouveau chez elle avec sa Promise, allongées dans le plumard, un moment de calme entre ses coups de sang et ses moments de paranoïa. Moment de tendresse au milieu du chaos que la vaut' prenait de plus en plus plaisir à semer.
Soudain la pogne verte se glisse dans ses cheveux blonds et rencontre par mégarde la seringue sans avoir le temps de l'attraper...
Elle avait récupérée quelques produits de la part d'une doc qui l'avait aidée une fois de plus sans trop se poser de questions. Un mélange de sédatif et de botox...elle y pigeait pas une bride mais ça marchait c'tout ce qui comptait.
Le Piaf se dégage en riant, prétend que c'est une surprise, et devant l'insistance de l'orquette sa braque, change de tout au tout, devient agressive, se recule hausse le ton, une vrai bestiole. Ce qui fait partir sa femme en grommelant vers la cuisine, une fois de plus perdue
- Encore un changement d'humeur mais quelle merde...
Des bruits proviennent de la chambre, la déplumée après s'être retirée la seringue de sa tignasse en s’arrachant une mèche ou deux sans grande peine, déploie sa frustration d'être une nouvelle fois incomprise. Une lampe et quelques affaires qui traînent volent dans la pièce.
- Ca y est , ça recommence...
Uma, les muscles noués, arrive dans la cuisine, enjambant les débris, les frigos renversés, la lassitude et la fatigue se lisent sur son visage pendant qu'elle traverse la marre d'eau et d'ura. Celle ci attrape une poche de sang la déchirant avec les crocs et d'un air désabusé repasse son regard sur l'indescriptible bordel
- Un dépotoir...on pourrait y loger des gobz'...Pfff....surprise.... Elle crie alors Bah c'mort ta surprise hein !

A ce moment là débarque déjà la Dingue en riant, se déplaçant agilement sur ses grandes jambes blanches parmi les fracas comme si de rien était, et avec un voix mielleuse s'approche d'elle. Venant l'emmerder dans son repas alors que l’agacée a encore les nerfs à vif. Elle ne l'écoute pas, s'occupant de son en cas et vide le sang balançant le déchet dans une flaque de la cuisine. Un peu plus un peu moins...
L'orquette reste sourde aux mots doux de sa Zoziotte, évite ses avances, s'échappe de ses griffes et prend la porte, un peu plus exaspérée encore par ses sauts d'humeurs. Elle s'éloigne dans le couloir laissant la Blonde derrière qui se retrouve à siffler quelques mots entre ses lèvres crispées
- Elle perd les pédales...elle me comprends, elle me comprends pas...elle me suit pas...elle se détache...
Après avoir baragouiné ces paroles, ses pieds se mettent en mouvement et accourent vers sa Moitié. La vaut' l’enlace, se fait douce, fait tout pour attirer son attention de plus belle, joue les tendres, sincère, surjouant sans doute un peu , peu importe les moyens après tout. Car elle aime, folle et dingue de sa présence, elle ira là où elle l'emmènera, besoin d'elle comme jamais, la Blonde serait prête à tuer, brûler, s'immoler, ravager pour la garder auprès de soi, seule la lutte sera vaine. mais faut juste le recadrer un peu...juste lui ouvrir les yeux...
La Piaf jure qu'elle aime, capte enfin son regard en glissant doucement ses mains griffues le long de son corps, promet que tout va s'arranger, qu'elles y sont presque, qu'il est impossible qu'elle ne la perde.
Et Uma finit par craquer, la serre contre elle, souhaitant visiblement plus que tout qu'enfin cela s'arrange.
- Je vais faire en sorte que cet amour soit encore plus grand...tu verras...
Ses grands yeux perçants aux couleurs ura, presque enivrants par leurs éclats, tremblotent un peu. se pinçant ses lèvres vertes dans un instant d'hésitation puis reprenant son allure folle habituelle maintenant, la Dingue finit par demander
- Tu es d'accord pour que j'opère à quelques changements ?
- Si c'est pour du mieux , t'as carte blanche ma Chérie
La Frappée alors se fond dans un sourire à pleines dents aux allures sadiques, l'air plus heureuse que jamais, elle l'embrasse avant que l'autre ne puisse s'interroger sur cet expression glaçante . Sa proie..hum...sa femme est finalement d'accord pour qu'elle fasse ce qui doit être fait, pour la réparer, pour qu'enfin elle puisse se rendre compte de tout ce qui se déroule sous ses yeux, de faire parler ensemble les voix creuses et étouffantes qui sommeillent en elles.
-------
6/231.4

- Tu comprendras de toute manière pourquoi...si tu m'aimes tu comprendras...et tu m'aimerais je le sais... Marmonnant seule face au reflet brisé d'un miroir en morceaux venant d'être pulvérisé dans une seconde de panique
[...]
Les deux femmes sont dans le salon tout aussi ravagé que le reste. Si on fait bien attention de nouvelles caméras semblent maintenant régner sur le champ de bataille, planqués partout sans être toujours visibles, toutes connectées au réseau kinchakien. Les crises de la Parano sont moins fréquentes, contrôlés, plus étranges aussi, celle-ci semble s'amuser et délirer en plein énervement, ceci dit elle saccage moins de trucs...
La Piaf s'est mise dans une tenue qui lui colle à la peau, tentant de montrer que finalement elle est là pour sa moitié, pour la détendre, se faire reluquer. Et surtout éviter que la Brutale s'attarde sur ses mimiques et ses réponses un peu barrées...et il fallait au moins ça, vu l'allure de dérangée qu'elle adoptait un peu plus à chaque heure qui passait. Il lui fallait juste quelques secondes pour commencer le début du renouveau.
- Tu vas mieux alors ? demande-t-elle, les pognes posées dans le dos de la Folle qui hoche rapidement la tête avec un large sourire vert, empreint de démence et répond en chuchotant
- Moi..depuis peu oui...plus besoin de luter je sais maintenant que ça va toujours aller. Personne n'arrivera plus jamais à me causer du tord.
La Verte un peu désappointée, n'arrive pas vraiment à se rassurer avec une telle réponse. Mais la vaut' riant de façon nullement saine, se frotte contre elle, ses griffes soulignent ses courbes de manière affectueuse, chaque geste est calculé...
Fixant sa partenaire de jeu, elle analyse chaque mouvement, rajoute des attentions à chaque moment suspect puis souffle à son oreille
- Et pour toi ça sera pareil...On sera heureuses à jamais.

L'orquette se crispe un peu, reculant sa tête à la tignasse de sang, ses crocs rentrent dans ses lèvres. Elle sent que chez celle qui la regarde, avec ses soucoupes lumineuses, tout tourne pas rond...mais là c'pire que d’habitude, la Piaf a l'air complètement frappée à pencher sa tête sur le côté avec ses lèvres brillantes a faire jaillir ses dents. Puis c'est quoi cette manie de tout griffer, se toucher les cheveux, puis...puis la réflexion se coupe, la Vaut' a collée ses lèvres sur celle de la Cogiteuse. Les caresses s’enchaînent quelques minutes, juste de quoi mettre en appétit.
- On est bien toutes les deux hein...?
- Oui...et ç'va faire 8 ans qu'ça dure. Je t'aime t'sais..
Visiblement la Frappée attendait ce moment et déploie son rictus en grand, redresse le haut de son corps en ondulant. Faisant mine de se passe les griffes dans les cheveux, effleure la seringue pour faire jaillir l'aiguille. Elle pose ensuite ses mimines sur les épaules d'Uma en se cambrant, l'air terriblement excitée, impatiente, mais pas par les frottements ou par le contact. Enfin c'est ce soir qu'elle va la faire revivre son Amour, sa tendre que s'est faite manipulée. Enfin tout va s'arranger, tout va aller pour le mieux, elle le sait, ça peut pas tourner autrement
- Moi aussi je t'aime...
[...]
- A la folie !
Click....
La Folle retire la seringue de son cou en préservant son sourire qui commence à être énervant pour la paralysée, qui la fixe. Seules ses pupilles arrivant encore à bouger pendant que la frustration et l’incompréhension atteignent des caps encore jamais explorés.
- Shhh...tout va bien...Elle glisse une main dans sa tignasse, et vient déposer un baiser sur ses lèvres muettes. Nous allons vivre quelque chose de merveilleux...toi et moi... Elle perd cependant un peu de son sourire à voir les yeux de sa femme s'assombrir, montrant clairement qu'elle ne partage pas son sens du merveilleux Me fixe pas comme ça...tu va voir tout ira bien et on sera bien mon Amour ....Arrêtes de me regarder comme ça je te dis !
L'une reste là sans bouger, yeux d'onyx accusateurs, l'autre dans un petit rire énervé va couper les lumières pour plus avoir à supporter ses yeux. Alors que les siens brillent de façon malsaine dans la pénombre, remuant quand elle reprend la parole
- Je vais te réparer..on sera de nouveaux unies, plus encore. Bon ! Je reviens, tu bouges pas hein !
Avec un rire elle part de la pièce pour revenir aussitôt et dans la pénombre débute le mélange de drogue, une large dose de BZP1', drogue de synthèse se confondant presque avec du gros sel, est introduite dans une seringue.
La Vaut' revient vers celle qu'elle a toujours aimée, d'un air joyeux à l'extrême.
- Sache que je t'aime et je fais cela pour nous. Car personne ne t'aimera autant que moi...et inversement je le sais bien, shhh...Je te promets tu sera heureuse.
Click....
Spoiler (Afficher)
Je suis vraiment nulle en résumés le machin fait 4 pages mais bon voilà, le premier chapitre du rp est clos, sans doute à dans un an pour la suite !
Au cas où, en rouge, paroles d'Uma et en vert celles de Kin'
  • 1 Benzylpipérazine aussi nommée Bath Salt = Sels de bains. Drogue annihilant la douleur et poussant au cannibalisme à fortes doses

◊ Commentaires