Recherche

EDC de Jinta

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Jinta

Cacher

Ex malo bonum..



Les gens heureux ne vivent
pas longtemps.

_: Fin de transmission//
Véridique.
Qu'est-ce qui aurait pu être plus beau, dis-moi ? Que de vivre à tes côtés, d'oser espérer que l'amour me transcende au point d'oublier mon avenir digne des plus grandes histoires à raconter aux jeunes afin de leur faire oublier leur folie concernant mes propres buts ?

Est-ce si dur..? Je ne sais pas.
Ce soir là, j'aurais du le faire. J'aurais du continuer, provoquer, ne point m'arrêter.
Tu as poser ta main sur mon corps. Sur la chose que je défendais plus que tout, sur la chose que je refusais de modifier, plus que tout au monde. Tu as modifier mon corps, mon physique, ma vie, Ad Vitam Aeternam.
Malgré cela, je t'en suis reconnaissante. De m'avoir ouvert les yeux. D'être restée. De ne pas m'avoir abandonnée. Tu aurais pu figurer dans cette liste, malgré tout. Malgré le fait que je m'éloigne volontairement du monde. Que je m'éloigne volontairement des autres. Tu aurais pu passer à côté. Ne pas même relever l'oeil vers moi.
Tu aurais pu faire beaucoup de chose, beaucoup de bien, beaucoup de mal.
Tu n'aurais pas pu être plus juste, cependant. Et je t'en suis reconnaissante. De ne m'avoir fait découvrir, qu'il n'y'a pas que les morts qui se tiennent dans le droit chemin. Que certaines personnes sont encore respectables. Respectées, un modèle.
Saurais-tu me dire, pourquoi ma gorge devient si sèche, lorsque je pense au passé ?
Saurais-tu me dire, comment tout a basculer si vite ?
Saurais-tu me dire, pourquoi, je t'ai perdue, dis-moi ?
Foutaises. Je t'aime, malgré tout, Dame de Cœur. Mais au risque de te décevoir, désormais je suis de ton avis. Aucun espoir ne peut naître de l'Homme. L'Homme est une race à part, une race destructible, à détruire. Cette même race, cette partie de moi, ne me fais que souffrir. Encore, et encore.
Les larmes ne viennent jamais seules, les mauvaises nouvelles les accompagnent. Les coeurs ne se brisent jamais seuls. Les vies ne s'éteignent jamais loin des autres.
Mais nous, c'est autre chose. Je l'espère.
J'espère que toi, tu tiendras parole. Que ce n'étaient pas des promesses en l'air. Foutaises.
Je le sais, c'est vrai, c'est forcément vrai. Cet havre de paix. Il existe, je le sais, au fond, je le sens.
Il ne pourrait y avoir plus sain pour nous deux que celui-ci. Tu me l'avais promit. On ne revient pas sur ses paroles, on ne revient jamais sur ses paroles..
Mentir, c'est trahir.. Aimer, c'est souffrir. Telles sont les miennes, de paroles.
Et sache que je te trahis, en souffrant.
Que je ne te dirais jamais ô grand jamais la vérité. Car les vérités méritent d'êtres jetées, car certaines vérités nous détruiraient. Me détruiraient, et tu sais très bien ce que j'insinues, ma Dame.
Tu le sais, je te l'avais dit, ce soir-la. Sur ce canapé, tandis que je refoulais consciencieusement mes râles de rage. Mes râles d'amertume, de dégoût, de haine, de tristesse.
Fut un temps, je pensais que vivre longtemps dans le malheur m'apporterait un bonheur certain.

Comment faisait-elle, avant, pour aimer vivre, dis-moi ? Dis-le moi.
Je ne veux que savoir, comment elle faisait pour vivre sans jalousie, sans haine, sans rage, sans cette armure fixée à son corps même la nuit, sans cette épée dominant en maîtresse au creux de sa paume.
Elle rêvait de guerre, de combat, de sang.
Et moi je ne rêve que de paix, d'entente, de toi.
Ma solitude n'est pas un refuge. N'emprunte jamais mon chemin, je te sais bien accompagnée, restes-le, car je ne peux me résoudre de tout détruire par pur égoïsme en suivant ce que mes sentiments me dictent.
Et je voilerais ceux-ci derrière tout ce qui est passable comme faible cachette, ma sœur.
Je ne laisserais que toujours une simple ouverture. Si visible, que tu n'en ferais pas même attention.
Et mes mots seront prononcés, ils le sont déjà, et sont francs, malgré les années. Malgré les clones, malgré les coeurs, malgré les miettes.
Mais saches que ma loyauté ne m'a jamais quittée.
Saches que tu ne m'a jamais quittée.

C'est donc pour cela que je
me considère comme Immortelle.

_: Fin de transmission//
Spoiler (Afficher)
Article hrp, musique & image venant d'Asajj

◊ Commentaires

  • Asajj (801☆) Le 14 Décembre 2017
    J'en suis presque émue, en fait. Merci pour ce petit hommage que tu rends à mon personnage. C'est touchant.
    Reviens vite, blanchette. La vie est ailleurs. ♥︎
  • Celya (134☆) Le 14 Décembre 2017
    Et mon copyright è_é
  • Hannae (203☆) Le 14 Décembre 2017
  • Gaïa (92☆) Le 14 Décembre 2017
    Les miettes. On revient toujours à cette histoire de miettes.
  • Stellijah (221☆) Le 14 Décembre 2017
    Quelle plume. ~
  • Jinta (878☆) Le 14 Décembre 2017
    @Asajj "Mais ma vue reste grise, en ayant les vérités dans le crâne~"
    @Gaïa C'est une belle histoire, après tout, non ..?
    @Stellijah M'arf ! J'ai écris ce texte sur un coup de tête, je t'avoue avoir passer facilement 30 minutes a chercher une musique pour à la fin prendre celle d'Asajj !
    Mais à mes yeux c'est loin d'être un "bon" texte, je te remercie quand même, de ta part, c'est touchant !
  • Yaël (0☆) Le 14 Décembre 2017
    [T'as un don oui ~
    Juste que pour certains articles j'arrive à vivre l'histoire et d'autres pas vraiment mais c'est un peu normal quand on connait pas assez bien le RP Jinta et tant mieux car j'aime mieux la connaitre IG ☆
    ☆ pour le tableau qui je pense est l'un de mes favoris ]
  • Hazel (303☆) Le 16 Décembre 2017
    Quelle plume. ~ x2...