Recherche

EDC de Gramme

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Gramme

Cacher

Une odeur de saucisse

J'ai jamais trop aimé le premier degré. Ou plutôt, j'ai commencé à m'en méfier et je ne me suis jamais arrêté. C'est sympa au début, on glisse allègrement sur le premier degré, on lui fait bouffer le bitume en y allant d'un rire goguenard, et tout cela aide plutôt pas mal à former deux trois bouts de machins.
Au premier degré, je pourrais dire : je n'aime pas le réel. Mais il manque un truc. Que c'est sérieux, que c'est péremptoire, que c'est premier degré bordel. Gneu j'aime pas le réel. Gneu putain ! J'aime ni le réel, ni les merguez premier prix qui rendent trop de flotte quand on les fait cuire au cours d'un barbecue. J'aime pas prendre la fumée du barbec dans la gueule pendant que je touille les braises en pensant au fait que j'aime pas le réel. Bouh le réel ilépabo m'sieur, m'dame, le réel il m'a tapé et même il a voulu m'faire un croche pied cet enfoiré. Bon j'aime bien les barbecue, ce qui me cause quelques soucis dans le sens où je me sens en difficulté pour chouiner sur le monde alors que je sens intégralement la saucisse grillée. Il y a comme une dissonance. Ce serait plus cohérent de ne pas aimer le réel en restant allongé dans mon lit.
Mais alors, il faudrait le faire de la bonne façon. Si j'étais cohérent jusqu'au bout, je disserterais avec lyrisme sur l'absurdité de l'existence, allongé dans mon lit, en m'urinant dessus sans remord, encore et encore, jusqu'à ce qu'on vienne m'enfermer. Ce ne serait pas terrible. Il vaut mieux la version où je suis allongé dans mon lit en fumant clope sur clope, avec des cendres un peu partout genre j'en ai rien à péter de viser à côté du cendrier tellement j'en ai rien à branler du réel. Ce serait moins cohérent peut-être, mais ça passe mieux je trouve.
De la même manière, il serait plus judicieux de ma part de sombrer dans l'abîme en gardant une allure joliment dépravée. Un peu de barbe, un regard désabusé, peu importe mais il serait fort inconvenant que je prenne vingt kilos et que j'arrête de me laver. Qui me prendrait au sérieux ? Je pourrais bien marmonner mon dégoût du monde au détour d'une soirée, si mon odeur corporelle se met à couvrir celle du barbecue, je risque d'être isolé contre mon gré. Au diable la cohérence, je n'aime pas le réel mais j'aime mes barbecues et j'aime prendre ma douche. On va faire ça à ma sauce.
Quand la soirée dégénère et que je me retrouve complètement bourré, allongé dans un champ, il est important de garder une certaine maîtrise là encore. Pas question de me vomir dessus comme le premier des sagouins en plein milieu d'une tirade déchirante sur la laideur ambiante. D'un point de vue rhétorique l'effet serait désastreux. On préférera sombrer lentement dans la nuit, la démarche chancelante et la diction rampante, se traîner vers l'obscurité, regarder les étoiles, s'allonger et se laisser envahir par un chaos intérieur décousu mais réconfortant. Un petit tas d'atomes ivres morts.
Je me dis alors, avec un premier degré rutilant, que je suis un point d'interrogation. Pourquoi ceci ? pourquoi cela ? comment ceci ?comment cela ? Un point d'interrogation qui sent la saucisse et qui se traîne sans enthousiasme dans la viscosité aigre de la réalité. Ou, plus simplement, une larve qui s'ignore et qui s'empêche d'achever la transformation, parce qu'un point d'interrogation aura toujours un peu plus de chances de trouver sa place qu'une larve, même s'il se traîne sans grand courage au milieu des mots quand il faudrait atterrir avec détermination à la fin d'une phrase.
Le fond dans tout ça ? On le gifle le fond, on lui casse les genoux. Rien à foutre du fond. On prendrait trop de risques de raconter n'importe quoi. Je m'en tiendrai au fond de veau, ça fera bien genre j'en ai tellement rien à foutre de rien que je me préoccupe plus de questions aussi basses que celles qui concernent le fond. Au niveau de cohérence supérieur, je me contenterai de lancer des crôaaa crôaaa quand je voudrai m'exprimer.

Informations sur l'article

HS
26 Juin 2020
146√  4 2

Partager l'article

Dans la même categorie

◊ Commentaires

  • Sana_Peli (471☆) Le 26 Juin 2020
    Moi j'aime bien les merguez
  • Gramme (122☆) Le 26 Juin 2020
    tu as bien raison, mais reconnais que les vieilles merguez qui suintent sont décevantes smiley