Recherche

EDC de Exie

Bienvenue sur les EDCs de Dreadcast
Vous trouverez ici tous les articles rédigés par Exie

Cacher

Dégoût, dégoût, dégoût.

Qu'a-t-il fait, Alexie ?
Non.

La vraie question, celle que tu te poses, celle qui t'arrache ces larmes silencieuses dès que tu te retrouves seule, celle qui tourne, retourne, danse, valse dans ta petite tête dodelinante à chaque instant, c'est celle-ci.


Qu'as-tu fais, Alexie ?


Tu t'es laissée faire.

Je me suis laissée faire.

Tu n'as pas dit "non".

Je n'ai pas dit "non".

C'est toi qui a retiré tes vêtements.

C'est moi qui ai retiré mes vêtements.


Tu t'es proposée, pour sauver l'Inconnue aux beaux yeux verts et au collier à pointes, la même Inconnue qui t'effrayait un peu plus tôt.

Tu as exécuté chacun de ses ordres, de tes mains secouées par les tremblements, les spasmes traduisant ton angoisse, ta peur à chaque instant. Tu as inspiré l'effroi pour mieux expirer tes espoirs.

C'est toi, c'est toi, c'est toi qui a déboutonné son pantalon, abaissé sa braguette.

C'est moi, c'est moi, c'est moi qui l'ai
laissé faire de moi ce qu'il voulait.

C'est toi, Alexie, Exie, Elle, Chose qui t'es laissée guider par son emprise de laquelle tu ne t'es pas dégagée, main fermement agrippé sur ta nuque.

C'est moi, peureuse puis pleureuse qui ai suivi, va-et-viens
après va-et-viens, les mouvements qui m'étaient demandés.

Et c'est toi, l'acte une fois fini, enfin, qui lui a demandé d'un simple regard perdu comme toujours quoi faire.

C'est toi ! qui a obéit, déglutissant, avalant, en même temps que ta pureté, ta candeur disparaissait.

Tout est de ta faute, petite chose. Tu es sale.

Je suis sale.

Regarde-toi dans une glace, observe-toi ! Tu les sens, les hauts-le-coeur ! Tête baissée dans les toilettes à te vider, car oui, tu as maintenant l'habitude de la position ! Tu la sens, la saleté ! Elle est là, incrustée en toi ! Et même douche après douche, renfermée dans ta minuscule cabine de douche où il est impossible de discerner larmes et gouttes d'eau, elle reste, elle reste, elle reste ! En toi, clone après clone ! Cuve après cuve, tu resteras vérolée, mort après mort, tu resteras putain.

Tu n'es et ne seras jamais victime.

Je ne suis pas et ne serai jamais victime.

Tu as beau te faire de belles promesses de toi à toi, calfeutrées entre deux idées noires, tu restes répugnantes. Plus rien, oh oui, plus rien ne passera par ta bouche, ne touchera tes lèvres sans que tu n'y repenses. Ta gorge se noue à chaque bouchées ou gorgées forcées, obligées pour rester en vie et continuer à subir. Tu peux tenter, Alexie, essayer de te leurrer en n'avalant plus rien, te laisser dépérir cycle après cycle, tu n'oublieras pas. Tu restes répugnante. Répugnante.

Répugnante.
Tu me dégoûtes.

Je te dégoûte.

Tu te dégoûtes.

Je me dégoûte.
Spoiler (Afficher)
Évidemment inconnu et inutilisable pour et par vos pions. Des bisous au JD du mentionné s'il passe par ici.

Informations sur l'article

Brèves et plumes oubliées.
26 Juillet 2016
1525√  32 6

Partager l'article

◊ Commentaires