Recherche

EDC de Joey

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Joey

Cacher

Soirée Démarchage des OI

Si vous n'avez aucun humour passez votre chemin.
Article de la section Petits Délires.
Ce récit est une oeuvre de pure fiction.
Joey était bien installée dans son canapé, attendant quelques visites.
C'était un mercredi soir, le soir du démarchage.
Un skiwi posé sur la petite table à sa droite, sur la table basse une vieille bouteille de MacGregor dérobée alors qu'Alucard était encore DG de l'Impasse, oui ça remonte loin.
La première c'est la petite jeune envoyé par l'Ambassade. Elle se lance dans un grand discours sur les produits qu'elle vend. Une jolie collection de chaises à roulettes présentées sur un catalogue. C'est vrai que dans les Hautes Sphères ils sont devenus adeptes des chaises tournantes et ils essaient de nous attirer dans leur petite passion. Je décline toute transaction, n'ayant aucun NI lobotomisé sous la main pour le paiement.
La seconde c'est la vieille de La Chambre des Lois. Elle commence à lire son petit spitch mais le modifie car visiblement c'est au cas par cas. Ca dépend si le client se trouve sur la liste des gens que le Premier Con sul protège ou pas. Elle me propose d'acheter du lubrifiant. Sentant qu'ils prévoient de m'enculer je décline l'offre et referme la porte.
Troisième passage je me retrouve face à des NI. Je pense que c'est pour les Centre Hospitalier mais rapidement je perçois qu'ils portent l'insigne du Cercle de l'Orient. Sans même ouvrir la bouche ils sortent leur Terminal Portable afin de me coller une contravention pour non port de CI. Je sors mon flingue avant qu'il termine de pianoter. Son collègue s'excite voulant me coller une peine pour port d'arme en Haute Ville. Je tire au plafond leur rappelant que je suis humaine et qu'ils ont trois secondes pour dégager de devant ma porte et aller étudier les Codex s'ils veulent pas se prendre une cuve. Ils détalent sans demander leur reste.
Une lumière passe sous ma porte lorsqu'on y sonne. Au garde à vous deux militaire habillés comme s'ils allaient à un bal masqué. Le Militarium vient me vendre une place de soutien pour les attaques sur le SR. Je suis chez moi un mercredi soir, ça doit faire de moi une femme qui n'a rien d'autre à foutre que me cacher dans un cercle et tourner le digicode comme une débile. Merci Seikz d'avoir insufflé à nos chers plaignants de la méthode, l'idée d'en faire autant finalement car ils n'ont aucune créativité!
Pas intéressée du tout, je leur donne mes 86 cartes-mères, histoire qu'ils s'en aillent comblés.
C'est au tour du DreadCastNetwork de faire acte de présence. Le proposition semble alléchante, un abonnement de 10'000 crédits par an pour avoir accès à l'information. Elle me montre une petite vidéo bien sympathique qui a presque su me convaincre. Questionnant un peu sur les avantages de cet abonnement, je vois la grosse arnaque. Pour pouvoir en profiter il faut non seulement payer mais aussi écrire, histoire qu'ils publient autre chose que ce que l'on peut voir gratuitement sur les EM de toutes les autres OI, qui rappelons-le ont un accès gratuit et illimité. Ne voulant pas l'offusquer, je prends sa brochure et dis que je vais y réfléchir. On ne sait jamais que l'offre propose à nouveau de beaux articles sur les Premiers-Nés comme à la belle époque, ce sera toujours du temps de gagner pour les démarches.
J'entends à peine le bruit contre la porte au démarchage suivant. Devant moi se tient une NI toute mignonne envoyée par la Direction de l'Administration Impériale. Autant vous dire que ceux-là n'ont rien à me vendre mais viennent me réclamer des crédits ou des pilules. En l'écoutant, je suis stupéfaite. Si jeune et déjà si impliquée dans son travail. Ils en ont des idées pour relancer l'économies à la DAI, on s'en douterait pas comme ça. Je l'invite à entrer, s'asseoir et m'expliquer toutes les taxes qui m'incombent. A la fin de notre échange, elle me laisse des documents à remplir et s'en va. Toutes deux comblées, je m'attends à la revoir mais cela n'arrivera pas. Trop visionnaire, elle a été éradiquée de la DAI et s'est suicidée.
Ma bouteille commence à se vider plus rapidement quand j'ai le droit à la visite des Services Techniques de la Ville. Heureuse de les voir, je sort mes dix concentrés farins. J'avais la flegme d'aller les déposer, surtout que je me perds toujours vers la Prison quand je veux m'y rendre. Cela ne semble pas l'intéresser, m'invitant à aller les déposer moi-même. Par contre elle me propose des flyers pour des soirées en échange d'explosifs. Je lui remets deux trois grenades qui traînent dans mon entrée, la remercie et vais consulter mes tractes sur mon canapé. A ma grande surprise il ne s'agit pas d'une soirée de glânage mais d'un casting artistique musical. Je savais pas que le Violon d'Ingres avait été annexé aux STV. Pas de doute j'ai bien fait de rester chez moi ce soir!
La suivante c'est la DI de la Prison Impériale elle-même. La voyant au travers de l'écran de surveillance je n'ouvre pas la porte. J'allume l'interphone et je lui parle au travers. Je ne voudrais pas trop la dépayser il faut dire. Je n'ai malheureusement pas de robot à lui envoyer pour s'occuper de l'échange avec elle. Elle essaie de me vendre un pauvre holo d'une grosse merde dans les chiottes, seul ouvrage de prisonnier qu'elle a me proposer en vente. J'active l'écran dans le couloir et lui montre la sculpture qu'Asaki m'avait faite lors de son séjour quand j'étais gardienne. Je lui assure que j'ai tout ce qu'il me faut et elle s'en va sans un mot.
Le cycle avançant, je fais le compte, la liste. Un NI empoignant fermement sa carte se tient devant moi. Il est représentant du Centre Impérial Pour l'Emploi. La discussion ne sera pas très longue, il me remet la liste des emplois et des informations sur la Chambre des Indépendants. Il est encore très poli, c'est un NI. Pour le récompenser de son travail à ma porte je lui remets un sandouich et un goblikoz ainsi qu'un deck retro qui m'a servi à envoyer des annonces anonymes. Lui rappelant de faire attention, je l'accompagne jusque dans la rue.
Le Centre Hospitalier ne passera pas ce soir là. Je vivrai le ressenti des NI, j'attends, j'attends mais je m'endors sans les avoir vus. Dans le doute en allant me coucher je dépose un sac plein de vêtements devant la porte avec un petit mot. Au matin il y sera toujours. La tournée des vieux vêtements devait être un autre soir.

Informations sur l'article

Petits délires
20 Mai 2020
201√  15 2

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires

  • KorSkarn (541☆) Le 20 Mai 2020
    smileyJ'ai perdu tout reste de sérieux a "ainsi qu'un deck retro qui m'a servi à envoyer des annonces anonymes", souvenirs smiley
  • Chara (3☆) Le 21 Mai 2020
    C'est..c'est triste pour..pour la NI de la DAI... mais j'ai quand même bien aimée !