Recherche

EDC de Gramme

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Gramme

Cacher

Poc poc

A force de persévérance et de détermination, on avait fait le tour de la question. On avait beau gratter avec un cure-dent dans la chair, nous n'en ressortions plus la moindre parcelle noirâtre ni ne sentions plus aucune odeur de pus s'infiltrer dans nos narines. Il était temps, enfin, de contempler notre oeuvre. Un joli trou bien propre, bien sec, bien défini. Ainsi donc se nichaient dans cette petite cavité toute la substance et toutes les questions existentielles. On pouvait y passer le pouce entier, mais guère plus. Ce n'était pas très imposant finalement, mais bon, ce qui pourrit lentement n'a pas besoin d'être bien grand pour empuantir l'atmosphère.
La question était désormais celle du fruit que l'on vient d'amputer. Cette fraise curetée vaut-elle encore la peine d'être mangée ? En reste-t-il assez ? Elle est bonne, mais elle est difforme. Elle est saine, mais elle est altérée. Et puis il y a le souvenir de la chair molle et sombre qui fut autrefois là, a-t-on réellement envie de la manger ? Cela se discute, surtout quand on est un peu nihiliste (pleutre) sur les bords.
Remettons la question à plus tard et avançons avec assurance dans la béatitude la plus profonde. Les nuages gris font de larges sourires, à la limite du grotesque mais qui peut décemment cracher sur un tel spectacle ? Pas l'expurgé, assurément pas lui, qui s'avance avec timidité dans la rue, qui se risque à poser son regard avec neutralité sur les choses qui l'entourent. L'expurgé est fier de remonter la rue sans tomber et qu'importe s'il n'a appris à marcher que récemment. Il marche tout de même.
Bien sûr il aurait aimé qu'au terme de cette longue période de curetage il disposerait d'un regard et de pensées toutes neuves ainsi que de réponses. De la certitude que tout cela n'était pas bien grave finalement, qu'il se faisait bien des idées pour pas grand chose. Mais il n'en était rien, évidemment il n'en était rien. On a juste raclé la chair moisie et laissé un petit trou comme souvenir.
Les choses n'étaient donc pas plus simples, elles se contentaient d'être et l'expurgé devait comprendre qu'il ne pouvait, pas plus que quiconque, se tirer de là en laissant les questions derrière lui. Elles allaient simplement pouvoir respirer à l'air libre et il avait la charge de ne pas laisser la moisissure revenir à nouveau. Ce n'était déjà pas si mal. Accepter. Compartimenter.
Il restait la question absolument sans importance de l'esthétique. L'esthétique de l'acceptation neutre était assurément moins séduisante que sa comparse pestilentielle et sombre. Elle ne le laissait pas se vautrer avec assurance dans la défragmentation intégrale. Elle n'était qu'un matelas un peu ferme qui fait "poc" quand on tape un coup dessus. Et "poc", c'est pas tellement un son dont on peut faire grand chose. Ça fait juste "poc" et on passe à autre chose puisqu'on sait que ça fera toujours "poc" si on tape à nouveau.
Un doute envahit l'expurgé. Et s'il n'avait jamais été bon qu'à triturer la comparse pestilentielle et sombre ? Elle produisait plein de sons, elle le laissait s'étaler et se dissoudre, elle avait réponse à tout. Il valait peut-être mieux continuer à faire ce qu'il savait faire même si cela n'avait pas le moindre intérêt. Pourquoi pas. D'un autre côté, il savait désormais qu'on pouvait la faire disparaître, et ça changeait beaucoup de choses.
L'expurgé décida donc de laisser la question absolument sans importance de côté et reconsidéra celle du fruit. Il se dit que la fraise amputée pourrait toujours passer inaperçue s'il l'intégrait dans une tarte aux fraises. Qu'on ne la verrait même pas. Il reconnut ensuite que tout cela n'avait absolument aucun sens. "Aucun putain de sens", pour être précis. Il posa alors son stylo, se leva et quitta la pièce sans même lui dire adieu. Celle-ci ne s'en offusqua pas.

Informations sur l'article

HS
02 Août 2020
137√  6 0

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires

Aucun commentaire